L’Australie : les balayeurs gagnent quand même



Il est habituel de dire que le rallye d’Australie représente le terrain le plus pénalisant en terme de balayage.

Avant le final haletant de la semaine prochaine, il était opportun de mesurer l’impact de ce phénomène qui pourrait hautement influencer le résultat final de ce championnat 2018. 

Historiquement disputée sur la côte Ouest tout près de Perth, cette épreuve australienne a déménagé sur la côte Est depuis 2011 et notre article porte logiquement sur cette période 2011-2017.

Nouveau leader du championnat après la Catalogne, Sébastien Ogier possède de très bons souvenirs en Australie malgré sa position de balayeur de 2014 à 2017. Lors de ses trois succès aux antipodes, le français pilotait à chaque fois une Volkswagen Polo R WRC.

En regardant rapidement l’histoire de ce rallye d’Australie, il apparaît clairement que le balayage n’empêche pas les pilotes les plus forts du championnat de s’exprimer, et encore moins de s’imposer. Dès le premier soir d’ailleurs, le deuxième du championnat/sur la route a toujours occupé une place dans le top 3 provisoire, tout comme le premier balayeur, sauf la saison dernière.

2017 : Neuville, vainqueur en partant 2e

2017OgierNeuvilleTänak
Ordre de départ123
Vendredi Soir8e (+47.9)2e (+20.1)6e (+33.0)
Arrivée4eVainqueur2e (+22.5)

En 2017, l’effet de balayage se fait vite ressentir avec de belles performances d’entrée pour Andreas Mikkelsen (9e sur la route) et les deux C3 du duo Meeke/Breen (6e et 7e). Les trois hommes sont tous dans le top 5 au soir du premier jour.

Déjà titré, Sébastien Ogier peine le premier jour mais ne fera finalement pas beaucoup mieux les deux jours suivants, affichant un manque de compétitivité global avec sa Ford Fiesta. De sa deuxième position sur la route vendredi matin, Thierry Neuville a d’entrée joué la victoire, pour finalement creuser l’écart le lendemain et l’emporter logiquement.

2016 : Ogier, vainqueur en partant 1er

2016OgierNeuvilleMikkelsen
Ordre de départ J1+J2123
Vendredi Soir2e (+15.4)3e (+22.5)1er (+15.4)
Arrivée2e (+14.9)3e (+1:12.6)Vainqueur

Double vainqueur en titre en Australie, le français prouve encore une fois qu’il peut être performant d’entrée sur ce terrain, même en balayant la route. Au volant de sa redoutable VW, le gapençais échoue « seulement » face à l’autre Polo d’Andreas Mikkelsen. Le premier jour, Eric Camilli, parti 9e sur la route, s’était bien illustré au volant de sa Fiesta WRC, pointant le premier soir à seulement 20s du podium, notamment grâce à un 3e temps.

Le samedi, Ogier toujours 

2015 : Ogier, vainqueur en partant 1er

2015OgierLatvalaMikkelsen
Ordre de départ123
Vendredi Soir3e (+4.6)1er4e (+12.9)
ArrivéeVainqueur2e (+12.3)4e (+38.5)

Sixième sur la route au départ, Kris Meeke se place d’entrée en tête le premier jour, le pilote britannique étant le seul à rivaliser avec les trois Volkswagen de Latvala, Ogier et Mikkelsen. Le samedi, les Volkswagen partent 2, 3 et 4e sur la route, dominant encore le reste du plateau. 

2014 : Ogier, vainqueur en partant 1er

2014OgierLatvalaMikkelsen
Ordre de départ123
Vendredi Soir1er2e (+0.4)3e (+3.5)
ArrivéeVainqueur2e (+6.8)3e (+1:18.0)

Comme en 2015, Kris Meeke est l’adversaire le plus sérieux des Volkswagen alors qu’il démarre de la huitième place sur la route. Dans des conditions de route égales le lendemain, le britannique reste le seul au contact des voitures allemandes.

2013-2012 : Qualifications

Impossible de tirer une conclusion du balayage.

