Ogier et Loeb au coude à coude




Très attendue, la première journée du Rallye du Mexique a été placée sous le signe de la domination des DS3 WRC du Citroën Total World...

s de seulement 2’’3 à l’issue des dix spéciales, les équipages Sébastien Ogier / Julien Ingrassia et Sébastien Loeb / Daniel Elena ont creusé un écart de plus d’une minute sur leurs adversaires. Le rallye est cependant loin d’être joué : demain, ce sera au tour des pilotes Citroën de balayer la couche de poussière recouvrant les chemins sur terre des environs de León.

Toujours aussi enthousiaste, le public mexicain accueillait les concurrents du Championnat du Monde des Rallyes lors de la cérémonie de départ organisée dans les rues de Guanajuato. Sitôt descendus du podium, les équipages s’élançaient pour la première spéciale, tracée sur les routes pavées de l’ancienne cité minière. Auteur du meilleur temps sur sa Citroën DS3 WRC, Petter Solberg était le premier leader de l’épreuve.

Ce vendredi matin, c’est bien sur les chemins en terre des environs de León que débutait réellement la course. Respectivement quatrième et sixième sur la route – l’ordre de passage de la première journée étant établi par le classement du Championnat du Monde – Sébastien Ogier et Sébastien Loeb bénéficiaient d’une trajectoire déjà balayée par les premières voitures. Meilleur temps des ES2 et 3, Sébastien Ogier se portait en tête.

Sébastien Loeb prouvait lui aussi la compétitivité de la DS3 WRC en se montrant le plus rapide dans les ES4 et 5. Le septuple Champion du Monde regagnait le parc d’assistance pour la halte de mi-journée en fragile leader, avec sept petits dixièmes d’avance sur son équipier.

Le mano à mano se poursuivait tout au long de l’après-midi. Ogier se montrait à nouveau le plus rapide dans Alfaro et Ortega, mais Loeb répliquait dans la spéciale de Cubilete (ES8), décisive pour l’attribution des ordres de départ de la deuxième étape. A l’issue de ce secteur, Ogier conservait la tête, 1’’6 devant son équipier. Après deux passages dans la super spéciale de León, l’écart s’établissait finalement à 2’’3. Après avoir perdu sept minutes à cause d’un connecteur débranché (ES6), Petter Solberg pointait au 13e rang.

« Ma stratégie était simple : il fallait que je roule le plus vite possible aujourd’hui », résumait sobrement Sébastien Ogier. « Notre quatrième position sur la route n’était pas mauvaise, mais pas idéale dans la mesure où deux autres DS3 WRC s’élançaient juste derrière moi. Dans ces conditions, avoir été plus rapide que Petter et Seb tout au long de la journée est un motif de satisfaction. Demain, ce sera beaucoup plus difficile puisque je devrai ouvrir la route. Je ne suis clairement pas dans la position la plus idéale pour remporter le rallye, mais je n’avais pas d’alternative. Je vais continuer à attaquer au maximum. »

Sébastien Loeb, quant à lui, tirait un bilan encore plus positif : « Je ne pouvais pas espérer beaucoup mieux de cette première journée. L’objectif était de ne pas être en tête ce soir. Rapidement, la situation s’est décantée pour nos adversaires et le rallye s’est transformé en duel avec Sébastien. Je crois que nous avons roulé à bloc tous les deux et la suite s’annonce intéressante. Il faut voir quelle sera la réelle influence du balayage. Avec ces nouvelles voitures et les pneus Michelin, j’ai l’impression que les écarts sont moindres que par le passé. J’ai hâte d’être à demain ! »

Olivier Quesnel, Directeur de Citroën Racing, se montrait satisfait des performances de la DS3 WRC sur la terre : « Nous étions confiants à l’issue de nos essais de développement, mais nous attendions avec impatience le verdict du chronomètre pour jauger les performances de notre voiture. Les Citroën ont réalisé tous les scratches aujourd’hui et elles ont fait preuve d’une fiabilité satisfaisante pour le moment. »

Communiqué de presse Citroën Racing





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *