La FIA veut un Kenya plus difficile



De passage au Kenya pour observer les spéciales du prochain Safari Rally, la FIA par l’intermédiaire de Michèle Mouton, a estimé que le parcours actuel devait être durci pour mieux coller à l’histoire de cette épreuve.

« La route était parfaite mais elle pourrait être améliorée et la rendre plus difficile pour les pilotes, tout en gardant la sécurité à l’esprit. Le parcours est un mélange de lignes droites, de virages larges et de vallées au pied  du « Mount Longonot » dans une savane africaine typique, selon Mouton. » d’après le communiqué officiel de l’épreuve.

Par ce constat, la française démontre bien que le Kenya n’a plus grand chose à voir par rapport aux éditions passées, et devra de toute façon, se limiter au maximum à 350 km, soit trois fois moins que la dernière édition WRC au Kenya en 2002.

L’organisation du Safari Rally a bien reçu le message et s’apprête à effectuer des changements pour « l’épreuve candidate » en juillet prochain.

« Le travail va continuer et ses propositions de changement (de Michèle Mouton) pour rendre le parcours plus compétitif et sûr, vont être intégrés pour le Safari Rally 2019 entre le 5 et 7 Juillet cette année. »

En juillet justement, Michèle Mouton sera de retour au Kenya et officiera en tant que voiture ouvreuse pour inspecter en détail cette épreuve : « Il est certain que l’Afrique mérite une manche du championnat du monde des rallyes. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. jeanlouis dit :

    Est -ce qu’on a le droit de dire que c’est nul, nul et nul ???aujourd’hui le wrc c’est :
    – parquer des spectateurs dans des lieux ultras sécurisés pour n’avoir aucun accident ni autres surprises et  »l’essence  » du safari rallye c’était les grands espaces en toute liberté avec des t’as de surprises ! !
    La FIA a une raison d’aller au kenya mais pour l’instant, elle nous échappe. …

  2. Philou dit :

    Je pense que pour mieux coller à l’histoire le monte carlo devrait se durcir…..

  3. Jean Dridéal dit :

    1 spéciale de 350km et c’est réglé. Par contre faudra que nos amis Kenyans soient respectueux des rubalises, faudrait pas que la mère Michelle annule la spéciale pour raison de sécurité…. 😀

  4. minupinu17 dit :

    c’est sûr que ceux qui comme moi on le souvenir de l’épreuve mythique du safari avec ses spéciales de 80km où les pilotes cherchaient leur chemin parmi ces pistes fracassées, au volant de WRC dotées de par buffle et de phares pour être vus par les éventuels bus scolaires ou cyclistes que l’on pouvait croiser par-ci par là en pleine spéciale,

    bah là … 20 spéciales de 15km …

    Voilà quoi

    • Ben 07 dit :

      Et tu oublies le plus important. Le capot peint en noir mat pour éviter les reflets du soleil.
      Et pour les versions très abouties des petits ailerons sous les phares dont je ne sais plus trop s’ils servaient plus à donner de l’appui ou à éviter les remontées de boue. Les mauvaises langues disent qu’ils étaient surtout utiles pour déposer les bières quand les pilotes s’asseyaient par terre dos appuyé contre la voiture à l’étape.
      Mais, bon, le look aventurier avant l’invention du Paris Toccard et des suv obèses , c’était le capot nouaaarrrr mattttt ! Avec ça , même une 4L avec un look sympa (r).
      Tout fout l’camps je vous l’dis. 😉

  5. Ben 07 dit :

    Durcir le parcours pour mieux correspondre à l’histoire de l’épreuve… Avec un total de 350 km … faut par déconner. L’histoire de ce rallye , enfin du East African Safari, c’est beaucoup à la longueur des spéciales qu’on la doit.
    Qu’est-ce qu’elle espère Michèle Mouton, que les cantonniers du coin vont prendre leur pelles et aller faire de trous dans la route ? Note que s’ils ne sont pas d’accord ( les gens sont d’une mauvaise volonté , on imagine pas) elle peut leur envoyer les tremplins mexicains de la première ES puisque pour autant que je me souvienne les autorités et donc elle en particulier n’avaient rien trouvé à redire avant que les pilotes s’en mêlent. ( j’avoue j’ironise un peu facilement , mais cette « initiative » hyper dangereuse me reste un peu en travers de la gorge. Surtout le fait que nul à la Fédération ne s’en soit préoccupé AVANT le risque une catastrophe)

  6. Joël GEORGES dit :

    « la route était parfaite ». Route cela fait plus penser à goudron, non? Cela n’aurait vraiment plus grand chose à voir avec le rallye du Kenya d’antan (il y a un peu plus de 9.000 km de routes asphaltées au Kenya). On est en tout cas loin des pistes d’avant, pour celle qui ne sont pas asphaltées.