Budar : « La mauvaise surprise » (1/2)



Sortant d’un week-end éprouvant, comme pour toute son équipe, Pierre Budar nous a accordé une longue interview au lendemain de l’arrivée de ce Tour de Corse.

Dans cette première partie d’interview, le directeur français de chez Citroën évoque évidemment le Tour de Corse, mais rentre également un peu plus dans la technique, se projetant notamment sur les futures évolutions à venir sur la C3 WRC. Dans la deuxième partie de notre entretien, la technique et l’aérodynamisme plus précisément sera encore au rendez-vous, tout comme l’Argentine, pour finir par Esapekka Lappi.

Ce week-end, est-ce que ton sentiment est mitigé finalement, entre négatif avec les performances de la C3, et un plus positif avec le podium de Sébastien ?

« Le bilan final est plutôt bon avec la deuxième place de Seb et Julien. Maintenant, quand on regarde ça, depuis le début de la course, on se dit que nous n’étions pas dans le coup alors qu’on pensait pouvoir se battre pour la victoire. Sur ce point, c’est plutôt une déception forcément. C’est donc, d’abord une déception de ne pa avoir eu le niveau de performances souhaité, mais aussi une satisfaction dans ce contexte. Donc oui c’est mitigé. »

Donc Sébastien n’avait pas d’explications pour ce manque de performances, toi non plus ?

« Nous, on a pas d’explications aussi simples que ça, car évidement, si on l’avait eu pendant la course, on l’aurait mis en œuvre rapidement. On a juste la conviction de s’être trompé sur le setup, on a peut-être été sur un setup avec des conditions mixtes alors qu’elles étaient extrêmement sèches. On n’a peut-être pas été assez pointu, peut-être à en vouloir en faire trop, c’est possible. Il faut remettre les choses sur le tapis et revoir tout ça, mais on a forcément fait une erreur. »

Finalement la voiture a été la moins performante ici, alors qu’on l’attendait la plus forte par rapport aux quatre premières manches ?

« Oui, c’est la surprise, la mauvaise surprise, exactement. Il ne faut pas le nier, on pensait être biens. C’est donc forcément une déception. »

Est-ce que cette contre-performance va changer votre planning de développement et d’homologation ?

« On va commencer par le faire le bilan et repasser nos gammes pour voir à quel moment on a pas pris les bonnes directions, mais nous ne sommes pas encore à imaginer le besoin de passer par des homologations. Vous savez, pour homologuer des pièces c’es très long, on a très peu de possibilités et peu de jokers par an, donc quand nous passons un joker, il faut être sûr de notre coup. On a besoin de revoir notre approche de la Corse et comprendre. »

Peux-tu revenir sur ce système de jokers justement ?

« C’est assez simple, on homologue la voiture et à partir de là, si on veut changer des pièces importantes homologuées, on doit passer par les jokers. On en a cinq par an pour la partie chassis, et pareil pour le moteur. A chaque fois que l’on change un chapitre de l’homologation on va dire, il faut utiliser un joker.

On prend l’exemple d’un changement de berceau où il faut utiliser un joker, ce qui limite notre développement. A côté de ça, nous avons des pièces VO (variantes options), qui ne nécessitent pas de passer de jokers, comme par exemple des chapes de train, des amortisseurs et ce genre de pièces.

Cela permet quand même d’avoir une certaine flexibilité et d’élargir son champ d’action mais ça limite les possibilités de modifier en profondeur les pièces de la voiture. Il faut savoir que les jokers non-utilisés ne sont pas reportables d’une année à l’autre. Il faut faire avec, à partir du moment où la règle équitable, il n’y a pas de problème.

Mais c’est contraignant, car si vous changez des éléments d’aéro, à chaque fois ça prend des jokers, donc il ne faut surtout pas se tromper et on ne peut pas faire marche arrière. »

Comme par exemple avec l’aéro que vous testez en essais depuis le début d’année ?

« Cela représente plusieurs jokers, et même trois avec le bouclier avant, l’arrière et l’aileron. Heureusement, en essais, on peut faire se qu’on veut et les pièces que vous avez pu voir en photos ne sont pas homologuées. »

A partir de quand ces évolutions pourraient arriver ?

