L’homme au sourire d’or




Victorieux ce week-end en Australie en WRC-2, Nasser Al Attiyah s’est replacé idéalement dans la lutte pour le titre.

re. En bagarre tout au long du rallye avec le saoudien Yazeed Al Rajhi, le qatari a vu sa situation s’éclaircir seulement en milieu de dernière journée suite à l’abandon de son adversaire (radiateur percé par une branche puis casse d’une suspension). 

Engagé au rallye de Chypre (18-21 sept) dans le cadre de la cinquième manche du MERC 2014 (championnat du Moyen-Orient des rallyes), le pilote engagé sur plusieurs tableaux a livré ses impressions sur son week end aux antipodes :

« Je suis content d’être en Australie, c’est ma première fois ici. Ce n’était pas facile, après les reconnaissances, le rallye semblait compliqué. Mais on a bien débuté et tout de suite trouvé le bon rythme, qu’on a su garder sans faire d’erreurs. C’est un résultat qui va nous aider pour le championnat. »

Présent en WRC depuis dix ans déjà, le pilote aux multiples casquettes a fait de la pression un véritable allier dans sa quête de résultats. Vainqueur du Paris Dakar en 2011, médaillé de bronze aux jeux olympiques de Londres en skeet (ball-trap) l’année suivante, champion du monde PWRC en 2006, et nonuple champion du Moyen-Orient, le pilote en constante recherche de sensations a su s’adapter à la concurrence en toute circonstance.

Au sujet de ces adversaires cette année, et de la bagarre en Australie, il complète : « En fait, quand on est là, c’est sans pression, même si c’est plus compliqué quand on découvre une course. Avec les nouvelles notes, c’est totalement différent. »

Concernant Yazeed Al Rajhi, il ajoute d’ailleurs : « Vous savez, Yazeed a fait du sacré boulot ce week end et je suis vraiment désolé pour lui (suite à son abandon). Mais tu ne peux être à fond dès le premier passage. Nous, le matin, on a essayé d’améliorer les notes pour être plus efficace l’après midi. On a vraiment été prudent, car si la course s’arrêtait, le championnat était plié pour nous. »

Remonté à la quatrième place du classement, le qatari a en effet pris une belle option sur le titre. Car même si il accuse encore un retard de 8 points sur le leader actuel Lorenzo Bertelli, il possède un avantage certain grâce à son nombre d’engagements cette année. Le classement final s’effectuant sur le nombre de points engrangés en tenant compte de 6 des 7 premiers rallyes dans lesquels un pilote s’est engagé. Présent à seulement cinq reprises cette année, Nasser Al-Attiyah possède donc deux belles opportunités de marquer de gros points face à une concurrence ayant déjà, pour la quasi totalité, atteint le quota. (7 participations pour Bertelli, Protasov et Tanak, 6 participations pour Ketomaa, et 5 participations pour Kruuda qui semble se focaliser davantage sur le championnat finlandais).

Au sujet de ses deux dernières participations, son choix sonne d’ailleurs comme une évidence : « On a une bonne expérience en Espagne, on a été là bas deux ou trois fois, et j’adore le RAC, c’est vraiment un rallye particulier. On devra juste être prudent en Espagne et viser le podium, ce qui nous aiderait dans l’optique du championnat« .

En lice également pour un dixième titre de champion MERC, il ne fait aucun doute que l’homme au sourire d’or se contentera de jouer les seconds rôles en cette fin de saison.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. rallyeseb dit :

    je ne sais pas si m-sport a le sourire d’or en le voyant et bien d’autres

  2. Fabien dit :

    Tanak, protasov et bertelli ne peuvent plus rouler en WRC 2 cette année alors ou ils le peuvent mais en marquent plus de points ?

    • rabu dit :

      L’article complet concernant le règlement :
      8.3.2 Les titres de Champion WRC2 pour Equipes, Pilotes et Copilotes seront attribués à l’équipe, au pilote et au copilote qui auront marqué le plus grand nombre de points en tenant compte des 6 sur les 7 premiers rallyes dans lesquels ils se sont engagés pour marquer des points. Pour les rallyes restants, ils ne pourront ni marquer de points ni priver de points d’autres pilotes inscrits.