A.Adamo : “C’était plus difficile de gérer Petter qu’Oliver”



Terriblement déçu de la performance de son équipe au Monte-Carlo, Andrea Adamo a retrouvé le sourire à l’Arctic Rally Finland avec un résultat d’ensemble très positif.

En conférence de presse, le directeur italien de Hyundai Motorsport a exprimé toute sa satisfaction suite à ce week-end victorieux.

“Je mentirais si je disais que je n’étais pas heureux. Après le rallye, ce que je suis ravi de dire, c’est que je constate que les gens ont eu même la réaction que l’année dernière et cela nous a permis à partir de l’Estonie de vraiment riposter et de remporter le championnat des constructeurs.

Pour différentes raisons, nous n’avons pas été assez bons dans l’ensemble pour permettre également à nos pilotes de se battre pour le championnat des pilotes. Pour différentes raisons à Monte-Carlo, nous n’étions pas au niveau. Pas dans la performance mais dans la démarche que nous aurions dû avoir et je me remets en question avant tout. Je pense vraiment ici que nous avons préparé l’événement de la manière dont nous étions habitués et de la manière dont nous devons le faire, avec la détermination qui s’impose. De plus, il fallait se détendre après le Monte-Carlo car certains de mes gars étaient très fatigués. Car je dois dire qu’après l’Estonie, mon équipe a travaillé dur, il n’est pas rentré chez lui pendant une longue période sans voir sa famille, ses enfants, etc. pendant des mois. Parfois, je dois gérer les choses en pensant à ça.”

Questionné sur les performances de Craig Breen, tout de même quatrième à l’arrivée, Andrea Adam a défendu son pilote, moins préparé que ses coéquipiers Thierry Neuville et Ott Tänak pour cette épreuve.

“Je ne critiquerai jamais un pilote publiquement, donc c’est sûr, d’une certaine manière, j’ai dérapé hier. Mais Kalle, Ott et Thierry peuvent confirmer le niveau de performance actuel dans ce genre de voitures et ce genre de rallyes un peu plus courts sont exigeants et ils ont besoin d’une connaissance approfondie de la voiture et de l’utilisation de la voiture pour être vraiment capable de se battre pour le dernier dixième. Souvenons-nous que nous parlons de spéciales qui se terminent par une différence d’un dixième de seconde entre les pilotes. Thierry vient de dire que parfois en lâchant un peu vous perdez. Craig ne conduisait pas la voiture depuis l’Estonie l’année dernière. Il a fait un jour de test. Bien sûr, je pense que c’est un gars qui est parfois plus italien que moi. Il ressentait la pression, pas de moi, mais de la responsabilité de ramener des points à domicile mais, d’un autre côté, d’être aussi rapide et je pense que ce n’est pas facile. Quand je dis que je suis heureux pour mon équipe, c’est que j’ai vu une belle réaction de mon personnel entre les spéciales : vérifier les données, essayer de comprendre où sont les problèmes, pourquoi il y a des problèmes et essayer de les résoudre. Et j’ai vu des gens se concentrer sur cela et c’est le genre de réaction que j’attends de mon équipe.”

Pour Hyundai, cette épreuve a aussi été marquée par les débuts d’Oliver Solberg dans la catégorie reine, le suédois ayant rejoint l’équipe coréenne pendant l’hiver, initialement pour un programme uniquement centré sur le WRC2.

“Sa présence a été décidée lors de la Power Stage à Monte-Carlo car il y a des choses dans la vie que l’on décide sans trop utiliser le cerveau mais en utilisant le ressenti. Parfois, cela fonctionne, et assez souvent ils fonctionnent beaucoup plus que lorsque vous pensez trop à quelque chose. Lorsque vous laissez trop parler vos émotions, c’est parfois bien. Lors de la Power Stage, j’ai dit à Alain Penasse: “Alain, offrons-lui une course à l’Arctic avec notre voiture d’essais”. Bien sûr, nous étions un peu inquiets. Maman, papa, tu sais… Papa…C’était plus difficile de gérer honnêtement Petter qu’Oliver. Je pense que cela a été émouvant pour eux, mais à la fin, il a fait ce que nous lui demandons de faire, de profiter, et je pense qu’il a bien fait. Je pense qu’avoir des jeunes aussi forts comme Kalle ici menant le championnat, même s’il conduit une Toyota, et avec Oliver, c’est bien parce que je pense que nous avons besoin des jeunes aussi forts pour attirer la jeune génération en rallye et assurer le futur du rallye. Avec le promoteur, je pense qu’ils peuvent être d’accord avec moi pour avoir des jeunes de 19 ou 20 ans qui peuvent nous permettre d’attirer la jeune génération au WRC.”




S’abonner
Notification pour
guest
12 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
JPLauten
JPLauten
8 mois il y a

Bizarrement, en relisant les déclarations d’Adamo, je n’ai pas retrouvé l’expression “mon peuple” à laquelle je faisais allusion. Mystère… ou censure rétroactive peut-être ? Cette expression figurait bien dans le texte, j’en veux pour preuve qu’elle m’avait fait bondir et réagir par mon commentaire. Peu importe. Ave el Duce.

JPLauten
JPLauten
8 mois il y a

Adamo parle de SON PEUPLE (“mon peuple…”)! Il se prend pour César (ou Benito)…