Le Dakar 2019 dans les starting-blocks



Ce mardi, les organisateurs du Dakar ont tenu une conférence de presse à l’ambassade Péruvienne de Paris pour confirmer le parcours de l’épreuve qui débutera à Lima le 7 janvier prochain.

Organisée intégralement au Pérou en 2019, l’épreuve proposera ainsi un parcours long de près de 5000 kilomètres dont plus de 3000 seront chronométrés. Concernant le parcours, le sable sera l’ingrédient principal au menu des réjouissances servi aux 334 véhicules inscrits pour cette nouvelle édition.

Parmi les autres spécificités, on notera évidemment la présence d’une étape marathon programmée en première semaine juste avant la journée de repos du 12 janvier à Arequipa, ou encore un départ groupé prévu lors de la neuvième spéciale.

Au rayon des nouveautés, l’organisation a également présenté la règle de « la deuxième chance ». « Les désillusions sont parfois cruelles sur le Dakar, en cas d’abandon prématuré après quelques centaines de kilomètres de course. Cette année, les autos, camions et SxS qui connaîtront cette mésaventure en première partie de rallye pourront réintégrer la course après la journée de repos, dans une compétition parallèle. Concourant dans un classement à part, ces véhicules auront une plaque orange et ne seront jamais autorisés à prendre le départ dans les 25 premiers d’une spéciale, » a précisé l’organisation.

Liste des engagés

Avec 126 autos présentes au départ (dont 30 SXS), le Dakar enregistre déjà une belle affluence avec le plateau autos le plus fourni depuis 2015. Parmi les favoris, on comptera sur Carlos Sainz, vainqueur en 2017, Stéphane Peterhansel, Cyril Despres, Nani Roma, Jakub Przygonski alignés par Mini – X-Raid. Face à cette armada, le clan Toyota ne sera pas en reste avec Nasser Al Attiyah, Giniel de Villiers et Bernhard Ten Brinke. Présent au volant d’un 3008 DKR privé géré par le Team Français PH-Sport, Sébastien Loeb tentera de mettre son grain de sable dans cette hiérarchie !

Absent au Dakar depuis 2016, l’américain Robby Gordon pourrait se mêler à la lutte pour la victoire avec son nouveau bolide : un Textron Off-Road XX. 

Parcours

DateDate de départDate d’arrivéeKm chronométrés
Lundi 7 JanvierLimaPisco84
Mardi 8 JanvierPiscoSan Juan de Marcona342
Mercredi 9 JanvierSan Juan de MarconaArequipa331
Jeudi 10 JanvierArequipaTacna352
Vendredi 11 JanvierTacnaArequipa345
Samedi 12 JanvierRepos
Dimanche 13 JanvierArequipaSan Juan de Marcona317
Lundi 14 JanvierSan Juan de MarconaSan Juan de Marcona387
Mardi 15 JanvierSan Juan de MarconaPisco361
Mercredi 16 JanvierPiscoPisco313
Jeudi 17 JanvierPiscoLima112




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. tintinauperou dit :

    1 dakar au Pérou ?
    ridicule ou alors changez de nom

  2. wawe dit :

    un dakar démarre le premier janvier , donc ce ‘est pas un Dakar !

    • cingil dit :

      Wawe ne passe plus tes 1er Janvier à chercher DAKAR sur les cartes d’Amérique du Sud….Ça fait déjà quelques années que le nom de l’épreuve est complétement hors normes, mais comme TSO a déposé ce titre, il est utilisé sans aucun état d’âme ni respect historique ou géographique.
      Dès le départ le « DAKAR » était le business organisé par un passionné affairiste, (Thierry Sabine), qui en avait ras le bol de se faire battre sur les rallyes des années 70 par plus doués que lui.
      Avec un bon relationnel, et quelques bons appuis politiques, le maire de sa ville, le Touquet, était ministre, il a piqué le concepte de l’Abidjan-Nice qui était la véritable 1ère épreuve de ce genre. Il y a encore beaucoup à dire sur le sujet, mais ça mérite un livre.
      Tout ça pour dire que je n’aime pas le DAKAR.