Bouhot : « Personne n’y croyait »



Pilote régulier de la Coupe de France depuis quinze ans, Etienne Bouhot a réalisé le rêve de tout pilote amateur de France : remporter la Finale de la Coupe de France des rallyes. Premier leader vendredi soir, le pilote dijonnais a su garder la tête froide et sa Skoda sur la route, au contraire de nombreux favoris.

Au point stop de la dernière spéciale, Etienne a d’abord réagi avec calme en attendant l’arrivée de Guillaume Sirot, son adversaire pour la victoire, avant d’exulter à l’annonce des résultats.

« On a fait le maximum, nous sommes partis en pneus froids, c’était très chaud au début, on a attaqué mais voilà, je ne sais pas si c’est suffisant pour rattraper les 4s.

En tout cas, on aura fait une belle finale, ce que je regrette c’est la sortie de Mathias car il avait bien roulé jusque là. On avait de la pression c’est sûr, mais vous savez, nous sommes des amateurs et lundi on reprend le travail donc je suis content dans tous les cas, on a une belle équipe. On ne nous attendait pas dans les premiers, et on peut dire qu’on a déjouer tous les pseudos-pronostics.« 

Plus tard au pied du podium, Etienne était évidemment aux anges après une victoire qui récompense une année très chargée.

« Sur le final de ce rallye, je n’ai pas voulu tout tenter, car je me suis dit que de toute façon, il y en a bien un qui allait craquer. Quand Mathias sort, je lui avais dit au départ avant, Mathias calme, car ça allait très vite pour tout le monde. Quand il est sorti et que j’ai vu les morceaux de sa voiture, j’étais dégouté car je l’adore.

La clé de cette finale c’est qu’il fallait aller au bout sans faire d’erreurs. Moi je peux le dire haut et fort, on a pas fait une erreur du week-end, pas une seule éraflure sur la voiture. Il y a des fois, on a été moins bon, ça c’est sûr, mais j’ai préféré être moins bien qu’être dehors.

On a cru à plusieurs moments que la victoire allait être difficile, bien sûr. Quand on a pris 8s par Mathias (Vaison) dans la première du samedi matin, c’était compliqué. Je suis quelqu’un qui positive toujours et depuis l’année dernière notre réplique avec mon copilote c’est : « On va partir à la guerre », et c’est ce qu’on a fait. »

Pour cette dernière boucle, Etienne Bouhot, conseillé par Michelin, a tenté un choix de gommes différent du reste du rallye, un choix finalement payant.

« On avait un choix de pneus très osé sur la dernière boucle avec des 33, des pneus très durs. On remercie d’ailleurs Michelin car c’est eux qui m’ont conseillé ce choix, ils ont cutté un peu les pneus. Je fais toujours confiance aux professionnels. Je pilote assez brutalement on va dire, et pour mettre des 33 en chauffe, il faut être brutal, il n’y a pas le choix, donc cela convenait à mon pilotage. »

Avec déjà une grosse carrière derrière lui, Etienne savoure pleinement cette victoire, évidemment la plus belle depuis ses débuts en rallye en 2002.

« Cette finale représente presque l’aboutissement de toute une vie, j’ai 41 ans cette année, on est tous pareil, la vue baisse, le physique aussi même si je m’étais bien entraîné cette saison. Je pense qu’on ne gagne pas une finale à plus de 50 ans. Cette année, on a mis toutes les chances de notre côté. On a commencé par Carsyst’m et après nous sommes passés avec FJ et la Skoda, car c’est la référence en R5 même si les C3 sont très bonnes aussi. Cette voiture, c’est l’arme ultime. La C3 en championnat de France, c’est très bien, car il y a Yoann Bonato au volant, mais avec une Skoda, ce serait encore d’autres résultats je pense. Je suis super heureux et hyper satisfait. »

Après cette saison pleine, sa plus grosse depuis 2011 et une sixième place à la finale d’Autun, le dijonnais va souffler l’année prochaine, laissant un peu de côté le rallye.

« J’ai dit que je me calmerai l’année prochaine. J’ai une vie de famille et j’ai une entreprise à faire tourner, j’ai envie de voyager aussi. Cette année, on a mis beaucoup d’argent, de temps et d’implication pour cette finale. Ma femme m’a suivi du début à la fin, que ce soit au niveau moral et tous les autres niveaux. Mon beau-père m’a aidé financièrement à haute dose entre guillemets. L’année prochaine, on va faire autre chose. »

Après cette victoire, le vainqueur a également salué le travail de son équipe FJ, et notamment celui du responsable, Jean Galpin.

« En plus avec Jean Galpin qui est quelqu’un de très carré, on savait où on perdait du temps et où on en gagnait. Par exemple quand Mathias m’en met 8, il me les colle dans les 4 derniers kilomètres de la spéciale. Si tu ne sais pas ça, c’est difficile de réagir et comprendre. Mais avec des gens comme le team FJ, on sait où on va à chaque fois. »

Cette saison, avec l’appui du team FJ notamment, Etienne est conscient d’avoir progressé, et a roulé avec intelligence cette année avant de se lâcher totalement ce week-end.

« On a passé un step cette année, c’est évident. Je vais vider un peu mon sac mais cette année, personne n’y croyait car ils n’avaient pas compris le tableau de marche. Le but était de se qualifier, pas de gagner à chaque fois. On a perdu à Autun pour neuf dixièmes, je pense que j’aurais pu gagner mais pour quoi faire, pour rien. Les risques, nous les avons pris ici et je peux vous dire que dans certaines spéciales, on a frôlé la correctionnelle plusieurs fois. Quand vous rentrez sur des routes de campagne à 190 km/h au rupteur, en coupant des droites et gauches, mentalement il faut être fort, là dessus on a été bon car nous n’avons pas fait d’erreurs. Car quand vous regardez bien, Puppo erreur, Habouzit pareil, Mathias hélas erreur, Mauffrey pareil et Sirot dans la dernière aussi. »

Avant de grimper sur le podium, le vainqueur de cette finale 2018 a résumé ses impressions en une seule phrase, assez commune pour un vainqueur mais pleine de sens.

« C’est top je suis content, il n’y a plus qu’a savourer mais franchement je ne me rends même pas compte. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ruth Slow dit :

    Pour une finale il faut une bonne voiture, fiable et un mental d’acier. Et Étienne Bouhot avait ce mental ce samedi. BRAVO. magnifique journée. Magnifique Victoire. Face à des très bons qui avaient bien préparé ce grand week-end.

  2. Dav_id dit :

    Manque un poil d’humilité quand même…

  3. Psy4ik6fou dit :

    Quelle belle finale ! Quel suspense et quelle attaque ! Merci à tous les participants.Je me suis régalé sur le bord de ces belles routes diablement piégeuses. Un beau vainqueur, bien dans l’esprit du rallye amateur.
    Un grand bravo au jeune Vaison, quelle progression depuis l’Avallonnais, et un bon rétablissement à l’équipage.
    Pour info, E. Bouhot n’est pas de Dijon mais de Semur-en Auxois donc Semurois.

  4. Fab dit :

    @Missrallye: jai relevé à plusieurs reprises l’utilisation de boules de cristal pour certains ici. Le problème, c’est quelles sont la plupart du temps complètement FOIREUSES!

  5. Fab dit :

    Probablement pas le plus rapide des mecs présents mais à coup sûr le plus intelligent! Bien aidé aussi par sa connaissance du terrain.
    Ceci n’enlève rien à cette victoire méritée!
    Bravo.
    Le jeune Vaison à apparemment hérité de la godasse de plomb du père. Il lui manque encore un poil de maturité mais ça viendra.

  6. Kaizer Sauzée dit :

    Un beau champion 2018 ! Une belle course à la seconde ou le plus fort mentalement à gagné. Ceux qui sont déjà partis pour une bagarre à la seconde dans la dernière ES d’un rallye me comprendront.

    J’aime la finale car elle réserve toujours beaucoup de surprises.

    Je voudrais faire un parallèle entre cette finale et le WRC. Ceux qui critiquent Ogier ou Neuville qui gagnent suite aux erreurs de leurs concurrents, viennent ici encenser le vainqueur qui reconnait avoir géré sa course pour gagner intelligemment… paradoxal, non ?

  7. jeje81 dit :

    Bravo aux vainqueurs, pilote et copilote, félicitations, vivement l année prochaine dans ma région, côte du Tarn…

  8. MISSRALLYE dit :

    Enriche t’es trop fort !!! Tu avais annoncé de façon certaine un podium uniquement de pilotes du Rhône/Alpes !!!!!! On voit ton talent !!!!! ptdrrrrrrrr 1er : E.Bouhot BOURGOGNE 2ème G.Sirot AUVERGNE 3 ème M.Léandri CORSE
    Pour mémoire copier/coller de ton commentaire :
    enriche
    12 octobre 2018 à 19:58
    Eh attends bonhomme… il n’y a aucun Normand capable de se classer dans les 5…
    Que des minables… à comparer avec les Thérier, Coeuille, Nus…, Pupus… mais pére, Wambergue, etc…
    Qui sont les licenciés « conducteurs » dont tu cites??? inconnus…
    Le poduim sera UNIQUEMENT les licenciés de Rhône/Alpes…
    Désolé mec

  9. RP14 dit :

    Une course intelligente, et comme il le dit très bien, « le lundi on reprend tous le travail ». Une saison et une course bien gérées. Sympa de nous expliquer un peu les détails comme il a fait! Un seul mot Bravo!

  10. These dit :

    Merci à tout les pilotes du premier au derrnier pour cette belle course et ce suspens.

  11. CopiloteAmateur dit :

    Etienne Bouhot symbolise ce qu’on aimerait voir chaque année à la finale à savoir un vrai amateur qui remporte la finale ! Certes avec une grosse auto et au sein d’un team mais on sent bien les sacrifices faits pour exercer sa passion et pour en arriver là ! Avec cette victoire, on en revient un peu plus au véritable esprit de la finale à savoir le fête des pilotes amateurs venu de toute la France. Ca change des finales d’il y a quelques années où des pilotes semi-pro roulant en championnat de France depuis des lustres venaient survoler la finale pour la remporter presque sans mérite.

    En résumé : une bien belle finale avec une vraie bagarre entre pilotes amateurs, un suspens de dingue et du spectacle ! Tout ce qu’on aimerait voir chaque année ! Félicitations aux vainqueurs et à tous les autres !

  12. franck dit :

    Bravo !!!
    Vraiment, quelle lucidité et quelle sincérité, ça fait plaisir à lire….
    Un pilote que je ne connaissait pas, mais rouler à ce niveau, il faut « en avoir » !!! 🙂 🙂
    Une des finales les plus incertaine de puis longtemps

    • Ptiwill dit :

      Même pas un petit commentaire sur son adversaire ?
      Sirot n à rouler que très peu en r5 et jamais avec la c3, sa course a été superbe.
      C était serrer devant, dur de savoir qui allait gagner.
      Bravo au podium finale ainsi qu à tous ceux qui ont fini

      • Rallye-Sport.fr dit :

        Pour être franc, le timing était serré avant le podium et seulement 6/7 min d’échanges donc certains sujets au tapis. Mais il a rapidement dit que si Sirot avait eu plus l’habitude du R5, il aurait été bien plus performant et donc difficile à suivre.