Groupe F2000 : Brion de mille feux (Finale)



Hors groupe R, catégorie forcément la plus compétitive, le groupe F2000 présentait un plateau très dense où il était bien difficile de dégager des favoris. Au volant de sa Clio 3 F214, Romain Brion a été le plus rapide, terminant également dans le top 20 au scratch. 

En début de rallye, Dimitri Audet était parti sur un énorme rythme avec sa 106 F213 et Romain ne pouvait suivre, pointant à 12s le vendredi soir. Le lendemain, le pilote de l’Eure a parfaitement pris le relais de son adversaire, sorti dans la matinée.

« On a pas été les plus rapides mais les plus réguliers. Tout le rallye, on a roulé à notre main, comme on sait le faire sur n’importe quel rallye et on a juste assuré dans la dernière car on avait 23s d’avance et ça aurait été dommage de s’y mettre. On est super content d’être à l’arrivée et d’avoir cette victoire. J’ai gagné des victoires scratchs et là c’est encore autre chose. Je ne sais pas si c’est plus fort, mais j’ai un copain Gil Delamare, qui a gagné en 2015 et je suis content de l’avoir égalisé.

C’est sûr que les F213 étaient très rapides. Je pense que si Dimitri Audet était resté sur la route,on aurait pas pu aller le chercher, c’est vraiment dommage pour lui. Son petit copain (rires) Yoan Corberand roulait très fort également, et Lanthermann aussi au tout début.

Je savais qu’en arrivant ici les F200013 allaient rouler très vite et je n’aurais pas cru pouvoir gagner le groupe ce soir (*samedi) vu le plateau présent.

En F214, j’avais vu pas mal de beau monde sur la liste, mais finalement, après le prologue, je me suis dit que j’avais une belle carte à jouer. Finalement, ça s’est bien passé. »

Avant de remporter cette finale, Romain Brion avait déjà participé à celles de Gap (2012) et d’Anglet (2010). 

« Lors de ma première finale (2010), je suis sorti dans la dernière spéciale alors que j’étais 3e, et en 2012, j’ai roulé avec une voiture du groupe N que l’on m’avait prêté et j’avais fini un peu plus loin. Je ne fais pas beaucoup de finales car je n’ai pas forcément le budget, et là, ce n’était pas encore trop loin avec 500 km à faire. Je me suis dit qu’il fallait la faire car c’est quand même toujours une belle fête. »

Installé en tête après quatre spéciales, le pilote âgé de 33 ans, a adopté un rythme sécuritaire pour filer vers la victoire.

« J’ai vraiment fait attention en assurant mes freinages pour ne pas faire de tout-droit. J’ai tapé légèrement un talus le vendredi mais sinon la voiture n’a pas pris de chocs. Dans le rapide, j’ai essayé de me lâcher un peu mais dans le serré j’ai fait attention à ne pas faire de bêtises. 

Honnêtement, j’attaque plus sur un rallye de Coupe de France ( je fais surtout des régionaux), qu’ici sur une finale. En régional, sur 6-7 km, l’effort est plus intense alors que là il faut gérer pour aller au bout. »

Dans le groupe F2000, les caractéristiques des voitures peuvent être très différentes, et Romain nous a rapidement décrit sa monture.

« J’ai une bonne mécanique avec 270 cv, une boîte séquentielle 3MO, mais par contre, toute la partie trains, c’est quasiment de la série avec quatre Bilstein simples pour limiter les coûts et des freins d’origine et ça va très bien. Le poids est de 1130 kg, c’est le problème de la Clio 3. »


 





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. ti miche dit :

    330 ch dans une skoda r5 je veux bien mais moi j en connait pas pour le moment !

  2. briwan dit :

    un pilote toujours rapide et très propre!! félicitations a eux deux. a bientôt sur les es normandes!!!

  3. ti miche dit :

    bravo romain j espere d autres victoires chez nous , en tout cas un régale a voir passer !