Cinq heures de pénalité pour Giniel De Villiers



Impliqué dans deux accidents consécutifs avec deux motards depuis le départ de ce Dakar 2022, Giniel De Villiers a écopé d’une énorme pénalité de cinq heures à l’issue de cette cinquième journée.

Ce vendredi, les commissaires ont décidé d’annuler cette pénalité après avoir reçu et analysé de nouveaux documents.

Dans un premier temps, la FIA avait sanctionné le pilote sud-africain d’une pénalité de cinq minutes pour avoir heurté le Chilien César Zumaran lors de la première étape. Sous le coup d’une suspension plus lourde, le pilote Toyota a récidivé le lendemain en écrasant la moto KTM du marocain Mohamedsaid Aoulad Ali après une dune, cette dernière étant hors d’usage.

Devant les commissaires, Giniel De Villiers a tenté d’expliquer cette situation et de se défendre.

“Nous n’avons entendu aucun signal d’alarme de Sentinel. Nous ne doutons pas d’avoir reçu un signal. Le problème est que le bouton du Sentinel est situé sur le sol du côté copilote.

Pendant la spéciale, les pieds du copilote sautent d’avant en arrière et peuvent facilement, accidentellement appuyer sur le bouton. Lorsque nous avons franchi la dune, nous avons vu le motard et je l’ai évité pour ne pas le blesser. Au bas de la dune, on a fait demi-tour pour s’assurer que le pilote n’était pas blessé. On n’a pas ressenti de choc avec la moto à l’atterrissage. Puis on a continué l’étape.

Nous sommes très gênés que quelque chose comme cela se produise. Nous nous excusons beaucoup pour cet incident. Nous sommes également prêts à compenser le coût de reconstruction de la moto.”

Le vainqueur du Dakar 2019 a d’ailleurs trouvé un accord avec le pilote marocain pour payer les frais de réparation de sa moto, tout en lui payant les frais d’inscription pour la prochaine édition du Dakar.

Malgré ces explications, les commissaires sportifs ont donc lourdement pénalisés le pilote Toyota, reconnaissant toutefois la bonne réaction du sud-africain vis à vis du pilote marocain après ce lourd incident.

“Le Sentinel est essentiel pour la sécurité du pilote et pour la sécurité de tous les autres concurrents du Rallye Dakar. La sécurité est l’une des préoccupations majeures de la FIA. a sécurité reste un défi majeur et la FIA s’engage à faire tout son possible pour protéger, entre autres, les pilotes. C’est l’obligation de l’équipage de réagir au signal du système Sentinel pour éviter tout danger pour lui-même et pour les autres.

Les Commissaires Sportifs considèrent le comportement de l’équipage comme une infraction au règlement qui doit avoir des conséquences. Puisque M. de Villiers a volontairement contacté le pilote, s’est excusé, et paiera pour les dommages causés, les commissaires estiment qu’une pénalité en temps est nécessaire. mais aussi approprié”.

Vidéo du 1er accident (aucune image n’est disponible du 2e)





S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Felipe
Felipe
4 mois il y a

5 mn de pénalité pour le 1er accident c’est incompréhensible, de Villiers méritait le hors-course. Il ne s’est même pas arrêté après avoir failli écraser le motard…

serge06
4 mois il y a

bis repetita !

ils sont bien gentils il mérite le hors course !