G.Munster : “Essayer de surprendre”



Fraîchement officialisé en tant que pilote M-Sport pour la saison prochaine en Rally1, Grégoire Munster va s’attaquer à un défi énorme, lui qui possède encore une expérience limitée en mondial, et encore plus, dans cette catégorie.

Aujourd’hui, tu as été officialisé en tant que pilote M-Sport pour 2024 avec une saison complète en Rally1. Comment s’est déroulée cette signature ?

“On a commencé à vraiment discuter de cette possibilité au début du mois de décembre. On a reçu la confirmation pendant le Safari Rally. On avait un bon feeling, mais il fallait quand même attendre cette confirmation, on ne sait jamais. J’ai reçu un appel lors d’un repas au soir d’une étape et on a passé une très bonne soirée !”

Est-ce que ce n’est pas trop tôt pour toi de passer à la Rally1 sur un programme complet ?

“Non, je ne pense pas. Je n’ai pas peur de rouler en Rally1 en tout cas. On y va avec le statut de rookie/outsider. Le but sera de faire du mieux possible sans avoir un objectif précis de résultat. Ce serait de toute façon une erreur de vouloir courir avant de savoir marcher. On va manquer beaucoup d’expérience sur certains rallyes, comme la Suède où j’ai roulé seulement l’an passé, ou sur des rallyes comme la Sardaigne et le Portugal que tout le monde a fait énormément de fois. Sur ce genre de rallyes, je ne m’attends pas à grand chose niveau performance. Au final,  personne ne nous attend vraiment et on va essayer de surprendre.

En Europe Centrale et au Chili, deux rallyes que j’ai disputés en Rally1 cette saison, je serai un peu plus ambitieux. Sur des rallyes endurance comme le Kenya, cela peut peut-être jouer en notre faveur. J’ai aussi une expérience en Lettonie que les autres n’ont pas forcément.”

Les deux dernières semaines, tu as participé au Safari Classic en tant que copilote de Jourdan Serderidis. Que retiens-tu de cette expérience ?

“C’était un truc de fou honnêtement. Il y avait 1600 km de spéciales, soit l’équivalent de cinq rallyes WRC répartis en seulement huit jours. Les caisses étaient préparées pour cet événement et c’était épatant de voir des historiques être aussi fiables car c’était vraiment intensif. Il faut savoir que nous avons par exemple des amortisseurs Reiger qui sont comparables à ceux de la Rally2. Et on a eu un problème moteur qui aurait pu arriver sur n’importe quel terrain.

Cela représentait pas mal de travail avec la préparation du road-book à la veille de chaque étape. Comme il n’y avait pas de reconnaissances, il fallait tout bien préparer avant le départ et être minitieux. J’ai pu me rendre encore plus compte du travail énorme que cela pouvait demander. 

Côté humain, c’était aussi une belle expérience. On a passé de supers moments avec Jourdan (Serderidis). À un moment donné, il a fallu que je monte dans le coffre, car nous étions sur trois roues, c’était un moment assez dingue.”

Quel est ton avis sur le nouveau système de points ?

“C’est difficile à dire. Je n’ai pas envie de trop critiquer car je veux donner une chance à ce concept. Ce nouveau système a pour but de dynamiser le dimanche, et c’est forcément une bonne idée de ce côté.”

Moi qui suis fan de la Formule 1, je pense qu’un format avec “deux rallyes différents” aurait été sympa à tester. Un premier long sur les journées de vendredi et samedi, et un autre sur la seule étape du dimanche avec une quarantaine de kilomètres, comme le sprint de F1. On aurait donc deux vainqueurs sur l’ensemble du week-end. Avec un tel système, on pourrait avoir l’ensemble des spéciales du dimanche entièrement diffusées à la télévision dans chaque pays. Avec cette médiatisation, cela pourrait augmenter les inscriptions sur Rally TV pour les étapes de vendredi et samedi. Le seul problème serait d’avoir un week-end un peu à l’envers avec une plus grande importance donnée au dimanche que les autres journées.”

As-tu des informations sur le développement à venir chez M-Sport ?

“Déjà, je n’ai pas forcément le droit d’en parler, et puis, de toute façon, je n’ai pas suffisamment d’infos sur le développement, on a seulement discuté des axes à améliorer. Je vais pouvoir préparer le Monte-Carlo avec deux journées d’essais. Le but sera de faire un maximum de roulage et de bien me mettre dans le bain. Je vais découvrir une auto un peu différente de l’année dernière avec notamment des différentiels que je n’avais pas sur la voiture de Jourdan.

Avant les essais Monte-Carlo, j’irai chez M-Sport pour faire de l’entraînement à la mécanique et le déverminage des voitures.”

En quoi consiste ta préparation pour la saison à venir, physique et/ou mentale ?

“Je vais continuer avec mon coach personnel pour ma préparation physique. Côté mental, je n’ai rien encore, car je n’ai pas ressenti la nécessité d’en avoir pour l’instant. Chacun travaille à sa manière sur ce point. Peut-être que le besoin deviendra plus important en franchissant un échelon, on verra.

Côté sport, j’adore le padel, c’est vraiment un sport particulier qui me plaît beaucoup et qui colle bien au rallye. Déjà, nous sommes toujours à deux et il y a beaucoup de discussions entre coéquipiers. Ce sport demande beaucoup de réflexes avec le jeu au filet. Le temps de réaction est important, tout comme la prise de décisions. Et jouer avec les vitres, c’est parfois jouissif ! Je pratique environ 3h/semaine avec parfois quelques petites compétitions.”

Pour préparer chaque rallye, les pilotes passent beaucoup de temps à la vidéo. Quel est ta façon de travailler ?

“Je regarde pas mal les vidéos des années précédentes. Je n’ai pas pu pendant le Safari, mais maintenant, je vais pas mal charbonner dans les jours à venir ! Je vais regarder toutes les spéciales et au moins une fois avec chaque équipage. Tout le monde se fait des chaleurs, et j’aime bien tout voir. Je m’inspire aussi du système des notes des autres francophones.

On a parfois l’impression qu’un pilote attaque comme un fou, qu’un autre est plus sage, et au final, le chrono est parfois surprenant. On peut voir des petites différences entre chaque pilote. Par exemple, Loeb et Ogier ont beaucoup plus de notes que Tänak. Même si je ne comprends pas l’Estonien, il y a vraiment une nette différence, chacun a son style.

De notre côté, on a un système qui fonctionne bien et qui est assez différent des autres. J’ai un système assez comparable à celui de Bruno Thiry.”




S’abonner
Notification pour
guest
7 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Florent
Florent
2 mois il y a

Mdr

Sylvain
Sylvain
2 mois il y a

Très intéressant de voir comment un pro étudie et commente les notes des autres pilotes…

Et sinon, oui, bonne chance!