ES1- Cuoq et Maurin lancés (Mont-Blanc)




Cette première spéciale pourrait bien dessiner le scénario de cette 66e édition.

Alors que David Salanon n’a plus roulé au Mont-Blanc depuis 2007, Jean-Marie Cuoq et Julien Maurin font déjà la différence.

span class="titre-gras-bleu">PROFIL DE LA SPECIALE (par Manu Guigou)

C’est la grande classique qui ouvre le rallye depuis quelques années. Dès le départ, on monte les six premiers rapports sans décélérer. D’entrée, on arrive en 6e dans les grandes enfilades en pneus froids, c’est assez délicat.

Jusqu’au village des Lindarets, ça monte avec quelques épingles. Jusqu’au col de Joux Verte, c’est de plus en plus sinueux et en sous-bois.

PRESENTATION

L’an passé, Gilles Nantet avait signé le meilleur temps en 7’29’9. Départ de Julien Maurin prévu à 9h32 après les VHC. Ciel un peu voilé et 12°C pour débuter cette journée.

FAITS MARQUANTS

Cette première spéciale pourrait bien dessiner le scénario de cette 66e édition. Alors que David Salanon n’a plus roulé au Mont-Blanc depuis 2007, Jean-Marie Cuoq et Julien Maurin font déjà la différence.

Pour trois dixièmes, le pilote Citroën est le premier leader de ce rallye. A la troisième place, Lionel Baud retrouve sa Fiesta WRC, remise en état après ses tonneaux du Lozère.

En S2000, Pierre Ragues signe le meilleur départ devant les 207 S2000 de Lions et Martel.

En GT+, Gilles Nantet roule avec son ancienne Porsche 996 et devance Patrick Rouillard de quatre dixièmes.

Dans le groupe R, les nouvelles Clio R3T sont déjà au top avec un scratch de Manu Guigou devant Quentin Gilbert et Cédric Robert à six secondes. Quatrième en R2, Stéphane Lefebvre se plaint d’un manque de puissance sur sa DS3 R3 Max.

En 208 Rally Cup, Cyril Audirac signe un retour remarqué en signant le scratch devant Jérôme Chavanne et Benoît Vaillant. Candidat au podium sur cette manche, Johan Notargiacomo lâche une minute sur une crevaison. C’est pire pour Vincent Dubert qui s’est arrêté pour changé une roue après 5 kilomètres.

En Opel Adam Cup, Florian Bernardi devance ses deux adversaires du championnat : Jean-René Perry et Rémi Jouines.

En Citroën Racing Trophy, Cédric Robert signe largement le scratch ! En championnat Junior, Laurent Pellier est le plus rapide devant le leader du championnat : Yohan Rossel.

REACTIONS DES PILOTES (FFSA)

1. Julien Maurin : « C’est comme toujours dans cette spéciale : la montée n’est pas évidente, car les pneus sont encore froids. Je n’ai pas pris de risques dans les portions humides. »

2. Jean-Marie Cuoq : « Après le Terre de Lozère la semaine dernière, je dois reprendre mes marques sur asphalte. C’est toujours une sensation bizarre, il faut retrouver les bons repères. »

3. Pierre Roché : « C’était vraiment très glissant dans certaines portions, mais ça s’est bien passé. »

5. David Salanon : « J’ai complètement raté mon départ, je l’ai fait en deux fois. Je découvrais la montée de Montriond, il faut s’appliquer. Mon temps est correct. »

6. Lionel Baud : « Il faut se mettre en confiance, ça glissait beaucoup dans les sous-bois. »

7. Didier Thoral : « J’ai des coupures moteur. Je ne sais pas d’où ça vient, mais ça m’énerve ! »

11. Romain Martel : « Ce n’est pas évident, nous avons fait les reconnaissances sur le sec et là c’est complètement humide. J’ai eu du mal à trouver le bon rythme, je dois être plus propre. »

14. Pierre Ragues : « On a un peu trop assuré dans les portions humides. »

19. Pierre Lafay : « C’est une mise en route prudente ! J’ai eu du mal à faire monter les pneus en température. »

21. Gilles Nantet : « Il manque des chevaux ! »

23. Patrick Rouillard : « Les ouvreurs avaient signalé que la spéciale était humide, mais je pensais que ça sècherait plus en deux heures. Je n’avais sans doute pas les bons pneus à l’avant, des SA0 auraient été plus adaptés. »

33. Quentin Gilbert : « C’est parti pour une grosse bagarre tout au long du week-end. Cette première spéciale s’est bien passée, je n’ai pas fait d’erreur. À part un peu de sous-virage, tout va bien. Les ouvreurs ont bien fait leur boulot. »

34. Stéphane Lefebvre : « J’ai l’impression que la voiture n’avance pas, j’espère que l’équipe pourra faire quelque chose à l’assistance. »

35. Emmanuel Guigou : « C’est plus humide que je ne l’aurais pensé, mais ça va. Je dois encore prendre en main la voiture… » En voyant son temps : « Ça, c’est fait ! »

PROCHAINE SPECIALE : ES2- Morzine – Samoëns – Fournil 1 (20,12 km) à partir de 09h49 (Vendredi 5 Septembre 2014)


Classement ES1 (12,5 km) / Classement après ES1 (provisoire)


Classement en cours de chargement...





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Perrault dit :

    La porche de Nantet c’est une 997 ou une 996? Parce qu’il y a les 2 versions ici 🙁