E.Evans : “Trop prudent en début de journée”



Leader au départ ce matin, Elfyn Evans a rapidement été dépossédé de son bien face à Sébastien Ogier, auteur d’un départ canon. Distancé de 14s au général, le pilote gallois reste néanmoins en position de remporter ce Monte-Carlo.

À son retour pour la dernière assistance à Gap, le gallois a fait le bilan de sa matinée, déplorant son manque de rythme sur les premiers kilomètres de la journée.

“Dans la première spéciale, je pense que j’étais trop prudent sur la toute première partie et c’est là où je perds la majorité de mon temps sur Seb. Je freinais trop tôt notamment. Après ça, j’ai trouvé plus de rythme et c’était un peu mieux même si j’étais encore trop prudent à certains endroits. Globalement, ça allait. Si vous trouvez la confiance dès les premiers mètres, vous pouvez faire de grosses différences, comme Seb l’a fait.

Dans la deuxième, la route était très “polie/lustrée”, j’avais moins de grip que les premiers, spécialement au début. J’ai fait également un petit calage, donc ce n’était pas idéal.” 

Alors que son coéquipier Sébastien Ogier a remis en cause son choix pneumatiques, le gallois a été plus mesuré.

“Nous avons évidemment discuté de la possibilité d’avoir deux roues de secours ce matin (comme les Hyundai). Vous pensez parfois qu’il est mieux de prendre des neufs car les clous seront plus solides et qu’ils vous donneront plus de grip. Mais avoir de vieux pneus cloutés peu également vous permettre de mieux les utiliser dans d’autres conditions, donc c’est toujours un compromis à voir. On a fait confiance à notre équipe et nos ingénieurs qui ont une grosse expérience.”




S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
RacingRed
RacingRed
1 mois il y a

Prudent depuis le départ mais 2e… C’est le MC.

Fab
Fab
1 mois il y a

Intéressant son analyse. Des pneus neufs peuvent dans certaines situations être un désavantage et c’était peut être bien le cas ici.
Evans semble tempérer la chose là où Ogier l’affirme .