Début difficile pour Loeb




Présent au Maroc cette semaine pour disputer son premier rallye-raid, Sébastien Loeb est arrêté à une trentaine de kilomètres de l’arrivée de la première étape....

d’ancienne génération souffre d’un problème de turbo.

Le nonuple champion du monde des rallyes a finalement été remorqué jusqu’au bivouac par un camion. Au deuxième intermédiaire, le pilote Peugeot pointait en septième position à une minute de son coéquipier Carlos Sainz.

Sur la nouvelle 2008, le pilote espagnol était bien parti pour signer le meilleur temps avant de subir une crevaison.

En tête de cette première étape, on retrouve un pilote du championnat du monde des rallyes avec le saoudien Yazeed Al-Rajhi (Toyota) devant le russe Valdimir Vailyev (Toyota) à 17s et le qatari Nasser Al-Attiyah (Mini) à 1min38s.

A plus de deux minutes, Carlos Sainz réalise le quatrième temps provisoire alors que le finlandais Mikko Hirvonen pointe en onzième position à plus de seize minutes du meilleur temps.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pascal dit :

    Peut-être réussira t-il a mettre à la porte Peterhansel?

    • Denis dit :

      Ne comptez pas là-dessus !
      Si LOEB était LA référence en rallye pendant une décennie, PETER est et reste LA référence en rallye-raid.
      Même si les 2 pilotes savent aussi tenir un guidon, la similitude s’arrête là ; chacun a SA spécialité.
      Avantage PETER : son copilote est très expérimenté dans cette discipline particulière et, encore au niveau physiquement.

    • RALLYE WRC dit :

      éte vous vraiment des passionner de rallye ou des lecteur de presse a ragot
      vive les deux seb les meilleurs au monde

  2. Denis dit :

    Challenge élevé !
    LOEB ne connaît pas le rallye-raid, il le concède volontiers. Il a tout à découvrir dans cette discipline.
    L’auto semble toutefois meilleure que la précédente et, ce n’était pas difficile : la 1ére avait un empattement et des voies trop étroites, donc courte et haute. En somme inconduisible. Des suspensions à la peine, une liaison au sol désastreuse et, un ensemble moteur-boîte non fiable.
    Là, LOEB s’attaque à un dur défi : il a donc tout à apprendre et, même si je trouve sympa d’avoir repris ELENA dans l’aventure, ce dernier n’a ni la connaissance de ce type de navigation, ni la condition physique requise.
    Je suis le DAKAR depuis la 1ère édition et même s’il a bien changé, je pense pourvoir affirmer que je ne mise pas un €uro dans l’affaire.
    Puis, entre son Éminence SAINZ, « Monsieur Dakar – PETERHANSEL », le furieux DESPRES, il va être délicat de se faire une place !
    Cela dit, on verra… Le Sport réserve parfois, de bonnes surprises !

  3. Voisin dit :

    Le problème de la super marque Peugeot c est qu elle tombe en panne
    Quand on voit la catastrophe l année dernière au Dakar

    C est à mettre à la poubelle
    Non fiable ni costaud dans le sable et moteur beaucoup trop fiable
    Bref du vrai brun français.. Bravooooo

  4. m dit :

    Ah décidément quand çà veut pas ! Alalala pauvre Loeb coincé dans le désert et les autres qui ne veulent pas le laisser gagner, mince alors…..
    Au fait que vient faire le rallye-raid ici, heureusement qu’il fait pas de F1.