Y.Rossel : “De belles émotions pour tout le monde”



Victorieux en Rally2 au Monte-Carlo à l’issue d’une bagarre haletante face à Nikolay Gryazin et Pepe Lopez, Yohan Rossel était fou de joie à l’arrivée au Col du Turni, bien conscient qu’il venait de réaliser l’une de ses plus belles performances en carrière au terme d’un scénario palpitant.

Tu as occupé la troisième place pendant trois jours, et finalement, tu prends la première place à l’issue de la dernière spéciale. Quelle course de dingue !

“On ne pouvait pas rêver mieux. J’espère qu’il y aura d’autres victoires aussi belles à l’avenir. En tout cas, celle-là, je ne vais pas l’oublier. Quand on arrive à la fin de la dernière spéciale, on ne réalise pas trop. On s’est battus comme des fous, et finalement, on gagne dans les derniers mètres. Même si tu as été performant les autres années sur cette épreuve, tu ne sais jamais si tu peux être capable de recommencer. Je monte rarement sur le toit de l’auto, mais là, c’était spécial, car le Monte-Carlo, c’est toujours une grosse charge mentale.

Ce sont de belles émotions pour tout le monde. C’est ma troisième victoire avec Citroën sur ce rallye et on ne s’en lasse pas. Et à choisir, je préfère gagner comme ça, qu’avec plutôt trente secondes d’avance.

On sait très bien que pour gagner le titre, il faudra être au maximum sur chaque épreuve, car la concurrence est très forte.”

Samedi soir, tu semblais être un peu résigné face aux deux autres ? Je me trompe ?

“C’était plus le cas le samedi midi. J’ai alors pris conscience que les deux ne faisaient aucune erreur et qu’il fallait les battre au chrono. Ils ont été très performants et j’ai vraiment tout donné. Je savais que Nikolay avait une grosse pointe de vitesse et qu’il a l’habitude de prendre de gros risques. On savait également que Lopez était un gars hyper rapide, mais je ne pensais pas qu’il garderait ce rythme aussi longtemps. Il a fait un rallye de fou avec de la cadence sur toutes les spéciales. C’était assez impressionnant de voir que nous avons fait notre course à trois, sans forcément calculer les autres. C’est ce genre de bagarres qui permet de franchir des étapes.”

Pour nous, comme pour beaucoup de monde, tu étais le grand favori en Rally2 au départ. Est-ce que tu étais d’accord avec ça ?

“Oui, c’est vrai que tout le monde en a parlé. Moi, je ne pense pas, car au Monte-Carlo, il peut toujours se passer beaucoup de choses. C’est vrai que Citroën a cette image d’être imbattable au Monte-Carlo et que la C3 a toujours été performante sur asphalte. Et je sais aussi que cette épreuve a une saveur particulière pour mes dirigeants.”

En fin de rallye, Pepe Lopez a admis qu’il usait davantage ses pneus que toi. Qu’en penses-tu ?

“Je sais que c’est un de mes points forts. Le dimanche, j’avais néanmoins des pneus dans le même état que lui je pense, alors que Gryazin avait 2 tendres neufs en plus que moi. Sur asphalte, c’est un force de pouvoir mieux préserver ses pneus. Mais sur la terre, ça peut être une faiblesse et il faut parfois que je sois plus incisif.”

Est-ce que des évolutions sont à venir sur la C3 ?

“Pour le Monte-Carlo, on a fait le choix de ne pas rouler avec toutes les dernières évolutions. Sur un Monte-Carlo, on amène rarement des évolutions, et on a surtout bien bossé avec le package actuel, car l’an passé, on avait eu du mal face aux Skoda. Cette année, le chassis est bien meilleur. Quelques évolutions arrivent comme la trappe de toit, un nouveau radiateur sur la face avant, ou encore l’allégement de petites choses. On doit rouler fin février en essais pour tester différentes choses.”

Ton prochain rallye sera la Croatie, mais ton retour sur terre sera en mai au Portugal. Tu n’auras alors pas roulé sur cette surface depuis septembre dernier. Est-ce qu’une préparation particulière est prévue ?

“J’aimerais bien faire un rallye de préparation avant certaines manches, mais pour l’instant, ça n’a jamais été le cas. Je sais que Gryazin va pouvoir en faire, alors peut-être qu’on pourra l’accompagner sur certains rallyes. Là, il est déjà en Finlande pour tester sur la neige et i a déjà aussi un rallye en prévision pour la Croatie.

Après, si je dois rouler sur la terre hors championnat, il faudra absolument rouler avec les pneus du mondial, et on sait très bien qu’ils ne seront pas aussi performants que ceux utilisés en championnat de France Terre par exemple. En comparaison, les pneus sont beaucoup plus durs en Mondial afin d’être plus endurants.

Mais je ne m’inquiète pas. Je sais qu’on pourra rouler en essais et je suis aussi super content que Gryazin soit dans l’équipe. Il a un style de pilotage qui est assez proche du mien, contrairement à Ostberg par exemple où c’était très différent. Comme ça, on peut croiser les informations. Il connaît quasiment toutes les voitures de la catégorie et c’est un vrai plus pour toute l’équipe. J’étais très enthousiaste quand on a évoqué son arrivée. Et pour l’instant, il est super content de la voiture et de l’équipe.”




S’abonner
Notification pour
guest
24 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
verrando sergio
1 mois il y a

Bravo chapeau ,bien fait

Lolotte
Lolotte
1 mois il y a

Superbe perf ! J’ aimerais bien le voir rouler en wrc1