‘On y travaille, et encore une fois, comme c’est un sujet compliqué, il ne faut pas se tromper et on prend le temp de peaufiner notre boulot. Cela peut bouffer beaucoup de jokers, au détriment d’autres . Avant de passer à l’homologation, il faut être sûr d’être prêt. Si ça ne marche pas, il faudrait revenir en arrière, mais en déposant un nouveau joker, donc nous n’avons vraiment pas le droit à l’erreur. Mais les deux voitures peuvent avoir des jokers différents sur l’année (exemple d’Ogier en Finlande), mais au 1er janvier de l’année suivante, les deux voitures doivent être identiques.

On aurait droit de faire ça sur les voitures de Seb et Esapekka mais en général si on fait une nouvelle homologation c’est que l’on est sûr de nous. Ce n’est pas une façon de faire, d’homologuer et de voir si ça marche en course. Cela vous paraît un peu long, et vous vous demandez ce qu’on peut faire, mais c’est un processus très long. Si on se trompe, ça peut être pénalisant sur toute l’année ensuite.’

La suite de cet interview sera publié en fin de matinée





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. olive dit :

    ou alors ils ont posé un joker!!!!!!! qui apparement ne fonctionne pas! et devront en poser un autre,au moins pour l’asphalte,si j’ai bien compris

  2. p106 dit :

    pour moi , le pere boudar nous ballade ! tu te trompes de set up , ok , mais en 3 jour , tu reviens a des reglages éprouvés ! qu est ce qu il y avait de different ce week end sur la c3 qu il n y avait pas en catalogne ??? est ce que quelqu un sait , rs peut etre , si ils avaient les amortisseurs reiger ?

    • Joebarf16 dit :

      Bien vu voisin du septante !
      De mon expertise de canapé je ne vois à priori que cette seule solution : réglages genre Catalogne qui ont fait leur preuve, mais un composant changé, et à part l’amortisseur dans une suspension je ne vois pas quoi d’autre ?
      J’imagine que quand on part avec de nouveaux réglages on emporte aussi dans les bagages « ceux d’avant » au cas où ?

      • Ben 07 dit :

        A mon avis, les réglages du Catalogne ne sont pas top. Non seulement un tarmac n’est pas l’autre, les gommes peuvent avoir changé, la voiture a évolué, la météo est (très) différente, mais aussi et surtout en Espagne les voitures entament le rallye en mode « terre » et sont ensuite reconditionnées aussi bien que possible en mode « tarmac ». Les réglages arrêtés à ce moment ne sont certainement pas les meilleurs. Mais tout le monde étant logé à la même enseigne, il faut surtout ne pas avoir des réglages pires que ses adversaires. En Corse, particulièrement cette année, la question est par contre d’aller vers le top du top en matière de set up. La confiance du pilote et , derrière, les temps vraiment bons, sont à ce prix là. A l’inverse des pistes qui laissent la place à un peu d’approximation, l’asphalte tortueux accorde peu de pardon à celui qui se loupe. Les pilotes le savent, et ont besoin, là bien plus qu’ailleurs de pouvoir taquiner la limite en la sentant de façon fiable. Cela a été frappant d’entendre tout au long du WE les pilotes , cadors ou pas, spécialiste tarmac ou pas, évoquer ce manque de confiance dans leur machine. Pour en revenir à la proposition, perso, je pense que, non, il ne suffisait pas du tout de simplement décalquer les réglages espagnols pour solutionner le problème.

    • olive dit :

      entierrement d’accord P106 quand tu vois qu’ils sont capable de refaire une voiture de A aZ a part l’arceau pour repartir en rallye 2!!!!!!!

  3. roland59 dit :

    moi, je disais avant rallye qu’une « contreperf » serait une drôle de surprise…
    alors maintenant il faut tout analyser et identifier les causes…
    le parcours était largement modifié et les Toy/Fiesta avaient déjà et bien montré en 2018 qu’elles avaient du punch … quand la Hyundai dévoilaient ses lacunes asphalte TDC…
    sur cette édition 19, les I20 paraissaient rester en (net) retrait sur le SD… seul Sordo fit moyen quand les Loeb/ Neuville y prennent une valise et j’ai un peu de mal à imaginer que le team ait fait exprès de le rendre aussi médiocre… au final, le belge reste au contact et hérite…
    alors oui, il y a du taf… et peut-être pas que sur la voiture…

  4. riri73 dit :

    Super l’interview ! ainsi que les autres proposées ce WE. La qualité de l’ITW dépend quand même beaucoup des questions posées. Du coup, comment ça se passe ? Des fois y’a t-il des exclus RS, d’autres fois êtes vous un groupe de journalistes et si oui combien ? (Auto-hebdo, l’Equipe etc..) Et du coup, vous avez droit à combien de questions chacun ? J’aimerais bien connaitre ce genre de détails.

