Bonato : « Ce serait un miracle de conserver notre titre »



En sortant de la route au rallye du Rouergue, Yoann Bonato ne s’est évidemment pas facilité la tâche dans la défense de son titre, et à l’image de l’an passé, il devra réaliser une fin de saison exceptionnelle pour renverser la tendance.

Dans cette nouvelle chronique, le pilote des 2 Alpes revient avec beaucoup de recul sur sa sortie de route, et analyse sa situation au championnat avec réalisme et inquiétude légitime.

C’est évidemment une grosse déception pour toi. Explique-nous cette sortie de route et abandon.

« En rallye, la concentration est mise à rude épreuve, souvent, de la simple rubalise qui vole au milieu de la route au vélo qui roule en sens inverse ! Je crois que ma plus grosse surprise en spéciale depuis le début de ma carrière c’est d’avoir croisé une voiture de commissaire, en pleine course, au rallye du Var. Alors non, il n’y a pas vraiment d’explication à ma sortie de route ici, si ce n’est que j’ai perdu ma concentration quelques dixièmes de seconde et ça a suffi pour que je freine un peu tard. On a tapé un muret juste avant la chicane. Avec une roue arrachée on a dû abandonner. »

Avais-tu prévu de rester sur un gros rythme, le même qu’en matinée peut-être ?

« Cette année le niveau est très élevé, on est nombreux à se battre pour la victoire, ce n’est pas possible de rester dans la course avec un rythme faible. Donc on a conservé notre rythme du matin, pour moi c’était le bon et il n’était pas plus élevé que l’an dernier. Je n’ai pas non plus la sensation d’avoir pris tous les risques. C’est sûr qu’on n’est pas loin de la limite à ce rythme et la moindre erreur peut avoir des conséquences lourdes mais on n’était pas non plus pendus par les pieds. »

Au moment de ta sortie, ta première réaction dans l’auto a été de dire : « Mais c’est pas vrai, on ne va pas y arriver ». Qu’est-ce que tu voulais dire par là ? Ton souvenir de l’Antibes notamment ?

« C’est l’accumulation de plusieurs choses ; le souvenir de la Corse où on tombe en panne d’essence en pleine bagarre pour la victoire, évidemment l’Antibes où avec une trentaine de secondes d’avance on ne finit pas le rallye. Ça a été aussi le cas au Vosgien où on ne concrétise pas sur un problème de bougie alors qu’on est en tête du rallye. Ici pour moi c’est le même cas qu’à l’Antibes c’est-à-dire qu’on a une avance confortable au vu du rythme général et malgré cela, on ne concrétise pas. C’est dommage ! C’est une passe qui devrait se terminer après l’été ; les vacances vont faire du bien. »

Au championnat, c’est forcément un coup dur pour toi maintenant. Mais l’an passé, tu avais remporté les quatre derniers rallyes de la saison, de quoi te donner pas mal de confiance tout de même non ?

« C’est un coup dur c’est certain. Il ne faut pas se leurrer, ça va être très compliqué pour le Championnat. Alors effectivement on a connu ça l’an dernier et on a eu une chance énorme qui a compensé la malchance de début de saison. Les choses ne se reproduisent pas chaque année et ce serait vraiment un miracle qu’on puisse conserver notre titre. L’important pour nous c’est qu’on arrive à faire une bonne fin de saison et qu’on prenne notre revanche sur le début d’année. »

Avant cet abandon malheureux, tu étais en tête après avoir pourtant rencontré des problèmes moteur le vendredi. Peux-tu détailler ce problème ? Est-ce une panne connue sur les C3 R5 ?

« Oui on était en tête et on n’a pas eu tant de problèmes que ça. On a surtout été embêté dans la spéciale 4 avec une toute petite panne qu’on n’avait pas encore rencontrée sur la C3. On a réussi à bricoler quelque chose qui nous a permis de retrouver notre puissance dans les spéciales 5 et 6. Quoi qu’il en soit il n’y a pas vraiment eu d’impact sur la performance de la voiture. »

Hormis ce problème, tout semblait bien fonctionner pour toi. Est-ce particulier de se battre à la seconde comme ça, et en plus, avec deux petits jeunes ?

« C’est toujours sympa de se battre à la seconde. Ils sont jeunes c’est vrai et dans le rallye quand tu te bats contre des jeunes ça veut dire que tu as réussi à durer dans ce milieu. Sans moyens personnels, pouvoir faire suffisamment de saisons pour voir arriver les jeunes c’est plutôt positif. Ça veut dire que ça dure et rien que ça c’est top ! »

Qu’est-ce qui est important de faire après un week-end comme ça ? Se projeter tout de suite sur les prochaines échéances, ou au contraire, tout couper et essayer d’oublier le rallye pendant des semaines ?

« Surtout il ne faut pas tout oublier. Au contraire, ce sont des expériences dont il faut se servir pour progresser. Je crois qu’on apprend toute notre vie et c’est une étape d’apprentissage, certes un peu lourde mais c’est comme quand on enlève les roulettes du vélo, certaines chutes font mal. Là c’est un peu difficile pour nous mais il faut en tirer les bonnes leçons et progresser encore. C’est aussi un aspect positif de la compétition à mon sens. »

Maintenant, tu as bon espoir d’être en Allemagne dans un mois et demi. Quel peut être ton objectif sur cette épreuve ?

« Il est évident que nous ne sommes pas décideurs de notre présence en Allemagne et le contexte actuel ne joue pas en notre faveur mais nous n’avons pas encore de réponse à ce jour. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Albe dit :

    Très juste Fab et rallyeman74, je cherchais un spectateur au milieu de la route ou la traversant et j’ai donc eu la vision sélective!
    Le comportement de ce spectateur reste relativement fréquent….hélas pour les pilotes!

  2. Albe dit :

    Sur la vidéo « ffsa étape 2 », la caméra intérieure permet de vivre la touchette de Yoann Bonato mais aussi les dernières centaines de mètres avant l’impact. Je n’ai pas constaté de mouvement de spectateurs et ça s’est donc certainement passé un plus tôt dans l’ES.
    Il semble subir les dernières secondes comme s’il n’y était plus, enfin ce n’est q’une impression et impossible de se mettre à la place du pilote!
    La tâche est désormais ardue car la concurrence est très affûtée avec Rossel et Ciamin, au dessus du lot, sans oublier Bonato.
    Rossel en tant qu’usine aurait les dernières évolutions et Ciamin pourrait revenir à la Polo ce qui ne ferait pas les affaires du champion de France en titre si sa C3 n’évolue pas…..
    Un très beau challenge qui peut vite se transformer en mission impossible si un autre abandon survient.
    L’idéal serait que ces 3 avions de chasse luttent à la régulière jusqu’à la fin de la saison !

    • Fab dit :

      Si si regarde bien. Juste avant le droite, au niveau de la zone de freinage, tu as un panneau jaune à droite. En face donc côté gauche de la route, y a un type qui court et qui se colle au mur de la maison, derrière un truc blanc, 1 ou 2 seconde avant le passage de Yoann

    • rallyeman74 dit :

      Albe, comment n’arrive tu pas a le voir ? je viens de regarder la video FFSA, je trouve que çà saute au yeux… le mec est hyper mal placé et pile dans la zone de freinage, c’est évident que ça la gêné (peut etre ton impression « qu’il n’y est plus »), d’ailleurs que font les commissaires…
      apres comme le dit Bonato, c’est a lui de s’adapter au aléas extérieur, c’est le rallye

  3. riri73 dit :

    J’ai envie de retenir sa belle réponse en fin d’itw « Surtout il ne faut pas tout oublier. Au contraire, ce sont des expériences dont il faut se servir pour progresser. Je crois qu’on apprend toute notre vie et c’est une étape d’apprentissage, certes un peu lourde mais c’est comme quand on enlève les roulettes du vélo, certaines chutes font mal. Là c’est un peu difficile pour nous mais il faut en tirer les bonnes leçons et progresser encore. «

  4. Fab dit :

    Combien de pilotes auraient mis en avant ce spectateur pour expliquer voire justifier leur sortie? Dans cet interview, il ne l’évoque pas…
    Ce constat parle de lui même sur qui est Bonato.

