Y.Bonato : “Évidemment que nous ne sommes pas satisfaits” (Barum)



Pour sa quatrième apparition en ERC cette année, Yoann Bonato a décroché un nouveau top 10 à l’occasion du Barum Rally malgré une crevaison forcément très handicapante.

À l’issue de cette épreuve et avant de démarrer les reconnaissances du rallye Mont-Blanc Morzine cet après-midi, le pilote CHL Sport auto a trouvé quelques instants pour répondre à notre interview habituel après chaque épreuve.

Comme en Pologne au début d’année, tu termines dans le top 10 de ce Barum Rally (9e). Est-ce que ce résultat te satisfait ?

“Bien évidemment que nous ne sommes pas satisfaits, même si un top 10 pourrait paraître prometteur, sur l’asphalte, nous aspirons à un peu mieux. Cela dit, nous avons montré des choses intéressantes sur les nouveaux chronos. Nous avons de quoi travailler en vue de l’année prochaine…”

Tout au long de l’épreuve, tu as globalement signé des chronos entre la 8e et la 10e place. Mais dans l’ES12, tu as réalisé un superbe 4e temps. Comment expliques-tu cette différence de rythme ?

“C’était une ES nouvelle non parcourue depuis 2016. Mon rythme est resté le même que pendant le reste de la course mais nos concurrents sont allés un peu moins vite que sur les ES plus connues.”

Quelles sont les particularités de ce rallye et qui fait tant sa réputation ? La spéciale de Pindula était particulièrement redoutée par de nombreux pilotes. Pourquoi ?

“C’est vraiment un rallye de fou, une ambiance incroyable, des spectateurs ultras passionnés. Certains nous ont fait signer des cartes datant de la saxo challenge en 2002. Des reliques que nous n’avions plus vu depuis un bon moment.

Les ES sont très rapides, majoritairement très étroites en forêt et très sales. L’ES de Pindula est incroyable par sa dégradation de la route et la difficulté du profil. L’es3 également avec beaucoup de sauts aveugles à haute vitesse. Simplement dingue !”

Quel est ton bilan après cette première partie de saison en ERC ? 

“Nous sommes évidemment un peu déçus de notre début de saison, particulièrement dû à nos crevaisons. Finalement, la bonne surprise vient de la capacité à viser de belles choses sur terre. Nous nous étions donnés 1 année pour apprendre ces épreuves, la chose est en cours et il serait dommage de ne pas terminer les courses.”

Sur la fin de saison, est-ce que tu penses être en mesure de signer des résultats aussi bons que l’an passé (2 deuxièmes places) ? Qu’est-ce qu’il te manque pour l’instant pour rééditer de telles performances ?

“Le rallye du Portugal fera son retour sur terre alors que l’an dernier il était sur asphalte. Nous ne pourrons donc pas capitaliser sur notre expérience de l’an passé. Il nous reste la Hongrie et les Canaries que nous avons fait l’an dernier. J’espère pouvoir figurer dans le top 5 en Hongrie et jouer les avants posts aux Canaries comme nous avons pu le faire en 2020.”

Cette semaine, tu reviens en CFR Asphalte avec le rallye Mont-Blanc Morzine. Tu es évidemment un des gros favoris de l’épreuve après avoir remporté 4 des 5 dernières éditions. As-tu jeté un oeil sur la liste des engagés ? Qu’en penses-tu ?

“Bien sûr que j’ai jeté un oeil sur la liste, elle fait rêver ! Les pilotes de légende avec des autos de légende encore très performantes… Nous allons nous régaler ! Espérons que la bagarre soit belle jusqu’au bout de la course.

Nous sommes pressés de démarrer cette épreuve et jauger les capacités de nos Rally2 face aux anciennes kit car reines de l’asphalte ! Le public sera probablement nombreux pour venir assister à un tel évènement.”




S’abonner
Notification pour
guest
7 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Giledouard
2 mois il y a

Je lui souhaite de revenir l’année prochaine. Ce sera alors intéressant de voir s’il y a une progression

aywé
aywé
2 mois il y a

on se rend compte que la connaissance du terrain est très important et trop présente pour le niveau proféssionel. le rallye devient trop ”circuit ” a refaire toujours les memes spéciales chaque année ils roulent au ”par coeur” ils pourront jamais devenir rapide comme Ogier par exemple ou on a vu a chaque nouvelle es il fait très souvent les scratchs car il sait prendre les risques qu’il faut pour etre devant.