Saintéloc Racing à l’assaut du Critérium des Cévennes




Saintéloc Racing alignera trois voitures au Critérium des Cévennes, avant-dernière manche du Championnat de France des Rallyes. Cédric Robert et Matthieu Duval retrouveront l’habitacle d’une...

3 R3, tandis que Ludovic Gal / Gilles de Turckheim et Jean-Mathieu Léandri / Pierre-Marien Leonardi poursuivront leur saison sur les habituelles Peugeot 207 S2000.

Habitué à lutter aux avant-postes des rallyes de Championnat de France en Peugeot 207 Super 2000, Cédric Robert roule cette fois-ci en Citroën DS3 R3. Brillant la saison passée à son volant, le Stéphanois espère pouvoir se démarquer en deux roues motrices. « Même si je n’ai pas ma 207 habituelle, ma motivation reste intacte, confie Cédric. C’est une voiture avec laquelle j’ai apprécié rouler en 2011. Nous allons faire le maximum pour remporter le Groupe R, marquer de gros points au championnat, pour nous et pour l’équipe. Nous avions signé une bonne performance l’an dernier avec Mathieu (Arzeno, en DS3 R3), nous allons essayer de rééditer la performance. Le fait que Stéphane Sarrazin ne soit pas là est une bonne opportunité pour nous au championnat. Le Critérium des Cévennes est une épreuve que je connais bien et qui me plait. Même si les conditions météo annoncées ne sont pas simples, nous ferons de notre mieux en regardant ce qu’il se passe devant. »

Au volant d’une Peugeot 207 S2000, Ludovic Gal aura pour lui des ambitions légitimes. « Le Critérium est un rallye que je connais bien et que j’ai gagné en 2008 », rappelle-t-il. S’il ne se fixe pas d’objectif au classement scratch, Ludovic pense pouvoir tirer son épingle du jeu. « C’est un rallye très dur, mythique, avec des routes fabuleuses. Nous allons viser la victoire en Trophée Michelin. C’est un bon terrain pour la Super 2000, nous devrions pouvoir prendre l’avantage sur les Porsche. Si nous sommes bien classés en Trophée Michelin, nous devrions avoir une bonne place au scratch. Ensuite, beaucoup de paramètres rentrent en ligne de compte. Le rallye est déjà difficile quand les conditions sont bonnes, mais on annonce en plus du mauvais temps. Ca risque d’être compliqué car, quand il y a beaucoup d’eau, ces routes regorgent de pièges et ce n’est plus du tout le même rallye. L’équipage qui saura être le plus vigilant et qui fera le moins de fautes sera bien classé samedi soir à Montpellier. »

Jean-Mathieu Léandri, lui aussi, est très enthousiaste à l’orée de la septième des huit épreuves du Championnat de France. Rassuré par ses performances passées, il veut afficher sa régularité et sa pointe de vitesse. « C’est la deuxième fois que je participe à ce rallye. L’an dernier, j’étais quatrième au scratch, au volant d’une Subaru, avant d’abandonner sur problème mécanique », note Jean-Mathieu. « Ce rallye me plait. Ce sont des routes que j’apprécie beaucoup. J’espère y figurer en bonne position, surtout en retrouvant le volant de la 207 S2000. Avec une voiture que l’on connait et un revêtement que l’on maitrise, sur des routes que nous apprécions, nous aurons nos repères. »

Le rallye débutera vendredi avec huit spéciales (105 km), avant de se conclure samedi par quatre spéciales (98 km), dont deux passages dans la très longue spéciale de Tourgueille (42 km).





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *