Une fin de saison des plus prometteuses pour Stéphane Consani




En lice pour le titre en Citroën Racing Trophy, Stéphane Consani est passé tout près de l’exploit lors du Rallye du Var. Même s’il n’a...

img_7954
l’arrivée de la dernière manche, l’Aixois a une nouvelle fois marqué les esprits. La révélation 2012, c’est bien lui !

Flash-back : le 20 mai, Stéphane Consani franchissait le cap de la mi-saison avec un compteur désespérément bloqué à 8 points. « Je pensais mettre un terme à l’expérience après avoir enregistré deux abandons en trois courses », affirme-t-il aujourd’hui.

Après un été passé à se reconstruire en signant quelques belles performances, il s’alignait au départ du Rallye Terre de Lozère, avec l’objectif de ‘faire claquer des temps’ pour marquer les esprits. Ratant la victoire de peu, Stéphane voyait enfin sa saison décoller. Auteur d’une superbe prestation au Rallye de France Alsace, le sociétaire du Collectif Equipe de France FFSA s’inscrivait dans une spirale positive : « Même si je n’ai pas roulé très vite pour assurer la victoire en ‘deux roues motrices’, j’ai pris beaucoup d’expérience en un week-end. »

Le week-end suivant, Stéphane confirmait au Rallye Terre des Cardabelles avec sa première victoire en Citroën Racing Trophy. En deux rallyes, le pilote MY Racing venait tout simplement de se replacer dans la course au titre !

Autant dire qu’il abordait le Rallye du Var avec la ferme intention de défendre ses chances : « C’est une épreuve que j’apprécie, puisque j’y ai remporté le titre en Trophée Twingo R2 l’an passé. Je me sens bien et je me dis que je n’ai pas grand-chose à perdre en revenant de si loin. Je ne me mets pas la pression, je vais attaquer sans trop en faire et nous verrons bien ! »

Dès le vendredi, Stéphane faisait transpirer le chrono avec trois scratches en quatre spéciales. Il bouclait la première étape en tête, deux secondes devant son compagnon d’écurie Sébastien Chardonnet. Le lendemain, le festival se poursuivait avec une nouvelle série de trois meilleurs temps consécutifs ! À mi-rallye, Stéphane et son copilote Maxime Vilmot s’étaient ménagé une avance de plus d’une minute sur Quentin Gilbert !

Mais la belle histoire s’arrêtait dans la spéciale de Vidauban, connue pour être le juge de paix du Rallye du Var. « Je roulais sur le même rythme que depuis le début, sans trop en faire pour préserver mes pneus », raconte Stéphane. « Dans un virage, je suis un peu sorti des rails de la trajectoire et la voiture est partie en tête-à-queue. Nous nous sommes posés sur un petit talus, mais les roues ne touchaient plus le sol. Comme il n’y avait personne d’autre qu’un commissaire à cet endroit, nous n’avons jamais réussi à repartir. Avec des spectateurs, nous n’aurions pas perdu plus de quinze secondes puisque la DS3 n’avait rien… »

Très déçu, Stéphane peut tout de même se satisfaire d’avoir marqué les esprits : « En plus de notre pointe de vitesse sur la terre et l’asphalte, je crois que nous avons aussi montré que nous avions gagné en maturité. Je remercie d’ailleurs l’équipe MY Racing et Simon Jean-Joseph, qui nous accompagnent dans notre progression depuis le Rallye de France. Je pense déjà à 2013. La suite logique serait de poursuivre sur la DS3 R3 et de commencer à sortir des frontières hexagonales pour participer au Championnat d’Europe ou au nouveau WRC-3. »

Preuve de la reconnaissance du milieu, Stéphane a été nominé pour l’élection de l’Espoir de l’Année Echappement. Vous pouvez participer à cette élection en cliquant ici.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *