Tops et Flops (Suède 2024)



Après un Monte-Carlo plutôt tranquille en ouverture de saison, la Suède a été bien plus animée avec de nombreux rebondissements et un dernier jour 

/p>

Pour la septième saison consécutive, les tops et flops restent fidèles à leurs engagements chaque mercredi d’après rallye. Le principe reste le même avec trois catégories distinctes. Dans un premier temps, les “tops” mettent en avant les performances à retenir. À contrario, les “flops” pointent du doigt les déceptions du weekend. Le “ni ni” vient conclure cette chronique avec un élément qui aurait très bien pu figurer dans les deux catégories précédemment citées.

Cette année encore, ce classement se veut purement subjectif et n’attend que vos avis aussi bien proches que contradictoires. Lesquels sont évidemment les bienvenus dans les commentaires en bas de l’article.

Tops :

1Esapekka LappiSouvent placé, quasiment jamais gagnant…Plus de six ans après sa seule victoire en Finlande, EP a enfin trouvé le haut du podium. Personnalité très attachante du WRC, le Finlandais revit après une deuxième partie de saison 2023 désastreuse.
2Adrien FourmauxSur une surface toujours difficile pour un non-nordique, le Français a été d’une régularité exemplaire. Mieux encore, il a été capable de rivaliser avec Elfyn Evans, ancien vainqueur en Suède, sur la majorité de l’épreuve. Au bout, un premier podium en WRC et une 3e place au championnat.
3Oliver SolbergIl n’est jamais évident d’être ultra-favori d’une course. À domicile, le Suédois a vite écoeuré la concurrence et une armada de Toyota Yaris Rally2. Reste à confirmer hors de chez lui désormais !

Flops :

1Kalle Rovanperä et Ott Tänak30 petits kilomètres et puis c’est tout. Les deux gros favoris ont fauté dans la même spéciale alors que la bagarre avait à peine commencé. Au moins, le Finlandais a signé un dimanche irréprochable alors que l’Estonien a traîné sa peine jusqu’à l’arrivée.
2Le barème de pointsOn l’avait facilement imaginé et c’est déjà arrivé. Vainqueur, Lappi, a marqué moins de points qu’Evans deuxième. Un non-sens. Et pour seulement quelques dixièmes en PS, Neuville aurait fait de même en terminant 4e ! Ce système ne devrait pas faire long feu. Enfin on l’espère.
3Emil LindholmSeul pilote Hyundai au départ en Rally2, le Finlandais a connu le même déficit de performances que Nicolas Ciamin au Monte-Carlo. En attendant de grosses évolutions dans les semaines à venir, la i20N Rally2 n’est clairement pas dans le coup, notamment à cause d’un moteur moins performant qu’en 2023 à cause d’un changement de réglementation. 

Ni ni : Elfyn Evans

Plombé par une très mauvaise position sur la route le premier jour, le Gallois a plafonné le lendemain, tombant sur un Adrien Fourmaux plus fort que prévu. Le lendemain, le multiple vice-champion du monde s’est vite ressaisit pour signer une journée quasiment parfaite.




S’abonner
Notification pour
guest
92 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
jmb17
1 mois il y a

(Lu cet après-m’) Si Thierry continue à plaider non-coupable en évoquant un problème de vanne dans le réservoir, des images (nous ne les avons pas vues) existeraient sur lesquelles on voit notre représentant tenter de démarrer sa monture avec le coupe circuit électrique en position off… La FIA a été avertie de la supposée mise en scène …. mais ne peut rien faire vu qu’il n’est pas interdit par le règlement de pointer en retard. La ruse si elle était 100 % avérée n’en demeurerait pas moins “pas très sportive” à partir du moment où un accord entre gentlemen existe… Lire la suite »

Olivier
Olivier
1 mois il y a

Comme au football il y a des règlements absurdes qu’il faudrait réformer. Ex: le tiré du penalty en plaçant les joueurs à 30 mètres, derrière une ligne tracée par l’arbitre ; finies les contestations !
Ici, ouvrir la piste dans ces conditions hivernales pour le dernier vainqueur est absurde. Un véhicule chaîné de l’organisation devrait en être chargé ; une pénalité ridicule.