  5. tymy dit :

    vraiment dommage pour Bonato, 3 contre performances successives alors qu’il etait a chaque fois parti vers la victoire!… 🙁

  6. bazire dit :

    Et oui pour Bonato ça se bouscule derrière pour avoir le trône et c’est bien pour l’avenir au plus haut niveau du rallye en France …Ca permet de le pousser dans les derniers retranchements et aux p’tits jeunes de se faire remarquer pour un avenir peut-être meilleur ….
    Et aux décideurs tout puissant et usine de venir faire leurs marché sur un CDF ma foi de bon aloi !….

    • jp dit :

      Du CDF au WRC il y a un monde ! pour ma part je ne me verrai pas venir faire mon marché sur le CDF.

      • bazire dit :

        Pour ses deux participations au mondial cette année Bonato et Ciamin jouaient devant ……
        Je doute que dans les autres championnat le niveau soit plus relevé , peut-être en Finlande mais eux c’est surtout sur terre, a chacun ses appréciations comme ils disent chez RS …….
        Et toi ou ferrais-tu ton marché ?…..

        • Michel dit :

          Ben si tu faix pas ton marché sur le CDF tu vas où ? Au MC et au TDC nos deux français étaient bien devant Rovenpera, Veiby ou Katsuta…

  7. jekyll73 dit :

    dur pour Bonato, lui qui apparaissait comme un métronome (de mémoire sa dernière sortie remontait à 2 ans) enchaine 2 sortie en 3 rallyes… c’est la loi du rallye et ça prouve que ça ne se joue parfois pas a grand chose
    j’espère qu’il va se relancer pour la fin de saison

  8. enzo dit :

    Bonato ne roue jamais fort à l’entendre (assez fanfaron), mais finalement il est proche de la limite…
    2 sorties pour lui cette année.
    faut dire qu’avec Ciamin et Rossel , fini le confort des adversaires 1/2 sels du passé…
    un beau championnat, ENFIN.

    • jekyll73 dit :

      adversaires 1/2 sel, sympa pour Bouffier, Ancian et Gilbert…
      concernant ses sorties, au Rouergue Bonato dit etre à l’attaque avant ces sa sortie …
      pour l’Antibes, je pense que sa sortie est surtout due aux conditions climatique qu’a son rythme de course

      • Tchillou dit :

        Déconcentré par un spectateur qui a traversé devant lui, le pilote du team CHL a ensuite loupé son freinage, l’envoyant à la faute…ça c’est pour le Rouergue, il faut pas être très intelligent pour passé devant le voiture et après ces gens là seront les premiers à gueuler quand il n’y aura plus de rallye

    • Bitonio dit :

      Fanfaro Bonato !!! On voit que tu connais bien ce garçon …

    • Juju dit :

      Bonato fanfaron !? C’est triste de lire des coms de merde pareil ! Ce mec est vraiment très simple et sympathique. Quand on ne connaît pas la personne, on ne parle pas !

  9. John dit :

    Allez les solides, rien n’est impossible. Un petit coup de bambou certes mais aussi un gros challenge a relever pour garder cette couronne. Enormement de personne sont derrieres vous et croient en vous. Beaucoup de choses peuvent encore arriver en 4 rallyes. Lachez rien !

  10. Jordan dit :

    Comme ogier l anne dernier va falloir y aller