Bagarre à tous les niveaux




Tous les regards seront bien évidement tournés vers la lutte pour le gain du titre, opposant Sébastien Ogier à son coéquipier Jari-Matti Latvala.

Toutefois, il serait bien rapide de penser que l’intérêt va s’arrêter là et on vous explique pourquoi.

r Jari-Matti Latvala. Toutefois il serait bien rapide de penser que l’intérêt va s’arrêter là ce week end et on vous explique pourquoi.

Dans la catégorie WRC, rien n’est encore fait. Bien qu’ultra dominateur tout au long de la saison, il semble évident d’imaginer la pression à laquelle Sébastien Ogier aura à faire face tout au long du week end. Conquête d’un second titre, sollicitations des médias, sollicitations des spectateurs, sont des éléments qui risquent à fortiori de jouer un rôle sur l’approche du pilote gapençais. Ajouté à cela, un Jari-Matti Latvala plus affûté que jamais sur l’asphalte, (en atteste sa performance allemande) et mathématiquement encore en course pour le titre, il semble bien malvenu de croire que tout est déjà joué.

Après un rallye d’Australie en demi-teinte, Hyundai arrive en Alsace avec la volonté de bien faire. Avec un trio de pilotes très à l’aise sur ce terrain (probablement l’équipe la plus à même de rivaliser avec Volkswagen ce week end) et un doublé historique en Allemagne encore bien ancré dans les mémoires, l’équipe coréenne aura à cœur de venir troubler la hiérarchie et qui sait, de renouveler l’exploit.

Citroën joue également à domicile ce week end, et on voit mal comment la marque aux chevrons ne sera pas en lice pour la victoire. En osmose totale avec l’équipe et l’auto depuis plusieurs rallyes, le britannique Kris Meeke devrait venir brouiller les cartes. Mads Ostberg a quant à lui déjà réalisé de belles performances sur l’asphalte alsacien.

Du coté de chez Ford, on espère voir un Robert Kubica en pleine forme capable du meilleur. Les performances de Julien Maurin au volant de la Fiesta WRC seront aussi à surveiller tant le champion de France semble avoir franchi un cap ces deux dernières années dans l’hexagone.

Dans la catégorie WRC2, il faut avouer que les cadors ont quelque peu déserté la manche alsacienne. La faute à un règlement qui impose aux pilotes, un nombre de rallyes maximum pour l’obtention du titre. Une absence qui rime finalement comme une aubaine pour Sébastien Chardonnet et Quentin Gilbert. En effet, la saison des deux pilotes français a été marquée par bon nombre de coups durs. Et il est fort à parier que ces deux pilotes auront en ligne de mire la victoire dans cette catégorie afin d’oublier toutes ces mésaventures. Victorieux en WRC2 en Allemagne, le suédois Pontus Tiedemand partira néanmoins favori face aux français et au portugais Bernardo Sousa toujours généreux dans l’effort.

Dans la catégorie WRC3, le week end va sourire aux pilotes tricolores et on imagine mal comment il pourrait en être autrement. Tout proche du titre, Stéphane Lefebvre partira favori face au tchèque Martin Koci mais n’aura pas l’obligation de gagner. Quentin Giordano bien en rythme au dernier rallye du Vosgien, et toujours en lutte pour la seconde place du championnat devrait aussi se démarquer. Un temps leader en Allemagne, Eric Camili devra prouver qu’il est capable d’aller au bout tout en étant très rapide. Son coéquipier au sein du team Rallye Jeunes, le gardois Yohan Rossel sera là pour apprendre tout en se montrant aux avant-postes. Bien discrète en Allemagne pour ses débuts, la Clio R3T, aux mains d’Alain Pyrame, sera là pour confirmer les bonnes sensations affichées au dernier rallye du Mont Blanc.

Dans la catégorie R-GT, duel 100% français entre un François Delecour au top de sa forme et un Romain Dumas tout fraîchement lauréat à Pikes Peak cette année. La lutte devrait se régler à grands coups de décibels dans les forêts alsaciennes. On a hâte !

Du coté des autres engagés, il faudra bien sûr suivre les performances de certains pilotes par rapport à ceux citer plus haut. Abbring, Hirschi et Pons devraient venir se mêler à la lutte en WRC2. Pour le reste, une grosse armada de pilotes régionaux qui joueront les accessits sans avoir à rougir face à la concurrence souvent mieux armée.

Et enfin en Opel Adam Cup, car il ne faut pas l’oublier, la lutte pour le titre final s’annonce somptueuse entre Jean-René Perry et Florian Bernardi. A deux manches du terme, l’écart entre les deux pilotes, est à l’heure actuelle, de deux points.

En conclusion, la lutte s’annonce intense à tous les niveaux, et les pilotes français devraient faire briller, de la plus belle des manières, les couleurs de notre beau pays.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. zousch dit :

    Une présentation objective du rallye qui fait saliver. Vivement que ça commence…et c’est demain. Tout simplement, merci et bravo pour ce boulot !!

  2. FranceWRC dit :

    Merci de cet article qui rappelle les forces en présence, les objectifs de chacun, les luttes, à tous les niveaux.