2011 : Hirvonen, vainqueur en partant 3e

2011LoebOgierHirvonen
Ordre de départ123
Vendredi SoirLeader avant sortie (ES4)Leader
avant sortie (ES5)
1er
ArrivéeXXVainqueur

Pour la découverte de ce nouveau terrain, les trois candidats au titre n’attendent pas pour se montrer à leur avantage. Les Citroën font d’entrée la course en tête avant de sortir rapidement, coup sur coup. Mikko Hirvonen, troisième sur la route au départ, en profite alors pour décrocher un succès précieux dans la course au titre.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. jyves dit :

    à rallye sport :
    est-ce qu’il ne serait pas possible de mettre les commentaires ds l’ordre inverse pour ne pas aller tout en bas les 1ers commentaires ?
    ce serait plus simple pour comprendre ttes les discussions !

  2. Pierre12 dit :

    Bonjour à tous
    Savez si les teams ont fait des essais terre depuis le Catalogne pour l Australie et si M-SPORT aura l évolution moteur tant attendue.
    Merci

  3. bazire dit :

    Des vrais malades !…..
    Et c’est partie pour les supputations interminables , on refait la match avant la match !…
    Bon courage …

  4. fabien dit :

    Quand on voit les résultats 2014 et 2015, ça rappelle comme le championnat était pas très passionnant à l’époque VW sans concurrence. Haaaaaa! (soupir) quelle époque! Le vainqueur était connu vendredi midi.

  5. Fab dit :

    Pour cette histoire de pointage en avance des 2 autres Ford (en partant du principe que ce soit possible), éthiquement parlant, ce serait une catastrophe pour Ogier, pour le Team M-Sport et pour le rallye en général.
    En revanche, contrairement à ce que dit Didier un peu plus bas, rouler en 3ème position serait évidemment un avantage important, même si Neuville et Tanak passeront quoiqu’il en soit après lui. L’écart entre celui qui balaie et les suivants est bien plus important qu’entre les 3,4 et 5.

    Bref, je n’y crois pas. RS, avez vous des infos sur la possibilité qu’offre le règlement à ce sujet? D’après vous, un tel scénario est il envisageable?

    • fabien dit :

      Ben je ne suis pas expert en règlement, mais si Suninen et Evans pointent en avance, je crois qu’ils auront une pénalité mais ne pourront pas ouvrir la route. La logique voudrait que si tu arrives en avance à un rendez-vous, tu attends ton tour, si tu est en retard, tu t’arranges pour passer entre deux autres. Comme pour un rendez-vous, ne pas être à l’heure fout la pagaille dans l’organisation alors en rallye tu es pénalisé. Est-ce que cette logique s’applique dans le règlement, ça je ne sais pas. Mais la spéciale ES1 (Oara East 1) à 22h03 (heure franco-belge) est à une heure bien précise et c’est le premier du championnat du monde qui part à 22h03. Logiquement personne ne part avant, sinon les spectateurs ne seront pas placés, la voiture 0 n’aura pas encore fini son parcours, … Je sais que MSport est tordu dans ces recherches de failles du règlement (plus communément appelé magouilles par certain et par moi-même) mais là, si ils pointent en avance, je ne crois pas que ça payera. Ou alors l’année prochaine on fait pointer tout le monde à la même heure et on lance 12 WRC de front, gros carambolage au premier virage de 11 WRC, à part pour le premier arrivé dans le premier virage qui fini seul la spéciale et gagne seul le rallye. Oups je m’emballe un peu …

      • carrera dit :

        L’heure de pointage au CH avant le départ de l’ES n’est pas le même que l’heure de départ de l’ES . Il y a en général 2′ , il peut y avoir plus au cas où……Donc si Suninen et Evans pointent avant Ogier , à 22h et 22h01 , ils partiront dans l’ES à 22h03 et 22h04 et Ogier à 22h05 .
        Mes horaires sont à corriger selon que l’organisation met 2′ ou 3′ entre chaque auto . Ici j’ai mis 1′ , mais le raisonnement est le même .
        Quant à l’éthique ça me parait bien mieux et ça nivelle les chances entre les 3 candidats ! A règlement tordu , réaction corrective tordue !

      • Kaizer Sauzée dit :

        Ouh la la ! Ne dîtes pas n’importe quoi. C’est le copilote qui gère l’heure de pointage.
        Un équipage qui pointe en avance, donc avant les équipages qui partaient normalement devant lui, au CH avant départ d’ES, partira automatiquement suivant l’ordre d’arrivée au départ, donc avant les équipages qu’il a dépassé au CH.
        Les officiels n’interviennent pas sur l’ordre. Ils respectent juste les conditions de départ : 3 minutes entre le Ch et le depart.

        • carrera dit :

          Ouh la la ! Ne dites pas n’importe quoi…et relisez moi bien ! Et entre le CH d’arrivée de liaison et le CH de départ d’ES , le temps est à la discrétion du chef de poste s’il y a un aléa . ( En championnat du monde , j’ai du faire plus de 500 départs d’ES )

          • Kaizer Sauzée dit :

            Sauf qu’on ne parle pas « d’aléa »…
            On parle de copilote qui pointeraient en avance, et là le chronométreur n’a pas à intervenir.
            Faut pas tout mélanger.
            Le copilote est responsable de son heure de pointage et, hors incident de course, le chronométreur reporte juste l’heure de départ, c’est à dire le pointage au CH + 3 minutes.

      • Pierre12 dit :

        MSport est tordu…..!!!
        Bravo!!!
        Ils exploitent le règlement tout simplement!
        Personne n empêche les autres teams de faire de même !

    • Beej dit :

      Je ne comprends pas pourquoi un pointage en avance serait « éthiquement parlant, une catastrophe pour Ogier » ?
      Il y a un règlement, et comme en formule 1, les gagnants sont ceux qui l’interprète au mieux. Il n’y a rien d’infamant à être plus malin que les autres, le règlement est fait pour ça !
      Percuter la voiture de son concurrent pour ne pas qu’il rejoigne l’arrivé, là je serais d’accord. Et encore que, lorsque c’est arrivé entre Prost et Senna, tous le monde retient aujourd’hui le résultat et pas les circonstances de course…

      • rh74 dit :

        Je partage cet avis. Cette manoeuvre aurait au contraire pour résultat de mettre Ogier et Neuville sur un même pied d’égalité face au balayage. Si le réglement ne l’interdit pas formellement ils auraient tord de s’en priver, le championnat constructeut étant plié pour M-Sport.

        • Fab dit :

          Oui oui évidemment… Neuville en tête du championnat une bonne partie de l’année ouvre à chaque rallye mais au dernier, la donne change et Ogier fait balayer ses potes.
          Soit on joue sur un même pieds d’égalité toute l’année ( ce que la balayage ne permet pas), soit on respecte sa position de départ. Le choix de contourner ce paramètre pour obtenir le titre serait éthiquement une catastrophe je le maintiens.
          Si ça vous choque pas, moi si!

          • Fab dit :

            Et je précise, avant quil y en ait un qui saute sur l’occas, que mon point de vue serait strictement le même avec Neuville faisant balayer ses 2 potes.

      • Joël G dit :

        Bien sûr, si on considère que la F1 est un exemple à suivre…
        Que les dieux des rallyes nous en préserve!

        • rh74 dit :

          Enfin nous sommes bien loin des standards de la F1… Moi ça ne me choquerait pas, indépendamment d’une éventuelle préférence pour le titre pilote. La bataille ne serait que plus belle.

  6. Kaizer Sauzée dit :

    Et le côté humain dans tout ça?
    – Ogier a un gros avantage sur ce point étant déjà titré 5 fois.
    – Neuville va devoir être très fort dans sa tête pour ne pas en faire trop ou pas assez, la frontière entre les 2 est infime.
    – Tanak lui ne doit se poser aucune question et doit faire parler la poudre sans se poser de questions, avec les risques que cela impose.
    La pression est vraiment sur Neuville, sachant qu’il est capable du meilleur comme du pire.
    Ce rallye va vraiment être super à suivre, jusqu’à la dernière ES j’espère.

    • Sylvain dit :

      Le coté mental, c’est l’aspect que tout le monde évoque « après coup »… mais les gars, si vous êtes certains, c’est simple, direction la première agence de paris sportifs…

      Les paramètres sont multiples, vraiment multiples, et l’aspect humain n’est que l’un de ceux-ci, un qui peut être tout petit ou tout gros…

      – n’importe quel soucis mécanique et c’est plié en faveur de qui ne l’a pas
      – n’importe quelle crevaison et c’est plié en faveur de qui ne crève pas

      Par contre, le balayage est une variable complexe et relativement imprévisible… elle doit à la fois permettre à l’un des deux (Neuville) de gagner du temps et de mettre assez de points entre lui et son adversaire (Ogier).

      ATTENTION, IL y a 7 rallyes où 2 des 3 ténors ne sont pas sur le podium… cela peut signifier des écarts nuls quant à leur incidence sur le mondial. Par contre cela n’est arrivé qu’UNE fois que l’écart entre Neuville et Ogier soit insuffisant à les départager dans cette perspective…

      Personnellement je ne crois pas que la pression soit plus sur Neuville que sur Ogier : ils doivent AVANT TOUT être à l’arrivée , tous les deux, qui sort perd… donc ils sont dans les mêmes conditions à moins que l’un des deux pense « je m’en fous j’envoie la sauce et advienne que pourra », sinon ils sont tous les deux dans un jeu d’attaque/prudence, sans savoir quel est le degré de prudence de l’autre : in-cer-ti-tu-de, pour les deux.

    • roland59 dit :

      je le vois un peu différemment… pour moi, seul Ogier a un avantage: c’est 3 points
      Neuville n’en a pas puisqu’il devra être nécessairement devant Ogier… peut-être même sur la PS… et tout le championnat nous dit que ce n’est facile…
      Tänak ne peut pas en avoir, si ce n’est d’être libre de faire sa course pour aller gagner, sachant qu’il aura besoin de contre perfs des 2 autres… assez improbables… et je pense qu’il a déjà oublié le titre…
      la pression est donc sur les Ogier/Neuville tant qu’un fait de course ne viendra pas réduire ou amplifier l’écart pour le rendre largement favorable à l’un des 2.
      quant au pire/meilleur, rappelons nous les « incidents » d’Ogier au MC et Turquie… et rappelons nous aussi le Sardaigne… ce ne sont que 3 manches, mais elles nous montrent que tout peut arriver…

  7. Co2 dit :

    Que c’est comique toutes ces théories…..

    • Sylvain dit :

      Alors tu as de la chance, car ça ne va pas arrêter jusqu’au vendredi soir, tu auras donc matière à rire!

      NB sans compter que si tu pimentes un peu en trollant, tu en auras des nouvelles 😉

  8. roland59 dit :

    oui, bien sûr…
    et en même temps, c’est aussi vrai pour les 12 manches 2018 parcourues… sauf le dernier Catalogne… qui échappe sans doute à l’un d’eux (Tänak) à cause d’ une crevaison.
    et le fait que les 3 balayeurs soient N°1 de leur équipe respective explique aussi cela… les équipiers n’étant pas vraiment là pour gagner…

  9. YANNICK GUILLOTIN dit :

    L’homme important du cpht c’est Tanak, s’il gagne et c’est probable, il suffit à Ogier de finir juste derrière
    Neuville.

    • didier dit :

      Non, s’il finit juste derrière Neuville, la power stage sera décisive pour l’attribution du titre en sachant que le 1er-25p le 2ème 18p 3ème 15p et 4ème 12p

  10. rh74 dit :

    C’est sympa de prendre du recul sur les éditions précédentes comme ça. Malgré cela, ce rallye d’australie va se dérouler dans des conditions inédites. L’an dernier Ogier avait déjà le titre en poche et sa boîte de vitesse lui donnait du fil à retordre dès le vendredi. Espérons que la Fiesta rende une copie impeccable le week-end prochain.
    D’où sortez vous cette histoire de pointage en retard qui permettrait à Ogier de passer derrière ses coéquipiers vendredi?

    • Xarena dit :

      Ce n’est pas un pointage en retard d’Ogier, mais un pointage en avance de ses co-équipiers. Suninnen et Evans partent derrière Ogier puisque plus loin au championnat. S’ils arrivent au départ de la 1ere spéciale avant Ogier, ils auront une pénalité à hauteur d’une minute par minute d’avance, mais partiront effectivement devant Ogier.

      • rh74 dit :

        S’ils font ça c’est un sacré coup de poker. Ça va faire beaucoup de bruit. Vous les pensez capables de faire ça?

        • didier dit :

          Je ne pense pas que cela avantage Ogier, car s’il recule d’un ou deux concurents Neuville et Tanak partiront toujours derrière lui.