    • Rallye-Sport.fr dit :

      Dans le cas présent, c’était tout seul sur un coup de chance à l’aéroport. Pour le reste, c’est très variable, de 1 à 4 Francais en gros. Avec nous, AH, l’équipe, échappement et RMC en gros. La limitation se fait naturellement avec déjà le nombre de questions en stock et le temps imparti en zone média ou le mercredi soir ou avant/après conférence de presse

      • riri73 dit :

        OK, donc exclu RS pour celle-ci ! Super.

        • Rallye-Sport.fr dit :

          Difficile de faire plus qu’exclu la. Mais quand même pour d’autres articles, il y .a des exclus comme les 2/3 de Neuville et l’histoire des Yaris. Pareil pour Ogier avant la conf de presse là où ils sont les plus « libres »

      • Pierre12 dit :

        Merci beaucoup RS pour votre superbe travail.
        Des infos plus techniques on en redemande !

  5. Rom dit :

    Lappi a son mot a dire. Il regle sa voiture comme il l entend. Tout le monde a des reglages differents. Il etait tres content de ces regalges avant le rally et pensait que ca allait le faire. Bref tout le monde c est planté en essai… Ogier lappi et citroen. Il se peut egalement que les autres ont progressé alors que citroen a essayé de rendre la c3 plus homogène ce qui a pu la rendre moins pointu la ou elle excellait… Le goudron… Car comme disait loeb c est une voiture tres type racing et ultra pointu

    • Fab dit :

      Il y a les réglages spécifiques à chacun des pilotes et il y a forcément la « philosophie » de la voiture, vers quoi elle va tendre avec forcément l’influence du leader.
      Pour le cas de Citroen, je suis d’accord pour dire que les choix d’Ogier n’ont pas encore du avoir un énorme effet sur la base C3. Mais on voit bien que lorsqu’un leader est installé (Neuville chez Hyundai), il emmène l’auto dans la direction qu’il le souhaite. Loeb en est la 1ere victime, en étant jamais aussi performant qu’il a pu l’être avec la C3 2018. Pourquoi? Parce que même en essayant plein de réglages, dont certains vont mieux que d’autres, la philosophie de l’auto n’est quoiqu’il en soit pas en totale harmonie avec son style. Alors il s’en accommode mais ça ne lui permet pas de faire péter des gros temps.

      Pour en revenir à Citroen, on peut aussi penser que l’absence de continuité avec l’arrivée de 2 nouveaux pilotes n’a pas aidé dans cette erreur de setups.

      • Rom dit :

        Mouais… Je persiste. Citroen essaie de rendre la voiture plus homogène bref une voiture de rally un peu moins type circuit. Du coup il se peut que ca reduit la perf de l auto sur asphalte. Mais n oublions qu il y a 3 rallys asphaltes dans l annee donc il vaut mieux que la voiture devienne homogene au lieu de jouer la victoire sur 3 rallys. En meme temps si ogier qui a bénéficié de faits de course finit sur le podium quand la voiture marche pas. Il y a je pense de quoi etre optimiste pour le championnat. De plus c est le premier rally ou il rentre les 2 voitures dans les points et malgré ca avec 2 voitures iks sont 2d du championnat constructeur… Donc meme si il faut comprendre ce qu il s est passé en corse et progresser il faut egalement se dire que le debut de cette nouvelle equipe est tres encourageant.

        • Fab dit :

          Plus homogène ok mais pas au point d’être la dernière force du plateau, en ayant été la 1ere l’an dernier et même sur le Monte Carlo, même si plus atypique.

          Bref, tout le monde l’a dit dans l’équipe. Ils se sont plantés. A voir pour la suite.

  6. Jean Dridéal dit :

    Il y a de ces fautes d’orthographe dans l’interview…

  7. Fan dit :

    Avant même le rally, ce n est pas un sextuple champion du monde plein arrogance qui disait que les belges ne savaient pas regler une voiture.j attend une autre analyse minutieuse de mr ogier avant argentine.

