Un chantier pour tout le monde (Après ES3)



Entre les deux boucles du jour, les concurrents du rallye du Touquet ont fait une pause au regroupement puis à l’assistance, et nous avons pu recueillir leurs impressions après cette après-midi très animée.

Si les visages de chaque pilote étaient encore en pleine forme, ceux des voitures étaient bien différents. Seules les voitures de Quentin Gilbert et Adrien Fourmaux semblaient intactes !

Yoann Bonato – Leader

« C’était déjà bien sale pour moi, je ne pense pas être le seul responsable des dégâts de la route. C’est sûr qu’en étant premier sur la route, c’est un avantage. Après, jusqu’au cinquième, je ne pense pas que la différence soit grande. On a la chance de partir devant et nous en avons profité, c’est cool.

Il ne faut pas trop attaquer et garder une bonne marge pour ne pas faire d’erreur. Tu n’es jamais détendu, tu sens qu’il y a des moments plus stressants, mais ça s’est bien passé. Les spéciales étaient de plus en plus « faciles ». Il va falloir sortir de cette boucle de nuit, l’erreur est interdite. Je ne pensais pas qu’on aurait une avance comme ça après trois spéciales, c’est certain. C’est déjà pas mal comme marge. On a bien bossé au shakedown et on a trouvé quelque chose qui marche bien. »

Stéphane Lefebvre – 2e

« C’était horrible de commencer un rallye comme ça. Je pense que nous étions sur un bon rythme, mais c’est tellement piégeux que si tu freines 5 mètres trop tard, c’est mort. Pourtant, t’as l’impression de freiner bien trop tôt ! Les routes sont beaucoup plus grasses que prévues, je pense qu’on a fait une erreur avec notre retaillage de pneus, Yoann a beaucoup plus retaillé que nous, moitié plus je dirai.

Je cale au départ de l’embrayage (3/4s perdues) et 4 virages après j’étais en train de manoeuvrer. Dans l’ES2, j’ai tapé une chicane. J’ai vu les zones de freins de Yoan et j’ai freiné au même endroit, mais ça n’est pas passé. Mes erreurs représentent une vingtaine de secondes, mais peut-être pas les 23 quand même. »

Nicolas Ciamin – 3e

« Je suis à 1s de la deuxième place…mais déjà à 24s de la première, ça, c’est un peu moins bien. On regarde toujours l’écart avec le premier, forcément. En partant premier, c’est forcément un avantage pour lui (Bonato) et d’ailleurs il me l’a dit, mais ce n’est pas non plus une garantie de résultat.

Je pense que je n’ai pas été aidé par ça. La dernière est la plus propre des trois et finalement, c’est là où je suis le moins vite. Je vais dans un champ dans celle-ci après avoir freiné trop tard, mais je lâche que trois secondes je pense.

C’est un bon début de rallye pour nous, troisième, c’est pas mal. »

William Wagner – 4e

« Je m’en sors plutôt bien après ma touchette. Ce n’est pas réellement une erreur de pilotage, j’ai eu un petit souci au niveau de ma boîte de vitesses et je me suis focalisé dessus. Mon levier de vitesses restait enfoncé par intermittence. Et à ce moment là, quand j’ai relevé la tête, ça tournait. J’ai prié pour que ça ne tape pas trop fort. On entend bien que ça tape mais la fibre ça craque bien. Je me suis pas déconcentré pour autant, et j’ai été surpris de faire un bon temps.

J’étais un peu moins bien dans la deuxième et je me suis vraiment régalé dans la troisième. Je n’ai jamais été aussi bien en championnat de France, sans doute parce-que la voiture marche très bien et je suis vraiment satisfait. On verra à quelle place on rentre ce soir. »

Quentin Gilbert – 5e

« Pas d’erreur pour nous, c’était l’objectif car on sait très bien qu’on peut vite perdre du temps dans ces cas là. On est placés, c’est ce que je voulais pour le podium. La nuit arrive, ce que j’aime beaucoup et ça s’annonce compliqué avec ces conditions. Je ne me rappelle pas à avoir déjà roulé sur une route comme ça, sur des oeufs, et des virages à fond faciles qui ne le sont plus du tout. J’arrive quand même à prendre du plaisir.

J’ai hâte d’être dans la boucle de nuit. La voiture est intacte, peut-être que je n’attaque pas assez (rires). Nous aurions pu retailler davantage les pneus, on va voir. On a une gomme assez dure pour un revêtement comme ça. Il faut grater dans la boue, un peu à l’idée d’un pneu de tracteur donc il faut retailler.

Je suis plutôt à l’aise de nuit, je ne me fait pas trop de soucis pour ça. C’est toujours excitant de rouler de nuit. »

Sylvain Michel – 6e

« On fait un tête-à-queue dans la une, au même endroit que Stéphane Lefebvre dans un truc piège. On en fait un autre deux kilomètres plus loin, et on subit tout le long. La voiture faisait des micro-coupures en permanence. On a débranché tous les boitiers et même soufflé pour que ça remarche correctement, c’était à moitié le cas. Je me bats beaucoup avec l’auto, on va essayer de trouver des solutions de réglages.

On n’arrive pas à exprimer totalement notre niveau de performance. C’est dur de prendre du plaisir dans des conditions comme ça, il faut s’adapter. »

Laurent Pellier – 7e

« C’était comme pour tout le monde, compliqué. On a fait une petite erreur qui a failli nous être fatal. On est sorti un peu large, et cela nous a pété la grille du pare-chocs et a endommagé le radiateur. Mon copilote a pu pincer le faisceau et nous sommes repartis sans problème ensuite. 

C’est notre seule erreur, on a pas perdu beaucoup de temps, mais cela m’a refroidit. J‘ai du mal à me lâcher, ça glisse beaucoup et je ne suis pas en confiance dans l’auto. Financièrement, on ne peut pas trop se permettre de la casser, donc le but est vraiment de rouler et d’accumuler de l’expérience. En voyant les traces des autres, on se dit bien que c’est compliqué pour tout le monde. »

Adrien Fourmaux – 8e

« Zéro erreur pour ma part, pas un tout-droit, pas de touchette, mais justement, on a peut-être été trop prudents ! À un moment, on s’est fait une petite chaleur avec un passage dans l’herbe à fond, mais rien de grave.

Nous ne sommes pas si loins que ça des autres, et pour nous c’est vraiment le chantier sur la route par rapport aux premiers sur la route. Je soupçonne les premiers de viser la boue, car parfois, ils vont dedans sans avoir besoin d’y aller. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. stratos38170 dit :

    BONATO aurait largement sa place en mondial en WRC2 voire en WRC……..Quel dommage qu il ne fasse pas plus d ‘épreuves dans le mondial….