Franceschi : « Je comprends mais c’est dommage »



Impressionnant dans les spéciales du Terre de Lozère, Jean-Baptiste Franceschi a eu le malheur de rencontrer de gros problèmes sur sa Peugeot 208 R2 samedi après-midi, soucis provoquant derrière une très lourde pénalité.

Neuvième à l’arrivée, le français conserve néanmoins de grandes chances de titre dans cette formule de promotion. Avant cette épreuve, le champion de France Junior 2017 a pu piloter la nouvelle Ford Fiesta R2 en ERC Junior, et notamment au Barum Rally.

Dans cet interview, Jean-Baptiste revient sur ces deux épreuves aux scénarios identiques, avec de grosses performances, mais des arrivées très amères.

Des énormes performances d’entrée mais samedi soir, tout tourne mal pour toi.

« Tout avait parfaitement démarré, notre travail sur la vidéo a payé. On signe 4 des 5 premiers scratchs. On a fait des essais au top avec l’équipe Sarrrazin et on avait un super setup avec une auto parfaite. L’auto faisait ce que l’on voulait.

A 800m de la fin de l’ES5, je commence à connaître des problèmes, la température moteur monte et je n’ai plus de direction assistée. Au point stop, j’essaie de réparer mais la courroie d’alternateur et la courroie de pompe à eau étaient cassées. Anthony Fotia qui s’arrête à notre hauteur, nous passe sa courroie de pompe à eau pour nous permettre de continuer. On pointe finalement avec 5 minutes de retard et écope de 50s de retard. J’ai roulé sans direction assistée dans la suivante et on termine cinquième le samedi soir. »

Le dimanche, tu réalises des écarts énormes face à tes adversaires…mais à l’arrivée tu es lourdement pénalisé de 20 minutes, tombant alors à la 9e place finale.

« Pour la dernière étape, j’ai modifié un peu le setup suite aux averses de pluie. J’ai travaillé également sur les pneus. Nous sommes partis à l’attaque, mais je ne m’attendais pas du tout à faire de telles différences. En attaquant jusqu’au bout, on remonte à la 2e place.

Mais avant le podium Peugeot, la responsable de la communication chez Peugeot m’informe que nous sommes convoqués au collège des commissaires, et je me doutais bien du problème. 1h/1h30 après concertation, j’écope finalement de 20 minutes de pénalité pour avoir reçu l’aide extérieure d’Anthony, un pilote qui nous connaît bien, c’est un ami mais aussi un concurrent qui jouait le podium comme nous.

C’est dommage simplement. On sait tous que cela se joue en spéciale. Je comprends cette réclamation mais c’est dommage pour le sport. Dans cette situation, je n’aurais pas fait ça.

Maintenant, on va attaquer l’asphalte avec deux épreuves à découvrir : Coeur de France et Critérium des Cévennes. J’ai déjà regardé un peu les vidéos. Maintenant que j’ai fait le Barum, je n’ai pas peur (rires). »

En plus de la 208 Rally Cup, tu as participé à trois épreuves de l’ERC cette année. Quel est ton bilan ?

« J’en retiens vraiment un bilan positif. Déjà, être contacté par M-Sport était énorme. J’ai pu rouler avec la nouvelle Ford Fiesta R2T et c’était un plaisir de rouler en ERC Junior.

Tout a bien commencé aux Canaries, une épreuve que l’on a remporté. Le niveau en ERC Junior est très haut et je devais découvrir l’épreuve et la voiture. Donc c’était fantastique de démarrer comme ça.

M-Sport m’a refait confiance pour la Lettonie, c’était un terrain nouveau entre Estonie et Finlande en terme de profil. Au soir de la première, j’étais 2e à 12s de Torn, mon coéquipier estonien. Le lendemain, j’ai oublié de refermer le capot après avoir changé les réglages de suspension (dans le compartiment moteur). On a donc roulé 18 km avec le capot relevé et on termine finalement quatrième, c’était vraiment bien malgré ce problème.

Et 3 semaines avant le Barum, M-Sport me rappelle avec comme objectif d’aider au maximum Ken Torn dans la conquête du titre ERC3 Junior. Je devais également montrer que la Ford était compétitive sur ce terrain.

J’avais pour mission de devancer les Peugeot 208 R2 de Llarena et Furuseth, deux pilotes alors candidats au titre. Les routes sont vraiment incroyables là-bas, c’est très technique, bosselé et dangereux. J’étais vraiment impressionné après les reconnaissances.

La première boucle, c’était de l’adaptation, je n’étais pas à 100%. Dans la deuxième boucle, l’auto était vraiment à ma guise. Le dimanche, c’était une bagarre de fous où l’on signe 4 meilleurs temps. Avant la dernière, Llarena remonte à quatre secondes de moi, mon coéquipier est titré dans cette situation. 

Avant le départ, il y a un arrêt de course de 45 minutes. Je rencontre alors des problèmes moteur sur la voiture avant l’arrivée d’un drapeau rouge. Aux acquis, nous avons perdu 85s et notre temps forfaitaire a été corrigé par la suite. Finalement, c’est l’espagnol Llarena qui remporte la manche et l’ERC Junior. La situation était vraiment très étrange, en sachant que Llarena avait crevé avant ce drapeau rouge justement.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. lpp7 dit :

    Est ce un concurrent qui à porté la réclamation ?

    • Spartan75 dit :

      A priori oui

      D après les Facebook de chacun je dirais qu il s agit du gagnant de l épreuve en 208 loic Astier
      A confirmer ou pas
      La prochaine course va être sympa
      Ça va chauffer
      Ils sont à égalité au niveau championnat bonne bagarre en perspective

  2. OtagO dit :

    Plus qu’étrange cette fin de rallye; il y a des doutes et de la suspicion chez l’ERC. Bravo à Franceschi, il a du talent et de l’avenir.