  8. Fab dit :

    Je m’interrogeais aussi dans quelle mesure Lappi (qui n’est pas du tout évoqué dans cet interview, ce que je trouve assez dommage) avait son mot à dire ou pas sur le setup de départ.
    Parce que sur les réactions en fin de spéciale, le contraste entre les 2 pilotes étaient assez flagrants. Ogier était clairement énervé, vexé d’être aussi loin et de s’être trompé.
    Lappi semblait très déçu, résigné, assez blasé, un peu victime en fait (ce n’est que mon interpréatation). Est ce imaginable qu’il ait du subir la direction prise par l’équipe (donc par son leader) sans avoir réellement son mot à dire par rapport à ça. Pour être plus précis, admettons que Lappi ne soit pas du tout d’accord avec Ogier pendant les essais sur les choix à faire. On imagine bien que le sextuple champion du monde aura le dernier mot.
    Bref, des questions sans polémique. Surtout pour comprendre quelle est la marge de réglages d’un numéro 2 par rapport à son leader, lorsque les styles sont différents?

    • Sylvain dit :

      Fab, voir ma réponse à l’autre, ça s’applique ici.

      Sur Lappi, cela peut se passer comme tu dis, mais quand même, l’interview qu’il fait (j’espère faire aussi bien que l’an dernier), il aurait pu dire « j’espère me trouver aussi à l’aise qu’avec la Yaris », c’est-à-dire évoquer des soucis AVANT ce qu’il n’a absolument pas fait…

      Pareil pour Ogier il dit être à l’aise sur la C3, comme sur la Fiesta, et puis psshhhhttt…

      C’est quand même super étrange, car les conditions d’essais paraissaient assez semblables à celle de la course (météo, route, etc.)

      • Fab dit :

        Peut être qu’on est dans le fameux « le mieux est parfois l’ennemi du bien ». Budar le sous entend un peu.
        Niveau com’, rien ne laissait penser à ça en effet. Mais bon, la com’ reste la com’ et parfois, elle peut être obscure et ne pas refléter l’état d’esprit des pilotes, qui espèrent en communiquant positivement.

        Étrange. Je crois qu’on peut s’arrêter sur ce mot et regarder vers le prochain rallye.
        Parce qu’on aura probablement pas d’autres explications, à part peut être dans le 2/2 qui arrive.

        • Sylvain dit :

          Lefebvre sur Canal et Breen sur Redbull ont utilisé ce mot étrange et personne des deux ne comprenait, ou peut-être qu’il comprenait que c’était la faute à quelqu’un qu’il n’avaient pas la légitimité de critiquer?

          Seul Makinen a été clair (Ogier est indiscutable c’est pas là qu’il faut chercher), à moins que lui ne soit un roublard absolu, genre laissons-les s’enfermer dans leurs impasses et n’aidons pas la situation 😛

    • Rallye-Sport.fr dit :

      La partie Lappi arrive

  9. Fab dit :

    Très intéressant. On y voit plus un peu plus clair dans ce qu’il est possible de faire ou pas et comment le faire, en fonction des jokers ou non.

    Apparemment, on est bien sur une grossière erreur de setup qui a relégué ce qui aurait du être la meilleure auto du plateau à la moins bonne. Possible conséquence d’un mariage encore trop jeune entre Ogier et Citroen et d’une confiance peut être un peu trop aveugle envers le sextuple champion du monde?

    Meeke n’était peut être pas si mauvais que ça pour sentir cette auto et la régler performante, notamment sur asphalte. Son vrai problème, c’était de la laisser sur la route après… :/

    • olive dit :

      je pense que meeke n’est pas un mauvais pilote de developpement. le probleme quand il y etait c’etait certaines manches terre! apres j’aurais aimé savoir si meeke ne devait pas prendre des risques inconsidérés pour arriver au niveau des autres! apres une chose est sur,en corse la c3 n’etait pas a son aise,a part dans la longue

      • Sylvain dit :

        J’avais pas vu que c’était un article sur Meeke, mais vu que ça l’est parlons de lui :

        – MC crevaison
        – Suède sortie (oui je sais dans la neige on ne crève pas)
        – Mexique crevaison
        – Corse crevaison

