Y.Bonato : “Envie de revenir l’an prochain”



Actuellement en pleine forme dans le championnat de France Asphalte des Rallyes, Yoann Bonato a confirmé cette belle dynamique en s’imposant au rallye de Catalogne en ERC.

Sur une épreuve qui ne faisait initialement pas partie de son programme, le pilote CHL a été confronté pendant tout le week-end à l’Espagnol Efren Llarena, le champion en titre ERC. De retour en France pour préparer directement le Critérium des Cévennes, le quadruple champion de France a encore une fois répondu présent pour nous offrir sa chronique.

Pour cette manche ERC, on s’attendait à un duel avec Llarena, tout récent champion ERC. Et pendant deux jours, cette bagarre a bien eu lieu et tu as finalement pris le dessus. Comment as-tu vécu ce duel face à un de tes adversaires favoris ?

“Depuis le début de notre campagne ERC, nous nous tirons la bourre avec Llarena, il n’y avait aucune raison pour que les choses changent ici. Le seul bémol est que nous nous retrouvions chez lui en Espagne… Il y avait donc du pain sur la planche ce week-end ! Nous avions encore en mémoire les Canaries où nous finissons ex-aequo au dixième près et Rome où nous remportons notre duel avec quelques dixièmes d’avance. Tout ça au bout de 200 km de chronos. Il était évident qu’il allait être l’homme à battre ce week-end. Rapidement, nous avons vu que la course pouvait tourner à notre avantage tant les conditions étaient difficiles le vendredi. Nous avons donc pris les risques nécessaires pour nous creuser un petit matelas. Les Pneus Michelin nous ont également beaucoup aidé dans les conditions délicates rencontrées.”

N’était-ce pas trop bizarre d’évoluer après le WRC et un peu dans l’ombre finalement ?

“Nous savions que faire un rallye de doublure n’est jamais une bonne chose au sein du WRC. Cependant le promoteur a bien joué le jeu et les retombées d’après courses sont très bonnes. Le promoteur nous a placés sur l’affiche du rallye et je me suis retrouvé à même hauteur que Thierry Neuville. C’est bien la première fois que je pouvais le regarder dans les yeux sans avoir besoin de lever la tête !”

Est-ce que ce format double avec WRC/ERC n’était finalement pas une fausse bonne idée ?

“Clairement non. Le championnat ERC est un championnat majeur pour les rally2, il ne doit pas être en doublure d’une épreuve WRC. Le seul intérêt d’être inscrit en ERC plutôt qu’en WRC était de pouvoir rouler en Michelin. Pour les partenaires et les gens qui nous suivent, gagner un rallye au classement général est toujours plus intéressant que de gagner un rallye de doublure.”

Quel est le bilan de ton année en ERC ?

“Nous finissons à une improbable 3ème place au classement général. En ne participant qu’à 4 épreuves, c’était impensable au départ… Nous montons sur 3 podiums en 4 courses dont une victoire, ça donne forcément envie de revenir l’an prochain et de faire plus d’épreuves !”

As-tu comparé tes chronos avec ceux réalisés en WRC2 ? Qu’en penses-tu ?

“Il était très difficile de faire une comparaison propre, un coup nous roulions sous la pluie quand eux roulaient sur le sec, tantôt l’inverse. Les WRC2 ont fait l’ensemble des ES de jour alors que nous avions 2 ES de nuit. Les conditions de routes étaient aussi forcément très différentes en partant après l’ensemble des voitures engagées en WRC. Faire une conclusion en comparant les chronos semble un peu tirée par les cheveux.”

Tu es dans une excellente dynamique actuellement. Considères-tu que tu seras le favori au Critérium des Cévennes ce week-end ?

“Favori je ne sais pas, mais nous sommes sur une belle dynamique depuis un bon bout de temps maintenant. Espérons que cette belle série puisse perdurer aux Cévennes. Un rallye qui nous réussit depuis quelques temps et sur lequel nous avions remporté notre première victoire en CFR en 2015.”




S’abonner
Notification pour
guest
15 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Thomas
Thomas
1 mois il y a

Allez Yoyo, bon Crité’ 😀

RacingRed
RacingRed
1 mois il y a

Bravo ce n’était pas simple d’aller battre le champion ERC chez lui d’autant plus qu’il était déjà titré.