Evans : « Pas le droit à l’erreur »



Peu convaincant pour sa quatrième saison dans la catégorie reine, Elfyn Evans n’a jamais vraiment brillé sur l’asphalte allemand.

Depuis sa deuxième place marquante au Tour de Corse 2015, le gallois a d’ailleurs eu toutes les peines à s’illustrer sur l’asphalte. Comme la majorité de pilotes, Elfyn Evans souligne la grande singularité de ce rallye avec trois types de route en autant de jours de course ! 

« Le Rallye d’Allemagne est un événement assez difficile, mais je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles je l’apprécie tellement. Les caractéristiques des spéciales et les conditions changent constamment, et vous devez vraiment être sur votre garde.

Il s’agit de trouver le bon rythme et la bonne configuration pour chacun des différents défis; ainsi que rester totalement concentré, car c’est l’un de ces événements où les secondes chances sont rares ! »

Si sur le sec, Elfyn Evans semble trop limité pour jouer le podium scratch, la météo pourrait être un allié de poids pour le gallois. Dans ces conditions, tout reste possible et le choix de pneus sera alors crucial.

« La météo peut également jouer un rôle crucial et un rallye humide rendrait les choses assez intéressantes. Mais on va voir ce qui nous sera proposé cette semaine. La Fiesta s’est vraiment bien comportée la dernière fois sur asphalte, et nous viserons un bon résultat. « 

Participations d’Elfyn Evans en Allemagne

  • 2017 : 6e (Ford Fiesta WRC)
  • 2015 : 6e (Ford Fiesta RS WRC)
  • 2014 : 4e (Ford Fiesta RS WRC)
  • 2013 : 6e, 2e WRC-2 (Ford Fiesta R5)
  • 2012 : 1er WRC Academy (Ford Fiesta R2)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. jeanlouis dit :

    Je ne connais pas exactement les termes de son contrat mais… je ne suis pas certain qu’il sera en wrc l’année prochaine. …

  2. Denis dit :

    A voir…
    Evans a fait une belle saison en 2017, mais, c’était avec des pneus D-Mack.
    Je me disais qu’avec des pneus comme ses équipiers, on verrait la différence, afin de savoir quelle était la part de l’avantage ? Là, je pense qu’on y voit plus clair. Je regrette le retrait du manufacturier qui servait de tremplin à une jeune génération avant t’intégrer l’élite M-Sport.
    Maintenant, sur cette épreuve, pour peu que la météo soit bien pluvieuse, il pourrait tirer son épingle du jeu.
    Finir 4, 5 ou 6 serait pas mal. N°2 chez M-Sport à confirmer. A 29 ans, je ne le vois pas devenir un n°1 mais, un bon second à l’image de Sordo chez Hyundai. Régulier et solide.

    • jeff dit :

      A propos de D-Mack, j’avais crû comprendre, quand ils ont annoncé leur retrait, qu’ils n’excluaient pas quelques « coups » en 2018. Au rallye de Grande-Bretagne ? Au Wales Rally, pour défendre leur « titre » ? Meeke sur une Ford D-Mack ça aurait de la gueule !

  3. roland59 dit :

    Evans…, celui en qui quasi personne ne croit… certes, il ne fera sans doute jamais un top ni même un N°1…
    pour autant, son expérience et son professionnalisme au sens large du terme font de lui un très bon équipier. j’ajoute que si l’on considère le rapport points/coût, il est, et de très loin, le meilleur compromis dans le groupe WRC1 et donc normalement le mieux placé pour les mouvements à venir… je donne un ordre de grandeur..
    – Evans c’est environ 1000 euros le point
    – Neuville/Sordo c’est autour de 13000
    – Paddon que l’on pourrait considérer partant, c’est plutôt15/17000…très cher
    – Latvala c’est dans les 30000… bien trop cher..
    – Ogier qui pourrait être à l’origine du casse-tête Citroën, c’est globalement 3 x plus que le belge… démesuré.

    sinon, pour revenir sur le sujet, je souhaite un bon ADAC à Evans, et une bonne année 2019 car à ce coût là, je vois mal comment les équipes au budget (très) contraint pourrait se passer de lui…

    • PLNVX dit :

      L’ordre de grandeur des montants est-ce une estimation personnelle ou as-tu des infos fiables? Le salaire des pilotes est généralement top secret !
      Perso il me semble que tu surévalues Paddon et Latvala et sous-évalues Neuville. Je parle bien de leur salaire et pas de leur talent évidemment.

