ES5- Et ça continue ! (Vins Mâcon 2013)




Même sur la plus longue spéciale de la journée, les écarts sont très réduits !

Après deux scratchs consécutifs de Brunson, Julien Maurin est le plus rapide et conforte légèrement sa position de leader devant Jean-Marie Cuoq.

img_0086
or Bellotto, Fabia R2)
La spéciale typique du Mâcon, extrêmement rapide, faite pour les WRC et les GT+. Après la sortie de Cortambert, on négocie une épingle droite serrée qui conditionne toute la montée.

Le rythme est complètement dément pendant 4-5km sur un goudron très abrasif. Les notes sont primordiales pour les repères de freinage. Après le Col des 4 vents qui passe en fond de 6, on rentre dans le bois mais le rythme ne faiblit pas ! Il faut attendre la zone de la carrière pour retrouver son souffle. Prudence sur cet asphalte poussiéreux.

On récupère ensuite un VO vers une épingle gauche très serrée en montée où le FAM sera obligatoire (joli point de vue). La route devient plus bosselée et gravillonneuse. La dernière descente avant le gros freinage pour une équerre gauche est très spectaculaire.

FAITS MARQUANTS
Même sur la plus longue spéciale de la journée, les écarts sont très réduits ! Après deux scratchs consécutifs de Brunson, Julien Maurin est le plus rapide et conforte légèrement sa position de leader devant Jean-Marie Cuoq.

L’écart entre les deux hommes évolue peu : 2s1. Derrière, Brunson prend logiquement l’avantage face à Gilles Nantet large leader du groupe GT+ et du trophée Michelin.

En bagarre en S2000 face à Greiffenberg, Arnaud Augoyard doit malheureusement renoncer sur une sortie de route.

Dans le groupe N, Thierry Monnet conforte encore sa position de leader face aux Mégane.

REACTIONS DES PILOTES (FFSA)
1. Jean-Marie Cuoq : « On se régale. Je me fais super plaisir dans la voiture. Je ne me fais pas de chaleur. Derrière, ils attaquent. »
2. Julien Maurin : « J’ai bien roulé sans prendre trop de risques. En ayant un pilotage plus fin. »
3. Eric Brunson : « Les écarts sont faibles, c’est impressionnant ! L’auto est transformée depuis le passage au parc. Je n’ai plus de sous-virage. »
5. Pierre Roché : « Je fais ce que je peux. J’ai un problème de sous-virage. Nous avons encore des réglages à apporter. »
7. Guy Mottard : « Je commence à comprendre le fonctionnement de la 307. Entre les deux tours, on a pu régler la voiture pour moi, ça me convient mieux. »
9. Philippe Greiffenberg : « Arnaud s’est posé dans la descente, ça m’a déconcentré. Pour ma part, l’auto a été durcie, elle a un comportement différent. »
11. Gilles Nantet : « J’ai relevé l’auto, ça va bien. Ca roule extrêmement vite entre les arbres. Il est difficile de faire mieux. »

PROCHAINE SPECIALE : ES6-Lugny – Viré (10,35 km) à partir de 19h23 (Vendredi 14 juin 2013)


Classement ES5/Classement ES5 (provisoire)

Classement mobile





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *