Les palettes attendront




Alors que Thierry Neuville espérait profiter des palettes au volant pour le Mexique, Michel Nandan vient d’annoncer son report à à l’Argentine : « Nous continuer de tester...

rong>Michel Nandan vient d’annoncer son report à à l’Argentine : « Nous continuer de tester les palettes au volant mais cela demande encore quelques ajustements. Nous sommes confiants pour que ce soit au point pour l’Argentine. » La Hyundai i20 WRC disposera toutefois d’une évolution moteur qui sera être très utile sur un terrain où la puissance peut être réduite de plus d’un tiers à haute altitude.


L’an passé, la terre mexicaine avait particulièrement réussit à l’équipe coréenne, Thierry Neuville décrochant le premier podium de la saison : « Le Mexique est un de mes rallyes favoris avec de bons résultats. J’ai terminé sur le podium lors des deux dernières années, avec notamment mon premier podium en 2013 et le premier de Hyundai l’an passé.

C’est un rallye très exigeant avec une haute altitude et des températures élevées qui donnent un rallye physiquement difficile pour les pilotes mais aussi compliqué pour la voiture. L’équipe pousse dur pour développer la voiture et il y a d’autres améliorations à venir. Je vais continuer à attaquer au maximum et j’espère que nous pourrons célébrer un nouveau podium au Mexique comme nous l’avons fait l’an passé. »

Du côté de Dani Sordo, on mise sur l’expérience pour viser un beau résultat : « Je suis ravi de revenir dans l’équipe pour le Mexique. C’était la bonne décision de déclarer forfait pour la Suède et de me reposer totalement. L’équipe a réalisé un superbe boulot sur ce dernier rallye et c’était encourageant de voir les deux voitures terminer dans le top 5 même si j’aurai préféré en faire parti. J’ai rejoint l’équipe pour des essais en Espagne pour préparer le Mexique, rallye que je connais très bien. Je n’ai pas roulé en 2014, mais j’ai terminé quatrième en 2013 donc j’espère que nous pourrons rivaliser pour être devant. Ce sera un rallye difficile physiquement avec de très longues spéciales qui peuvent être très bonnes si vous êtes dans le rythme et très pénalisantes si vous avez fait une erreur. C’est toujours un plaisir d’avoir le soutien de spectateurs parlant espagnol et je suis impatient d’être de retour au volant de la voiture n°8. »

Présent au volant de la i20 n°20 de l’équipe Hyundai Mobis World Rally Team, Hayden Paddon découvrira la terre mexicaine en conditions course : « Le Mexique sera un autre rallye nouveau pour moi, même si nous avons fait les reconnaissances l’an passé. Nous avons eu deux bonnes journées d’essais en Espagne la semaine dernière pour préparer le Mexique sur des spéciales avec un profil similaire. C’était certainement un grand contraste avec les conditions rencontrées en Suède. Je suis ravi d’avoir terminé à la cinquième place en Suède et d’avoir marqué des ponts pour l’équipe, mais je sais qu’il y en a d’autres à venir. Ces premiers rallyes de l’année sont encore un apprentissage pour nous et j’espère que je pourrais m’adapter aux conditions au Mexique comme je l’ai fait en Suède. Nous voulons nous battre près de la tête mais nous devons reconnaître que ce sera un terrain relativement nouveau et qu’il faudra prendre chaque spéciale comme elle vient.« 





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Lol dit :

     » L’hégémonie d’une marque, d’un champion, signifierait la fin du WRC « …. Peut-être, peut-être, mais quid de 9 ans de domination Loeb/Citroen ? Le WRC est pourtant toujours là…

  2. Denis dit :

    Dommage.
    Maintenant, si la technique n’est pas jugée suffisamment fiable, mieux vaut reporter.
    En attendant qu’elle le soit, l’apport de puissance devrait, je l’espère permettre à Hyundai et ses pilotes, de donner du fil à retordre à VW.
    Il faut tout faire pour qu’une marque, qu’elle quelle soit, ne domine pas outrageusement le Championnat, pour lui donner toute la saveur, tout l’intérêt qu’il suscite.
    Sinon, ce serait lassant et mauvais pour la discipline.
    L’hégémonie d’une marque, d’un champion, signifierait la fin du WRC…
    A long terme.