          • Fab dit :

            Pour cette histoire de pointage en avance des 2 autres Ford (en partant du principe que ce soit possible), éthiquement parlant, ce serait une catastrophe pour Ogier, pour le Team M-Sport et pour le rallye en général.
            En revanche, contrairement à ce que dit Didier un peu plus bas, rouler en 3ème position serait évidemment un avantage important, même si Neuville et Tanak passeront quoiqu’il en soit après lui. L’écart entre celui qui balaie et les suivants est bien plus important qu’entre les 3,4 et 5.

            Bref, je n’y crois pas. RS, avez vous des infos sur la possibilité qu’offre le règlement à ce sujet? D’après vous, un tel scénario est il envisageable?

  11. VSrallye dit :

    Problème de boîte pour Ogier en 2017

  12. freinetard dit :

    pensez vous pas que Wilson va faire pointer Evans ou Sunninen en avance pour balayer avant Ogier . il me semble que le règlement le permet.

  13. Rs team dit :

    Vois remarquerez que le balayage n’a pas empêcher le balayeur de gagner chaque fois qu il roulait en …. Polo… malheureusement ce ne sera pas le cas cette année …

    • RP14 dit :

      C’est sûr que le contexte concurrentiel n’a plus rien à voir… Pour cette année je pense que le vainqueur du rallye d’Australie sera au volant d’une Toyota, par exemple Tänak qui lors des derniers rallye terre (exceptée la Turquie) ou lors de la 1ère journée en Catalogne a pris les devants à chaque fois!

  14. Fab dit :

    Plus ça se rapproche et plus je me dis que le scénario pourrait bien être le même que celui de 2007 en F1, avec Tanak dans le rôle de Raikkonen…

  15. natlin dit :

    2011, latvala doit laisser passer l’escroc hirvonen, a la rue toute l’annee , le titre se jouera en angleterre, ou il se mettra dehors dans le 7ieme es, justice est faite!

  16. Xarena dit :

    Merci pour cet article fort intéressant.
    Il met également en évidence la domination des Polo avant le changement de réglementation, et l’impact de l’aéro sur les perfs de 2017. Le 1er ramasse bien, je reste convaincu que le manque de perf de la Fiesta ne suffit pas pour justifier 47s en une journée, avec des vitesses moyennes plutôt élevées. Neuville prend 20s en partant 2, alors qu’il avait sûrement le meilleure voiture de la fin 2017.
    Plus d’aéro, ça passe plus vite, ça balaye mieux. Donc le 1er balaye mieux qu’avant. Et plus d’aéro, dès qu’il y a du grip ça tient par terre. Donc le balayage a moins d’impact qu’avant 2017 pour les 2e et 3e. Enfin, ça c’est juste de l’ « engineering judgment »… 😉
    On verra bien quel sera la tendance après les 2 premiers ES.

  17. fabien05 dit :

    Très bon article rallye sport!
    Ogier est loin d’être fichu, et Neuville ne doit pas être aussi confiant que ce qu’il dit! SO sait ce que c’est d’ouvrir, c’est ce que c’est de jouer un titre et de le gagner, et vos analyses montrent que c’est jouable de l’emporter! ( même si tanak est idéalement placé pour moi…)
    Néanmoins à l’époque, il l’emportait aux antipodes avec une voiture si supérieure aux autres, et des concurrents ( souvent coéquipiers ) globalement un ton en dessous. Hors cette année en prenant du recul, les paires ogier/fiesta et neuville/i20 , se valent… d’où 3 petits points après 12 week-end…
    En bref, c’est strictement IMPOSSIBLE aujourd’hui de savoir qui sera champion 2018, surtout que l’arbitre de luxe estonien surveille le match de pas si loin… alors vivement l’Australie, faites nous vibrer messieurs et que le meilleur gagne !!!!

    • Xarena dit :

      Mince, tu m’as devancé pendant que j’écrivais mon post… Désolé d’avoir dit en partie la même chose que toi!

    • Joël G dit :

      Impossible en effet, à la régulière, et même si magouille à la Wislon, rien n’est gagné. La plupart d’entre nous, pour ne pas dire quasiment tous, ont probablement une attente particulière, mais accepterons la victoire d’un pilote quel qu’il soit (pas nécessairement un des top 3, d’ailleurs) et apprécierons le champion 2018.

      • riri73 dit :

        Très bien formulé l’aspect de « l ‘attente particulière », qui n’est pas la même selon les préférences de chacun. C’est tout à fait ça. Et quelle incertitude ..