Mexique 2018 : La plus dure (4/5)



Samedi dernier à Leon, Sébastien Ogier a remporté une sixième victoire au rallye du Mexique, égalant ainsi le record de Sébastien Loeb, lui aussi auteur de six succès sur cette épreuve entre 2006 et 2012.

Cette semaine, nous allons consacrer un article à chaque victoire du sextuple champion du monde sur cette épreuve. Pour poursuivre cette retrospective, rendez-vous en 2018 pour le quatrième succès du français au Mexique, le premier avec M-Sport.


Sans victoire au Mexique depuis 2015, Sébastien Ogier a bien l’intention de se reprendre sur cette édition 2018, surtout après un rallye de Suède manqué avec une 10e place finale.

Le premier jour, le français est à la peine avec sa deuxième position sur la route.  Logiquement handicapé par cette position, le pilote M-Sport pointe au cinquième rang vendredi soir et déjà à plus d’une demi-minute de la tête occupée par Dani Sordo et sa Hyundai. Le pilote espagnol est suivi de près par Sébastien Loeb (C3), Ott Tänak (Yaris) et Kris Meeke (C3). Septième à plus de deux minutes, Thierry Neuville est déjà écarté de la course à la victoire (+2min) à cause d’un problème moteur mais aussi de direction assistée.

Quatrième sur la route pour la journée du samedi, Sébastien Ogier prend sa revanche et passe à l’attaque, se montrant irrésistible. Sur cette étape, le pilote M-Sport réalise deux 2e temps puis enchaîne avec quatre scratchs consécutifs pour s’emparer de la tête au coeur de l’après-midi et se montre impérial dans le chrono d’Otates notamment, comme chaque année finalement !

Face à lui, Sébastien Loeb a dégringolé suite à une crevaison alors qu’il était en tête du classement provisoire. De son côté, Kris Meeke a effectué un tête-à-queue et a perdu une grosse trentaine de secondes alors qu’Ott Tänak a renoncé sur un problème moteur dès l’entame de la journée. Reste finalement Dani Sordo, simplement trop juste pour suivre le rythme de Sébastien Ogier et en plus victime d’une crevaison lente.

Au soir de la deuxième journée, le pilote M-Sport est en position très favorable avec plus d’une demi-minute de marge sur Kris Meeke et une quarantaine de secondes sur Dani Sordo. Le dimanche, le français assure et s’offre un quatrième succès à Leon, clairement celui le plus difficile de tous. A noter une fin de course marquée par une pénalité controversée de 10s pour avoir touché une chicane lors de la Power Stage, contact l’empêchant de marquer des points dans cet exercice.

Derrière lui, le classement a été mouvementé jusqu’au bout avec une grosse frayeur pour Kris Meeke, qui sans l’aide de spectateurs parfaitement placés, aurait rejoint la liste des abandons. Pour une fois, la chance a été du côté du britannique. Il termine finalement troisième, devancé par un Dani Sordo très régulier et fiable, comme à son habitude.

Du côté des abandons, Elfyn Evans n’a pas vraiment eu le temps de s’exprimer, son copilote souffrant d’une commotion cérébrale après une grosse touchette vendredi après-midi. Tout comme leur coéquipier Ott Tänak, Jari-Matti Latvala et Esapekka Lappi ont rencontré des problèmes mécaniques, abandonnant dès la première étape. Enfin, on se rappellera de la pénalité volontaire prise par Thierry Neuville pour profiter d’une meilleure position sur la route pour la Power Stage. Cette deuxième manoeuvre après celle de Sébastien Ogier en Suède marqua la fin d’une telle pratique après son interdiction par la FIA.

Classement Final

Pos.PiloteVoitureEcart
1OgierFord Fiesta RS WRC 
2SordoHyundai i20 WRC+1:03.6
3MeekeCitroën C3 WRC+1:19.2
4MikkelsenHyundai i20 WRC+1:38.4
5LoebCitroën C3 WRC+2:24.6
6NeuvilleHyundai i20 WRC+9:03.0
7TidemandSkoda Fabia R5+10:24.7
8LatvalaToyota Yaris WRC+15:37.1

juanra-llye

Vidéos de 2018

FIA WRC





2
Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Seb73
Invité
Seb73

Thierry sixième !!!!

Huggy les bons tuyaux
Invité
Huggy les bons tuyaux

Power stage Sébastien Ogier-Julien ingrassia pénalisé pour avoir touché deux des trois éléments en plastique composant la chicane artificielle. Ott Tänak-Martin Järveoja ont touché un élément aucune pénalité.