La perf’ du week-end : Kenny Rocher



Trois rallyes étaient au programme de la Coupe de France ce week-end et c’est au rallye des Vins du Gard que nous avons trouvé notre perf’ de la semaine !

Quatrième au scratch sur ce rallye régional, Kenny Rocher a ainsi réalisé le meilleur résultat de sa carrière en rallye. Vainqueur de la classe R3 malgré une grosse concurrence, le pilote nîmois a su faire la différence, tout en échouant au pied du podium à huit dixièmes d’une Impreza R4, celle d’Arnaud Genesca.

Comme à notre habitude, nous avons interviewé notre perf’ du week-end pour découvrir son parcours et revenir particulièrement sur cette performance remarquée.

Peux-tu nous parler de tes débuts en rallye et ta passion du sport mécanique ?

« Je baigne depuis tout petit dans le sport mécanique. Mon père travaillait dans l’automobile, et on suivait tous les rallyes en tant que cibiste. Mon beau père ( Luc Palouline) était pilote de rallye. C’était un proche et ami du regretté Michel Deleuze, mais aussi de Paul Bizalion et Christian Carrière entres autres, des pilotes qui m’ont toujours fait rêver étant jeune. Comment ne pas succomber à cette passion dévorante !!!!

Pour mes débuts: J’ai commencé par la course de côte, plus accessible en terme de budget, et très formateur. Mais mon but ultime, a toujours été de rouler en rallye. J’ai acheté une Ragnotti accidentée, qui roulait en côte, pour ensuite pouvoir l’adapter au rallye. J’ai commencé le rallye en 2014, avec le rallye national du pays viganais ( 2ème de classe), puis Le rallye des camisards (1er de classe), et enfin un de mes rêves de cévenol, le criterium des Cévennes(2ème de classe). »

Pourquoi faire ce sport ?

« Ce sport est une évidence pour moi. Je ne me vois pas faire autre chose, même s’il nous prend beaucoup de temps et d’argent. J’ai la tête sur les épaules. Je réalise la chance que j’ai, de pouvoir rouler, d’avoir mon père qui m’aide énormément sur ma voiture, d’avoir une femme conciliante qui me soutient et qui gère la vie de famille pendant mon absence. J’ai aussi de vrais amis sur qui je peux compter pour mettre la main à la patte ou me conseiller. »

Pourquoi débuter ta saison au rallye des Vins du Gard encore une fois ? Est-ce un rallye que tu apprécies particulièrement ?

« Ce début de saison a été difficile pour moi, car mon copilote habituel et ami, a eu des impératifs professionnels et personnels, malgré que nous ayons prévu de rouler des le rallye de l’Hérault. Il a donc fallu rapidement trouver un copilote. Je ne me voyais pas commencé avec un nouveau copilote, sur un rallye que je connaissais pas. On a roulé ensemble pour la première fois ce week-end.

De plus, c’est un rallye que j’apprécie, qui est très proche de chez moi. Vu que je suis devenu scf (sans copilote fixe 😂), je souhaitais faire un régional avec mon nouveau copilote pour ensuite enchaîner sur le rallye national de Lozère en 2ème division. C’était donc le rallye idéal.« 

Au départ, quel était ton objectif, en sachant que tu avais terminé 10e l’an passé et 3e de la classe R3 ?

« L’année dernière, c’était mon 1er rallye avec la R3 et elle n’était pas au point. Cette année, et au vue du plateau, j’avais l’objectif du top 10, et de se battre pour le podium de la R3. Le niveau de cette classe est élevée, et c’est ce que je recherche, afin de progresser encore dans mon pilotage. »

Au soir de la première étape, tu es en tête de la classe R3 avec trois secondes de marge et tu joues le podium. Quel était bon bilan/sentiment à ce moment là ?

« Au soir de la première étape, je suis heureux que la journée se termine mais très anxieux. Lors de l’assistance avant le tour de nuit, on se rend compte qu’une rotule a pris du jeu. Je pars dans l’ES 3 à l’écoute de chaque bruit, et fais attention à tous les virages à droite. On finit la spéciale sans encombre.

Au départ de l’ES 4, je monte dans l’auto juste avant de pointer et la température d’eau est à 115 degrés. Pas de fuite, mais le ventilateur de radiateur ne fonctionne plus. J’appelle mon ami Guillaume (Garage Jeanne Compétition) qui m’a fait le moteur, et il me donne les directives. On part dans cette spéciale sans pouvoir attaquer, le temps au moteur de refroidir, et je surveille sans cesse la température. On perd du temps mais on garde une légère avance sur nos poursuivants de la R3. A 2 minutes près, j’abandonne le rallye pour casse moteur de mon moteur neuf… Pas un, mais deux problèmes à gérer à l’assistance demain matin!!! »

A l’arrivée, tu termines finalement à huit dixièmes du podium, tout en gagnant la classe R3. Quelle a été ta réaction à l’annonce du classement ? Déception d’avoir loupé le podium ? Satisfaction de faire ta meilleure perf en rallye ? Un mélange des 2 ?

« A l’arrivée du rallye, mon copilote était bien plus impatient que moi de connaître les temps de nos collègues. J’étais personnellement pressé de rentrer l’auto en parc fermé sans qu’elle surchauffe. On a fait le job dans la longue ES du dimanche, j’étais sûr de nos forces pour garder la victoire de classe. Une fois le résultat tombé, je suis très satisfait du résultat après nos déboires. On a perdu uniquement le podium pour des pépins mécaniques. Je relativise, car je sais, que je n’aurais pas cette opportunité à chaque rallye, d’être sur un podium scratch. »

Comment expliques-tu justement cette différence de résultat par rapport aux saisons précédentes ? As-tu fais quelque chose de différent pour préparer ton année ? As-tu passé un cap dans le pilotage de ta Clio R3 ?

« Je ne peux qu’être satisfait de ce 1er rallye, avec cette nouvelle auto et mon nouveau copilote. On étudie même la possibilité de faire d’autres rallyes, en plus des 2 rallyes prévus initialement ensemble. Je me donne toujours du temps pour appréhender une auto. Je ne souhaite pas brûler les étapes et m’en mordre les doigts par la suite. Cette année, je roule avec une clio R3, en configuration Access pour les trains comme celle de l’année dernière. En revanche, j’ai opté pour un moteur de Max, pour tenter de me rapprocher des meilleurs dans la catégorie. C’est une auto formidable à conduire, et avec un moteur plus puissant, cela me permet d’être toujours dans la bonne plage d’utilisation. Le freinage avec le pedal box me permet d’être plus précis et performant. Plus les kilomètres passent, et plus je prends en main l’auto, et moins j’ai de questions à poser, me sens de mieux en mieux au volant et en confiance. »

Quel est ton programme pour la suite de la saison ? As-tu l’objectif de te qualifier pour la finale des rallyes ?

« Mon programme défini pour le moment est le Lozère dans un mois, puis la Ronde Cévenole Viganaise. Mon activité de vente de pièces de compétition par le biais de mon site www.team-kr-autosport.fr, et mon poste de consultant chez Vulco (revendeur Pirelli compétition) me laisse peu de temps pour faire des rallyes. C’est pour cela, que je privilégie les rallyes nationaux. Je suis toujours à la recherche de partenaires afin de boucler le budget pour participer au Criterium des Cévennes, mon objectif majeur de la saison. La casse de mon moteur en fin de saison dernière, ne me permet pas d’envisager une qualification pour la finale des rallyes. On y sera sûrement un jour, mais malheureusement pas cette année. Comme dit le proverbe: « Tout vient à point, à qui sait attendre. »

Si tu avais un budget conséquent pour rouler en France, quelle auto et quel programme choisirais-tu ?

« Le championnat de France en 306 Maxi ou Clio Williams Groupe A. S’il faut rouler en Polo R5, je prends aussi 😂.

Je profite de cette interview pour te remercier de suivre le rallye dans sa globalité, et non pas uniquement le monde professionnel. Merci à tous les hommes et femmes de l’ombre, qui participent à l’organisation des rallyes, merci aux vidéastes et photographes, merci à mes partenaires présents à mes côtés, et évidemment un grand merci à toute mon équipe. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Dr no dit :

    Oui, belle interview, un jeune qui roule fort et qui n’a vraiment pas l’air de se prendre la tête.
    Merci rs

  2. Bouchon dit :

    Belle interview.
    Merci rs pour nous faire partager la passion de tous ces amateurs.