A.Fourmaux : “Très content de notre rallye” (Portugal)



Troisième du championnat du monde avant d’arriver au Portugal, Adrien Fourmaux a encore démontré qu’il pouvait être proche des meilleurs cette saison, quel que soit le terrain et les conditions.

Et même s’il a perdu une place au classement pilotes en étant dépassé par Ott Tänak, le Français était assez satisfait de sa quatrième place au Portugal.

Aussitôt le rallye du Portugal terminé, tu as pris la direction des Etats-Unis pour continuer ton travail au simulateur chez Ford Performance. Quel est le programme ? 

“Je débute par trois journées complètes de simulateur à Charlotte. On va pouvoir préparer les rallyes rapides à venir, et travailler sur le développement, comme à chaque fois. Ensuite, je vais passer plusieurs jours sur la côte Ouest en finissant par Seattle. C’est sympa de passer autant de temps aux USA, mais le décalage horaire ne sera pas évident, car je vais revenir en France pour deux-trois jours, avant de partir en Sardaigne. J’espère que ça ira.”

Pour ce premier rallye terre de référence, tu termines à la quatrième place en évoluant autour des trois dixièmes au kilomètre des meilleurs. Quel est ton bilan de ce rallye ?

“Je suis très content du rallye que l’on a fait. On sait que la balayage est important au Portugal et on a roulé en troisième position sur la route sur la majorité du rallye. Le vendredi soir, on est à 30s de la tête, et à 10s de Thierry qui ouvrait, j’étais vraiment satisfait. Être à deux dixièmes au kilomètre de Rovanperä qui partait loin, c’était plutôt top !

Même en étant assez proche finalement en temps, on était 7e au classement et cela nous condamnait à repartir troisième le samedi. C’était une belle expérience à prendre, c’est toujours utile de rouler dans ce genre de conditions, et j’espère que ça arrivera souvent cette année, ce sera bon signe pour le vendredi. Dans l’ensemble, je pense qu’on ne s’en tire pas trop mal. Il y a encore des intermédiaires où nous étions moins bien que dans d’autres, c’était un peu bizarre parfois. Il faut essayer de comprendre pourquoi.

En termes de balayage, il était moins important que prévu au Portugal. J’ai pu en discuter avec Thierry (Neuville), et il était surpris également. L’humidité des dernières semaines a probablement joué. Le lendemain, c’est surtout dans Amarante où le balayage était pénalisant.”

Le dimanche, tu es quatrième de cette journée “bonus” et tu fais le 6e temps en Power Stage. Comment tu as trouvé ton rythme en étant cette fois 5e sur la route ?

“Sur la journée du dimanche, je trouve que c’est très correct. Avant la Power Stage, on est à dix secondes de Tänak leader du super-dimanche. Dans la dernière spéciale, on n’a pas voulu jouer les points, car on espérait qu’Ogier nous reprenne un point de plus pour gagner une place sur la route en Sardaigne. La tactique aurait été bonne à seulement un dixième près (Rovanperä devant Ogier pour un dixième). Pour un point d’écart, ça valait le coup de tenter, car je savais que je ne pouvais pas être aussi performant qu’en Croatie (scratch dans la Power Stage). Si on avait pu mettre une voiture de plus entre Tänak et nous, ça aurait été sympa.”

Alors que tu as souvent roulé entre deux et quatre dixièmes au kilomètre, tu as eu beaucoup plus de mal dans le chrono de Felgueiras où tu perds 22s en seulement 17 km le samedi. Comment expliques-tu ça ?

“Je ne comprends pas trop en fait. En 2021, quand j’ai découvert cette spéciale, j’ai tout de suite signé de très bons temps. Mais depuis, je ne suis pas super à l’aise. Parfois, il y a des spéciales où tu as plus de mal sans trop comprendre pourquoi. C’est dommage, car il ne nous manque que sept secondes sur Dani (Sordo) le samedi soir, et je perds gros dans les deux passages de Felgueiras.

On a eu des petits soucis, mais rien de dramatique, sans grosse perte de temps. On a cassé une barre-antiroulis et un amortisseur sur l’ensemble du week-end.”

Qu’as-tu pensé de tes choix de pneus sur l’ensemble du week-end ?

“Plutôt bons avec des tactiques intéressantes pour jongler entre tendres et durs. Le jeudi soir, j’ai été le seul à prendre une seule roue de secours. Je pense qu’ils ont eu un peu peur de la super-spéciale car il fallait enchaîner avec les mêmes pneus le lendemain. J’ai fait pas mal de roulage sur base d’essais asphalte de M-Sport avec le setup terre et je sais comment rouler avec la voiture pour préserver les pneus dans ces conditions. C’est un petit détail, mais tout compte à ce niveau.”

Comment abordes-tu le prochain rallye en Sardaigne ? 

“Comme je vais partir en quatrième position, et non en troisième comme au Portugal, ce sera plus facile entre guillemets le premier jour. Le dimanche au Portugal, j’ai pu voir qu’en partant cinquième sur la route, c’était un gros avantage par rapport à la troisième position. Quand tu pars 3e, tu as deux lignes et souvent tu utilises un peu des deux. 5e, tu as une vraie trace que tu peux suivre et avoir beaucoup plus de grip.

On avait été très performants sur ce rallye l’an passé. C’est un rallye délicat qui est moins large qu’un Portugal et avec des pierres un peu partout. Avec son format court, il faudra être dans le coup direct et avoir le bon setup.”

Comme Grégoire Munster est en plein apprentissage dans ton équipe, tu ne peux pour l’instant pas vraiment te comparer à ton coéquipier. Est-ce que c’est ennuyant pour toi ?

“Je suis directement en comparaison avec les ténors du championnat et c’est déjà très intéressant ! Mais, je peux aussi comparer les performances de l’an passé. Et humblement, en termes de chronos, je pense que je suis assez proche des performances d’Ott avec la Puma.




S’abonner
Notification pour
guest
26 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
berlinette
berlinette
1 jour il y a

Il a acquis la sagesse qui lui manquait en 2022.
Son scratch dans la PS en Croatie montre qu’il est rapide aussi.son début de saison est très satisfaisant,pourvu que ça dure. Bravo .

Sylvain
Sylvain
2 jours il y a

Cette interview sur le balayage est super intéressante, merci! Quand je pense au nombre de fois qu’on a lu ici le terme “pleureuse” pour un autre pilote français qui en parlait toujours… L’explication d’Adrien qui préfère perdre des points en Power Stage pour espérer gagner une place en terme de balayage sur la Sardaigne est claire : tes points “potentiels” dépendent grandement de ta position au départ le vendredi. J’imagine que Ott et Elfyn y penseront eux aussi selon leurs positions respectives avant la Power Stage en Sardaigne. Il a fait une belle course, la continuité des résultats semble présente,… Lire la suite »