Ogier garde sa couronne




Au terme d’un rallye d’Espagne maîtrisé, Sébastien Ogier est revenu sur son deuxième titre de champion du monde des rallyes lors de la traditionnelle conférence de presse d’après rallye.

ye. A cette occasion, le champion français est revenu sur le déroulement de son weekend, sa saison et sur l’adversité imposée par Jari-Matti Latvala tout au long de celle-ci.

Séb, félicitations ! Vous aviez dit que ce deuxième titre de champion du monde serait une confirmation. Comment vous sentez-vous aujourd’hui ?

Sébastien Ogier : « Je me sens super bien ! Tout champion veut prouver que les succès ne sont pas dus au hasard. On veut toujours confirmer qu’on est rapide et c’était mon objectif pour cette saison. J’ai souvent dit qu’il était difficile de décrocher un titre mais aussi de le conserver, et ce fut le cas cette année, pour de nombreuses raisons. L’une d’elles se trouve à ma droite [Jari-Matti Latvala] : il a été très fort cette année. Sur de nombreux rallyes c’était serré, avec un écart de quelques secondes seulement à la fin. La saison a été très excitante et je suis vraiment heureux de ce deuxième titre, surtout qu’il coïncide avec la victoire de ce rallye. »

A quoi avez-vous pensé pendant le weekend ?

Sébastien Ogier : « J’étais très frustré de ce qu’on a vécu en France et très motivé et confiant en venant ici. Mais je dois reconnaître que j’étais aussi un peu inquiet de disputer la première journée sur terre. Je savais qu’ouvrir la route serait très difficile. Or, on s’est creusé une super avance le premier jour : l’objectif était de ne pas perdre trop de temps et on y est arrivé, ce qui m’a d’ailleurs surpris. J’ai attaqué au maximum et je me suis beaucoup amusé dans la voiture. Passé ce moment-là, c’était un rallye peut-être encore plus difficile. Jari-Matti s’est montré vraiment très rapide sur asphalte, tandis qu’on devait conserver notre rythme. Je suis vraiment très content de la façon dont on a géré ce rallye. Je me suis fait violence pour rester dans le contrôle quand c’était risqué, quand on pouvait crever. Jari-Matti nous a alors repris quelques secondes, mais au final j’ai conservé suffisamment d’avance pour gagner. Ce sont des moments difficiles, vous savez, pour l’ego on aimerait aller un peu plus vite. Mais il faut se dire : “Ok, ce weekend le plus important c’est le championnat”. Et puis il faut accepter le fait qu’il enchaîne les meilleurs temps. »

Samedi soir, vous avez dit que vous ne vous inquiéteriez que si l’écart entre vous et Jari-Matti descendait à zéro…

Sébastien Ogier : « Vous m’avez demandé à quel moment je commencerais à m’inquiéter et quand j’allais réagir… Eh bien c’est quand l’écart est de zéro qu’il faut que je réagisse ! »

Ce fut une très belle saison, mais vous avez reconnu vous être un peu déconcentré.

Sébastien Ogier : « J’ai vécu des moments difficiles cette saison. J’ai été un peu affaibli mentalement, je me suis laissé perturber par l’avenir du sport et ma motivation a vraiment baissé. Quand ça arrive, on n’est plus à 100% de ses performances. Même si certaines personnes ont pu dire que ça paraissait facile, ça ne l’est jamais. Si vous avez un petit moment d’inattention et que vous ne vous battez pas comme d’habitude, alors les choses commencent à aller dans la mauvaise direction. Le plus important, c’est que j’ai réagi. Beaucoup de personnes m’ont aidé en ce sens. L’équipe m’a aidé, Jost Capito m’a aidé et ma femme m’a beaucoup aidé également. Je me concentre sur le présent. Je ne pouvais pas perdre ce pour quoi j’avais travaillé depuis le début de la saison. Ça aurait été stupide de le perdre comme ça. Je suis quand même content de la façon dont s’est déroulée la saison et du règlement sportif. Ce ne sera peut-être plus comme ça à l’avenir… »

Ce deuxième titre est-il plus émouvant que le premier ?

Sébastien Ogier : « Le premier, c’est quelque chose de très particulier. Pour devenir champion j’avais besoin de marquer un point et j’avais trois rallyes pour y arriver. D’une certaine façon, je savais que ça viendrait. Cette fois c’était différent. J’ai super bien commencé la saison et je me suis creusé une avance de 50 points. Mais en France on a manqué de chance et j’ai perdu un joker. Ensuite la pression était plus forte, on aurait pu se retrouver à se battre à armes égales sur le dernier rallye. C’est bien qu’on soit sacrés ici, on n’aura aucun stress au Pays de Galles et on va pouvoir prendre du plaisir sur la fin de saison. On va pouvoir se battre contre Jari, et contre Mikko  : il a été très fort ce weekend et il en sera peut-être de même au Pays de Galles, sur un rallye qu’il adore. Je pense qu’on va faire le show. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. mich dit :

    bravo sébastien , une saison magnifique et alors quel champion,

    • iceman dit :

      « une saison magnifique » : ah , bon ? on n’a pas du voir la même. Certes, Ogier est un top pilote, mais il pilote la MEILLEURE WRC actuelle : la super Polo . Pour preuve : les 3 pilotes V.W. terminent sur le podium du championnat. Il n’y a pas de réelle concurrence. Sauf entre les pilotes VW : Latvala a battu Ogier à la régulière en Finlande. Et le champion français a commis 2 énormes erreurs impardonnables en allemagne.
      Donc , en matière de « saison magnifique » , ce n’était pas vraiment le cas …
      Cette saison ne vaut en tout cas pas le magnifique duel que l’on a vécu en 2011 avec les 2 Seb sur une voiture identique (C3 WRC) avec 5 victoires chacun. Rien à voir avec 2014 …

      • mich dit :

        M iceman ,oui on a pas du voir la même saison effectivement et je préfère ne pas parler de 2011 ?????? . quand aux erreur impardonnable non plus il faut pas oublié que ces pilotes sont sur le fil du rasoir quand à latvala oui c’est un trés bon pilote et la concurrence il y en avait pas plus avant, il y a toujours une marque qui dominait le championat
        Salutations

        • iceman dit :

          Bonjour,
          Quand j’écris : « impardonnable » , il s’agit bien sur d’une remarque eut égard à un champion du monde , qui a un réel talent, et qui lors de sa 2e sortie, n’avait plus rien à jouer (sauf atteindre l’arrivée pour disputer – et remporter ? – la Power Stage). Sinon, vous avez raison : ces pilotes sont à la limite , c’est donc normal, qu’à un moment où à un autre, ils sortent. Et cela n’est pas moi qui leur jetterai la pierre. Ma remarque portait donc sur les circonstances de la 2 sortie d’Ogier en Allemagne, qui reste incompréhensible à ce niveau. (Car lors de la 1ère, il se battait pour la tête , donc là, cela peut arriver).Latvala est aussi fautif de sortir alors qu’il possède + de 50 sec. d’avance sur le second. Voila une précision utile. Meilleures salutations