A la rencontre d’Antoine Chantelauze




Rencontre avec Antoine Chantelauze, pilote du comité Auvergne qui roule sur une 306 F214 depuis trois ans.

s ans. A 25 ans, il compte deux victoires en Coupe de France et vise une qualification pour la finale de La Rochelle cette saison.

Carte d’identité

  • Nom : Antoine Chantelauze
  • Age :  25 ans (Né le 3/04/1989 à Ambert)
  • Région : Auvergne
  • Copilote : Grégory Sivard
  • Voiture : 306 F214
  • Métier : Opérateur de production
  • Début en rallye : 2010 (1 rallye en Subaru Impreza)

Bonjour Antoine, comment es-tu arrivé au rallye en 2010 ? Une passion depuis tout gamin peut-être ?

A la base, j’avais les cousins de mon père qui faisaient du rallye. Avec mon père (j’avais 7-8 ans), on s’occupait souvent de l’assistance et à force de me faire promener, j’avais bien envie de prendre le volant un jour. Après une petite pause “rallye”, je suis arrivé au bord des spéciales à 14-15 ans avec ma mobylette pour assister aux rallyes de la région.

En 2011, tu achètes une Peugeot 306 avec laquelle tu signes un premier top 10 au Pays d’Olliergues. L’année suivante, c’est trois abandons en trois rallyes. Raconte-nous un peu ses débuts et l’évolution ?

J’ai acheté cette voiture qui était “basique” en configuration groupe A. Au premier rallye, nous étions assez contents mais sur les rallyes d’après, nous étions assez loin. C’était impossible de suivre les autres devant, le moteur était bon mais le chassis n’était pas du tout au point. J’avais un peu fait les choses à l’envers, j’ai mis le moteur avant de travailler sur le reste. Ensuite, nous avons fait évoluer l’auto avec des Proflex, une boîte séquentielle et de gros freins.

4

En 2012, c’était une grosse déception, nous avons enchaîné les problèmes, en rallye comme en essais c’était assez galère. Du jour au lendemain, la voiture a commencé a bien marcher, c’était surtout de la malchance comme la butée d’embrayage au Velay Auvergne. Au termine finalement la saison sur une casse moteur au rallye des Monts-Dôme.

En 2013, les résultats sont très bons avec trois podiums consécutifs dont une victoire à la Fourme. Satisfait ?

Dès le début de saison, on rentre dans les 10, on s’attendait pas forcément à ça tout de suite. Sur le deuxième rallye, nous étions pas trop mal mais nous avons eu un problème de rampe de phares mais les temps étaient là.

A la Côte Roannaise, c’était impossible de jouer avec les BMW en montée, pourtant on attaquait fort. Après j’ai envoyé les amortisseurs à réviser.

Du coup grosse surprise à la Fourme face à Pezzutti, même feeling et même rythme mais avec les nouveaux amortisseurs, ça allait beaucoup mieux au niveau des temps, c’était super. Au Velay, au premier tour ce n’était pas terrible mais nous sommes remontés ensuite pour finir à six dixièmes de Gérard Delorme  qui roule sur une auto identique.

Au Noix, c’était super aussi avec une belle bagarre face à  Pascal Clairet, au Montbrisonnais, j’ai eu des soucis sur la voiture et aux Monts-Drôme, j’ai relaissé un moteur dans la même spéciale que l’an passé. Je ne suis pas sûr d’y retourner cette année du coup ou il faut enlever cette spéciale ;).

En 2014, la saison démarre sur une victoire à Oliiergues avant d’abandonner au Lozère et de terminer septième à la Coutellerie. Quels sont tes objectifs pour la suite de la saison ?

Au Lozère, ça aurait du bien se passer et puis j’ai voulu être trop gourmand et finalement nous n’avons pas terminé. A la Coutellerie, nous avons tout perdu après avoir calé dans une épingle premièrement, puis nous avons tapé un poteau EDF.

On va essayer de se qualifier pour la finale mais nous avons déjà grillé nos jokers. C’est assez serré dans le comité, pour l’instant nous sommes dans le top 15. On va essayer de marquer de gros points aux Trois Châteaux ce week-end pour remonter dans le top 10 assez vite. Je veux vraiment disputer la finale cette année, rien que pour l’ambiance ça doit valoir le coup.

Parle-nous un peu de ta voiture, une 306 F214 et ton copilote Grégory Sivard, fidèle depuis tes débuts.

C’est une caisse Matter de 306 groupe A. J’ai des amortisseurs Proflex 3 voies, de gros freins 330/266, une boîte 6 séquentielle et un moteur d’environ 260 ch.

C’était un peu compliqué de trouver un copilote disponible dans le comité. On se connaissait d’enfance à l’école avec Grégory, il connaissait peu ce milieu mais suivait quand même quelques rallyes à côté de chez lui. On a progressé ensemble et pour le moment on ne  se complète pas trop mal. L’ambiance est très calme ans l’habitacle, je veux rester concentré à 100%.

Quel est ton projet pour la saison prochaine ?

J’espère rouler en formule de promotion, c’est quelque chose que j’envisage depuis un ou deux ans. Je commence vraiment à chercher des budgets maintenant, je vais profiter de l’été pour bosser là-dessus. Je vise la 208 Rally Cup car à 26 ans l’an prochain, je ne peux viser que ça, le niveau sera très relevé mais on verra. Il me faut au moins un budget pour 3/4 rallyes, sinon ça ne sert à rien et je préfère rester avec la 306.

Enfin, profites-en pour remercier les personnes qui te soutiennent (amis, sponsors).

Toute la famille et aussi la belle-famille m’aident beaucoup, notamment au niveau de la préparation de la voiture et aussi du côté de mon copilote. Au niveau des sponsors, je tiens à remercier Artisan D3C, Café Lyonnais, Sapec, Lagarde et Hankook.

Site officiel d’Antoine Chantelauze

ES5 du Lozère (3e temps)

ES3 du Pays d’Olliergues (Scratch)





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bibiche dit :

    Un jeune cool et bien sympa une bonne ambiance à l assistance