ES1- La neige au premier rôle




Sur cette première spéciale du rallye, les écarts sont déjà énormes entre les deux hommes de tête (Kajetanowicz et Consani) et le reste du peloton.

-sport.fr/qualifications-jannerrallye-2015/">Classement des Qualifications
  • Vidéos des Qualifications
  • Ordre de départ Jour 1
  • FAITS MARQUANTS :

    Programme assez inhabituel pour un rallye international puisqu’il se déroule en semaine en se calquant sur le programme des vacances scolaires.

    C’est le polonais Lukasz Kabacinski qui ouvrira la route lors de cette première journée.

    Dix spéciales sont au programme de cette première étape pour un total de 138,4 kilomètres chronométrés.

    Le départ de cette première spéciale de la journée est décalé d’environ 12 minutes.

    À l’arrivée de ce premier chrono, il fait -2°C et la neige tombe. Les voitures 000, 00 et 0 sont passées dans la spéciale.

    Craig Breen n’est pas à l’arrivée de ce premier chrono de l’année. Selon Robert Consani, le britannique est sorti de la route dans une descente, tout comme Kabacinski.

    Plusieurs voitures portent les stigmates de contacts appuyés avec la neige, à l’arrivée de cette spéciale.

    Sur cette première spéciale du rallye, les écarts sont déjà énormes entre les deux hommes de tête (Kajetanowicz et Consani) et le reste du peloton.

    Le polonais prend donc la tête provisoire du rallye pour six secondes face au pilote français. Derrière les écarts sont déjà énormes puisque Jaromir Tarabus, troisième, pointe déjà à plus d’une minute et demi.

    Arrêté dans la spéciale pour dégager son radiateur obstrué par la neige, Stéphane Lefebvre lâche plus de trois minutes et demi.

    Autre favori, Alexey Lukyanuk perd gros également en terminant la spéciale à plus de cinq minutes.

    REACTIONS DES PILOTES :

    Lefebvre« C’était très difficile, j’ai fait un tête-à-queue. On s’est arrêté au moins une minute pour enlever la neige accumulée devant le radiateur. Kabacinski était planté dans un mur de neige à 5 km de l’arrivée. »
    Hirschi« Trois têtes à queue, le grip est impressionnant dans les virages serrés. »
    Botka« Une spéciale glacée. »
    Stajf« J’ai gardé la ligne en roulant comme sur circuit, sans glisser. »
    Raoux « C’est très glissant, et vraiment difficile de rester sur la route. »
    Consani« Breen est out dans la descente ! Mes pneus sont très performants. »
    Neubauer« J’ai vu Breen dehors, et j’ai failli perdre le contrôle. »
    Tarabus « C’est impossible d’aller vite dans ces conditions difficiles. »
    Kajetanowicz« Incroyable avec toute cette neige. »
    Lukyanuk« Le moteur s’est arrêté, probablement à cause de la neige obstruant le radiateur. »

    PROCHAINE SPECIALE : ES2- Liebenau (10,22 km) à partir de 08h59 (Lundi 5 Janvier 2015)

    Classement ES1 / Classement après ES1 (provisoire)


    Classement en cours de chargement...





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. Kivala dit :

      Hé bé ! Dès avant le départ l’équipe Skoda officielle absente, Pech forfait, Baumschlager réduit à courir en « national », dès la 1ère ES Breen dans le décor, Lukyanuk victime de problèmes moteur, Lefebvre retardé…: merci à la neige d’être au rendez-vous, elle, on devrait au moins se régaler des images à venir ! En priant pour que Kajto et Consani tiennent la distance…

    2. Matricon Guillaume dit :

      Breen est vraiment très décevant. Chaque année c’est de pire en pire. Si c’est peugeot qui lui paye son double programme cette année on peut se demander si ceux qui prennent de telles décisions réfléchissent un peu…

      • natlin dit :

        peugeot n’a pas d’argent, breen paye tout depuis 3 ans

      • kevin86 dit :

        Tu ne peux pas te permettre de dire ca sur un tel rallye, BREEN decevant je ne suis pas du tout de cet avis, ce qui est decevant pour le moment c’est la fiabilité de la 208 T16, quand la voiture va bien il fait le job, apres sur de tel rallye, avec des conditions delicates comme c’est le cas, une erreur est si vite arrivée qu’il est difficile d’en tirer des conclusions