        Et c’est clair qu’avec la Toyota, il doit prendre des risques inconsidérés et passer sur plus de bordures que les autres 😉

        • fab dit :

          Ah mais moi, quand je dis « son vrai problème, c’était de la laisser sur la route après », je peux sans problème t’écrire ça si tu veux: « Meeke, son vrai problème c’est de garder toutes les autos sur la route et on le voit encore cette année avec la Toy! »
          Il se concentre apparemment sur les Power Stage…

          Bref, c’est toi (et olive)qui en fait un article sur Meeke. Mais le vrai problème de Corse, c’est bien les réglages de la C3 et c’est bien de ça qu’il est question dans cet article. 🙂

          • Sylvain dit :

            Je répondais à Olive, qui globalement parle de Meeke, ou de Meeke 🙂

            Moi je parle peu des troisièmes pilotes, sauf pour Ostberg et Sordo que j’apprécie beaucoup.

        • DUCH dit :

          Mince, ben je l’aime bien moi le MEEKE!

          Il a du peps et est bien moins aseptisé que les autres pilotes….

          Pour la Citroen, il est beaucoup sorti avec… mais il a du surpiloter également!

          Par contre, pour les Toyota, c’est dingue le nombre de crevaisons qu’elles subissent depuis la fin de l’an dernier… ça me laisse perplexe.

        • olive dit :

          en effet silvain pas un article sur meeke,mais quand meme 3eme année de la c3 meeke,pilote a fait parti du projet!! alors un set up pour un terrain pas entierrement sec?? soit. ils avaient cas faire un set up different sur les deux autos!!!! apres lappi peut pas comparer les deux autos sans avoir été sur les deux autos sur le meme rallye? si?

          • olive dit :

            apres silvain tu parles peu des 3emes pilotes ça m’etonne pas. meeke c’est meeke mais au championnat c’est le 1er des deuxiemes pilotes.

    • Sylvain dit :

      Comme toi Fab, s’il y a UNE responsabilité claire, elle est des pilotes qui ont raté un truc au cours de leurs essais. Parce que je veux bien que la voiture ne domine pas, si les autres ont bien travaillé, pourquoi pas… mais les pilotes doivent être à l’aise!

      Si les pilotes ont bien fait leur job, ils doivent sortir des phrases comme Sordo : « je ne comprends pas, la voiture va bien, j’ai attaqué, mais les perfs vont et viennent sans que je sache bien pourquoi »

      Par contre, la voiture qui ne tourne pas, qui sous-vire systématiquement, ça c’est un problème de mise au point qui regarde directement les pilotes et Ogier in primis. La voiture qui dégoûte Lappi, c’est lui qui l’a piloté en essai, fallait le voir avant.

      Moi j’ai clairement vu que sur certaines typologie d’ES, Lappi était au moins aussi vite qu’Ogier, alors que sur la plupart des autres il n’y était pas.

      Genre l’ES désert des Agriates, que Loeb avait gagnée 2 fois l’an dernier, tout se passe comme si sur une ES qui était clairement en faveur de la C3, Ogier (plus que Lappi) se serait éloigné du set-up qui permettait à cette voiture d’être super compétitive dans CES conditions.

      Voilà, l’ingé de salon a parlé 😉 🙂

      • Fab dit :

        Une partie de ton intervention rejoint ma question concernant Lappi. cf. ci dessus.

        • Rom dit :

          Lappi a son mot a dire. Il regle sa voiture comme il l entend. Tout le monde a des reglages differents. Il etait tres content de ces regalges avant le rally et pensait que ca allait le faire. Bref tout le monde c est planté en essai… Ogier lappi et citroen. Il se peut egalement que les autres ont progressé alors que citroen a essayé de rendre la c3 plus homogène ce qui a pu la rendre moins pointu la ou elle excellait… Le goudron… Car comme disait loeb c est une voiture tres type racing et ultra pointu

          • Fast ans Speed dit :

            Toyota meilleure voiture ,ok ! Mais u détriment de certains détails…..les jantes ? Ou les pilotes coupent trop les cordes ???? Bizarre bizarre …!
            Citroën ? Que s’est-il passé ? Objet un manche ? Non !
            Sous virage, sur virage, il connaît mieux que nous. Ça allait en essais, pas en course, pourquoi ? Ils vont trouver. Pour Seb, il partira en 2 ème position, c’est mieux !!!!!!!