Neuville : « Déterminé à le faire »




Jeudi matin, Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul s’offraient six tonneaux lors du shakedown.

Trois jours plus tard, l’équipage belge remportait un premier succès en championnat du monde.

e-42402">

Retour sur cette victoire en conférence de presse.

Thierry, on vous félicite de votre première victoire en WRC et de la première pour Hyundai. C’était incroyable. L’année dernière, il y a eu une bagarre entre toi et Dani Sordo. Il a gagné l’an passé, c’est toi cette année. Comment vous sentez-vous ?

C’est un sentiment incroyable. Je pense que ça me prendra quelques temps pour vraiment réaliser ce que nous avons fait. Le week-end n’a pas très bien démarré avec le shakedown jeudi, une petite erreur mais avec de grosses conséquences. Nous pensions que ce serait peut-être difficile de prendre le départ mais nos mécaniciens ont réalisé un boulot incroyable pour réparer la voiture. J’étais si content d’être au départ du rallye vendredi matin pour essayer de faire du mieux possible et d’apporter un beau résultat pour l’équipe et à chaque personne qui a travaillé si dur sur la voiture.

Etre assis ici maintenant en première position, c’est quelque chose d’inattendu, même si j’étais très content de la voiture et des réglages mais je savais que ce serait difficile car nos concurrents sont très forts sur asphalte. Ca devait être difficile de se battre pour la victoire mais nous avons eu un grand week-end. Spécialement samedi, en attaquant fort et sans faire d’erreur, juste en gardant la voiture sur la route sur la bonne trajectoire et en réalisant les meilleurs choix de pneus car nous avons eu d’excellentes informations météos.

Nous avons été capable de revenir sur Dani et de réduire l’écart avec Kris Meeke pour lui mettre la pression. Et puis dimanche matin, tout a été bon pour nous. Je suis désolé pour Kris et Jari-Matti bien sûr, mais ils ont fait une erreur mais pour nous c’était forcément positif.

On revient sur vos tonneaux de jeudi, c’était une grosse sortie. Tout le monde a vu cette vidéo. Vous avez du penser à ce moment là que c’était terminé non ?

Oui bien sûr. Quand j’ai vu la vidéo dans les vignes, j’ai vraiment réalisé que nous avons eu de la chance. Dans la voiture, c’était plutôt tranquille. Mais quand j’ai vu les images, j’ai dit : je suis chanceux d’être au départ, comme j’ai dit avant. Peut-être qu’après six tonneaux, ce qui ne m’est jamais arrivé avant, peut-être que tout s’est remis en place dans ma tête.

Le rallye a démarré prudemment pour vous, c’était à cause de ce qui c’était passé jeudi ? Il y a eu un problème de frein à main aussi ?

Ca a débuté avec un petit problème, c’était la cause de mes tonneaux. Je ne vais pas reporter la faute sur quelqu’un, mais nous avons perdu cinq secondes dans la première. Puis, il y a eu un autre problème avec de la fumée dans la voiture et un petit incendie, donc il y a eu encore un peu de temps perdu mais nous avons été capable de gérer la situation. Je suis assez fier du job réalisé dans la voiture. Nous avons bien géré pendant tout le rallye en attaquant quand c’était nécessaire et en gardant un bon rythme aux endroits difficiles quand c’était compliqué donc dans l’ensemble, c’est une grande performance.

Samedi, vous étiez devant dans les classements, la confiance était revenue ?

Je me suis senti très à l’aise samedi matin. Mon ingénieur a fait un super boulot en changeant le setup. Quand je suis arrivé dans la spéciale, j’ai senti que la traction de la voiture était incroyable. L’équilibre était comme je voulais donc le feeling était super et j’ai pu attaquer dès les premières mètres.

Et puis une journée follle dimanche. Vous prenez la tête après la seconde spéciale, comment vous sentiez-vous de savoir que vous n’aviez plus « qu’à terminer » deux autres spéciales ?

Quand j’ai reçu le message que Jari-Matti était sorti, je ne pouvais pas y croire, parce-que son avance était grande. Il m’a fallu un certain temps pour réaliser. Je voulais maintenant le rythme mais j’ai fait une petite erreur sur la fin. Puis nous étions en seconde position mais très proches du premier. J’ai dit : « L’année dernière, j’étais très proche mais nous n’avons pas pu le faire. » Cette année, j’étais déterminé à le faire. J’ai pu attaquer dans le premier secteur de la spéciale suivante et j’étais très vite et je savais que Kris allait le savoir et il a fait une petite erreur qui a provoqué son abandon.

A la fin de spéciale, tout le monde était là : votre famille, vos fans. Comment c’était de sortir de la voiture sachant que vous remportiez votre première victoire et que toutes les personnes importantes pour vous étaient là ?

Tout le monde était là. Si vous regardez les spéciales ce week-end, vous avez vu des drapeaux belges et des supporters belges partout. C’était une superbe atmosphère de rouler devant une si grosse foule et près de la maison. Je suis né à 80 kilomètres de là, c’est comme mon rallye à la maison pour moi. C’est encore plus incroyable de gagner mon premier WRC sur ce rallye et avec les membres de ma famille qui m’ont soutenu les six dernières années dans les bons moments mais aussi les plus difficiles. C’est sympa de voir que tout le monde croit en notre performance et je les remercie.

A votre tour Nicolas. On vous félicite pour votre première victoire. Comment vous sentez-vous ?

Très bien. C’était complètement inattendu. Après le shakedown, c’était assez inquiétant mais maintenant ça va, c’est magnifique.

Comment c’était ce dimanche matin car nous avons vu beaucoup de rebondissements. Comment étaient les conditions ?

C’était complètement dingue. C’était comme un rallye en Belgique au mois de novembre où il pleut toujours avec plein de boue. C’était assez habituel pour nous de rouler dans ce genre de conditions et Thierry est très à l’aise dans ce cas.

C’est un super résultat pour l’équipe avec la victoire et la seconde position aussi. Ca doit être un super feeling de revenir avec la voiture et de célébrer cela.

Oui bien sûr, nous sommes très fiers. C’était un rallye d’endurance et nous avons pu le faire grâce aux gars, de la mécanique, des personnes météo mais aussi des ouvreurs. C’était vraiment un travail en équipage, pas seulement l’équipage.

Nous avons entendu une histoire sur les tonneaux de jeudi. Lors des tonneaux, vous avez perdu votre téléphone et vous êtes revenus le soir dans le noir pour le retrouver.

Thierry N. « Oui à 11h15. »
Nicolas G. « Nous l’avons trouvé. Dans le noir, c’était facile de voir l’appel. Le téléphone a sonné et fait un peu de lumière, donc c’était bon. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Denis dit :

    Bravo !
    Cependant, voici quelques bémols.
    Sa sortie au shakedown a dû le bousculer et a remis les cellules en place.
    Ensuite, la voiture n’est pas « sans le moindre souci » comme lu par ailleurs, néanmoins « chapeau » aux mécaniciens !
    Puis, problème de frein à main, début d’incendie.
    Course par élimination, un bon rythme dans des conditions difficiles et un petit coup du destin et la victoire au bout.
    Méritée.
    La roue tourne : la malchance des uns fait le bonheur des autres.
    En tous cas, voilà un encouragement pour Hyundai à savourer car le faux pas de VW ne se reproduira pas tout de suite.
    Vont être remontés les teutons !