      • roland59 dit :

        ce sont des conclusions d’une étude sérieuse (que j’ai trouvée sur un site finlandais) sur les revenus des pilotes estimés en fourchettes tout à fait convenables que j’ai moyennées.
        j’ai utilisé ces conclusions pour créer un « relief » sur un rapport point/coût… en prenant les points de la saison 2017 pleine.
        et comme l’indique les résultats mentionnés, les pilotes qui marquent peu de points sont mécaniquement très chers… le meilleur exemple est Latvala… puis Paddon.
        le plus « rentable » si je puis dire après Evans n’est autre que Tänak…
        d’où ma conclusion qu’Evans a encore de l’avenir en WRC même s’il n’est pas au niveau auquel on pouvait l’attendre…
        maintenant l’étude vaut ce qu’elle vaut, mais au regard des chiffres associés à chaque pilote, rien ne m’a surpris… sauf peut-être Evans avec un revenu vraiment faible qui met son vrai ratio à 850 euros.. que j’ai hisser volontairement à 1000 dont j’espère qu’il soit même un peu au dessus… 🙂
        mais sur ma conclusion, je peux avoir tout faux… 🙂

    • Ben 07 dit :

      Certes, mon cher , certes, mais depuis la Finlande, ses points sont encore moins coûteux puisqu’il les cède à son chef de file. Ca vaut des sous aussi, ça, non ? ;-))

    • PA PERRIN dit :

      Est-ce que la valeur du point compte vraiment quand on ramène des titres de champion du monde…?

      • roland59 dit :

        je ne suis pas du tout convaincu qu’un titre pilote avec un top « serve » au constructeur…
        un top, quelque soit la voiture, il gagne des courses, voir un ou des titres… surtout quand il a la meilleure.. mais le mérite en reviendra toujours au top.. Ogier gagne sur la fiesta, Neuville gagne sur la hyundai, Tänak gagne sur la toy… en résumé, ils se partagent des victoires.. voire les victoires jusqu’à l’arrivée pour sortir celui qui aura le plus de points et le désignera champion…
        ou sont les constructeurs la dedans..?? si petits qu’on les voit à peine…
        si un top permet un titre constructeur… çà peut changer… mais quoi au fond..??
        ce titre constructeur ne sera jamais aussi important pour l’employeur que construit sans top… car dans ce cas, c’est la voiture, donc le constructeur, qui prend le dessus sur les tops qui sont ailleurs… et champion pilote pour l’un d’eux… et le constructeur champion n’en a rien à faire ou si peu du top qui est champion pilote à côté…

        • Fab dit :

          Mouais, ce raisonnement me laisse pantois et pour tout dire, je ne suis pas d’accord.

          Si des teams se battent pour avoir un top pilote dans leur équipe, c’est aussi parce que le nom d’un top pilote fait aussi parler de l’équipe dans laquelle il court, qui plus est lorsqu’il est Champion du Monde en fin d’année.
          Citroen a poussé le raisonnement à l’extrème avec Sébastien Loeb dont l’image est devenue indissociable de Citroen, même s’il pilote régulièrement des Peugeot depuis sa retraite.

          • natlin dit :

            voila c’est ca, et aujourd’hui ils sont les seuls a ne pas avoir de top et ca se voit, 0 victoires, cqfd

          • roland59 dit :

            oui, çà fait parler surtout de lui (du top)… et un peu de l’équipe… et après…
            une compétition sportive réduite à cette facette, est bien mal engagée…
            l’exemple Loeb sur 3 manches est édifiant, sportivement c’est un flop assuré quand bien même il gagnait ces 3 manches… soit il fait tout le championnat pour aller chercher le meilleur résultat d’équipe possible, soit c’est un autre… un vrai 3ième pilote… sur une vrai 3ième voiture.
            le vrai pb de Citroën n’est pas de ne pas avoir de top, c’est de n’avoir que 2 voitures… (aussi pour natlin ci dessous)

        • Fab dit :

          3 voitures sans top pilote et avec des 2nds couteaux pas mieux voire moins rapides que la concurrence ( qui elle a en plus un top pilote!, ça fera pas gagné le championnat…
          Au mieux ils gagneront une place et ne finiront pas dernier….
          Bref y à vraiment quelque chose qui m’échappe dans ce raisonnement.

          Et quant bien même l’équipe y arriverait, ce succès pour lequipe est toujours démultiplié par la présence d’un leader connu du grand public.