Les Peugeot 207 en embuscade




La première des trois étapes de « Rallye Monte-Carlo du Centenaire » a tenu toutes ses promesses. Les faits de course ont été innombrables, et...

ds/2011/01/bouffier-300x181.jpg" alt="" width="300" height="181" />La première des trois étapes de « Rallye Monte-Carlo du Centenaire » a tenu toutes ses promesses. Les faits de course ont été innombrables, et non moins de six 207 Super 2000 sont classées parmi les dix premiers avec Petter Solberg en meneur des lionnes.

Une première journée riche

Cette première étape s’annonçait complexe. Elle le fut. Sur cette seule journée de course, non moins de 27 équipages, sur les 110 au départ ont abandonné dont les 207 Super 2000 de Peugeot Belux (Neuville) et Peugeot Portugal (Magalhaes), toutes deux parties à la faute. Le choix des pneumatiques fut tout aussi déterminant malgré un temps sec.

Stéphane Sarrazin premier leader

C’est Stéphane Sarrazin, Peugeot France, qui était le premier à mener la course après avoir réalisé le meilleur chrono dans l’ES1. « Cela s’est – un peu – dégradé par la suite » déclare le pilote. « En fonction des températures peu élevées, tous les pilotes Peugeot ont opté pour des gommes tendres. Cela paraissait évident. En fait, ce n’était pas le meilleur choix. On ne peut disputer un Monte-Carlo sans commettre – au moins – une erreur dans le choix des pneus. Aujourd’hui, c’était notre tour. »

Le pilote Peugeot France concédait près de 35 secondes dans l’ES2 avant de rencontrer dans les deux spéciales de Saint Bonnet un souci de radio puis de siège baquet. « Deux longues étapes nous attendent. Dès jeudi, nous repartons à l’assaut ! »??

Petter Solberg, meneur des Peugeot

Sixième, à l’issue de la première des quatre spéciales du jour suite à une faute, Petter Solberg a progressivement haussé le rythme pour terminer la première étape en troisième position. « Je suis très satisfait de ma journée » déclare le champion du monde 2003. « J’ai failli tout perdre dès le premier kilomètre de la première spéciale. J’ai frôlé d’un peu trop près un rocher et légèrement modifié la géométrie du train arrière. L’auto tirait à droite. J’en ai été perturbé tout au long de l’ES1.

Par la suite, je m’y suis habitué et j’ai réussi à conduire – presque – normalement. Finalement, c’estt le choix des pneumatiques qui a le plus perturbé ma course.. Le rallye est encore très long. Je vais crânement jouer ma chance ! »

Débuts prometteurs de Guy Wilks en IRC

Pour sa première course sur 207 S2000, Guy Wilks, aligné par Peugeot UK, occupe une belle cinquième place, dans les roues de Solberg et Sarrazin. Derrière, Bryan Bouffier, François Delecour et Jean-Sébastien Vigion sont, respectivement, 7ème, 8ème et 9ème.

« Etant dans l’optique du championnat plus que de la victoire absolue sur cette course, insiste Wilks, j’ai pris peu de risque sur cette première journée. Je me sens en confiance et à l’aise dans la Peugeot, raison pour laquelle l’objectif est avant tout d’aller au bout de ce rallye. »

Handicapé par un problème de différentiel, Bouffier (Peugeot France) accuse au soir de cette première journée plus d’une minute trente de retard sur le leader Hanninen avec la ferme intention d’aller chercher les meilleurs demain.

A noter enfin la belle performance de la 207 RC Rallye aux mains de l’équipage Jérémi Ancian-Damien Mezy qui se classe 18e de cette première journée, 3e du Groupe R. Ce jeudi 20 janvier, la deuxième étape est plus courte, avec une boucle de deux spéciales, tracée dans le Vercors, à parcourir deux fois. L’effectif Peugeot, désormais porté à 13 voitures est prêt à affronter la redoutable concurrence pour revenir au score.

Communiqué de presse Peugeot Sport





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *