Quentin Gilbert, une expérience enthousiasmante en Argentine




En plus d’avoir pris part à la majorité des spéciales du Rallye d’Argentine, Quentin Gilbert et Renaud Jamoul ont vécu une expérience humaine exceptionnelle en...

/strong> Sur le plan sportif, l’équipage franco-belge a su apparaître à plusieurs reprises sur le podium du WRC2 dans les spéciales, tout en enregistrant une expérience capitale en vue de leur prochaine sortie, au Rallye de Sardaigne.

Arrivé tôt en Argentine afin d’absorber le décalage horaire avec l’Europe, Quentin Gilbert et Renaud Jamoul avaient aussi le temps de découvrir l’Argentine et Villa Carlos Paz. Après de bonnes reconnaissances, Quentin et Renaud retrouvaient la Ford Fiesta R5. Ils signaient le quatrième temps du WRC2 lors de la super spéciale du jeudi, avant de se lancer vendredi pour une première longue journée de compétition.

Après un départ encourageant dans l’ES2, Quentin était victime d’une crevaison dans la spéciale suivante et devait changer la roue dans la spéciale, condamnant ses chances au classement général. Une casse mécanique le privait ensuite de transmission avant pour le reste de la journée. Il ralliait ainsi l’arrivée à Villa Carlos Paz en limitant les dégâts.

La journée du samedi allait apporter son lot de satisfactions mais les ennuis continuaient également pour le Vosgien. Deuxième dans l’ES6, il était victime d’une casse de cardan dans la spéciale suivante, avant que le problème ne soit corrigé à l’assistance. Bien reparti, il était en tête des temps intermédiaires dans l’ES8 mais un problème de différentiel le privait du meilleur temps. Il terminait toutefois la journée avec le troisième chrono dans l’ES9.

« C’est dommage car nous étions vraiment dans un bon rythme, explique Quentin. Mais nous commençons à comprendre la voiture, à l’avoir bien en mains. Le fait de signer de bons temps, malgré les nombreux ennuis mécaniques que nous avons rencontrés, montre que nous sommes maintenant capables de nous battre aux avant-postes. »

Le dimanche, Quentin n’était qu’à deux spéciales de terminer le marathon argentin quand la mécanique l’abandonnait sur le mythique tracé d’El Condor. « Une biellette de direction a cassé et, là, impossible de continuer, avance Quentin. C’est curieux car nous n’avons rien tapé et nous n’avons pas senti de choc. Mais c’est cet incident qui m’a fait vivre un moment incroyable qui restera un de mes meilleurs souvenirs cette année en WRC. »

Arrêté au bord de la route en attente de la dépanneuse, Quentin et Renaud ont alors été invités par des Argentins à partager leur bivouac. « Je connaissais la passion des Argentins pour le rallye mais j’ai été surpris, et même touché, par leur accueil et leur générosité. Ces gens, qui n’avaient pas grand chose à partager, nous ont tout offert, en commençant par nous inviter autour de leur barbecue. Nous sommes restés avec eux pendant plus de quatre heures et avons vécu des moments magiques, que je n’imaginais pas vivre. Nous avons vécu un moment unique et c’est ce qui fait sans doute, aussi, la saveur de ce Rallye d’Argentine. »

Après cette expérience sud-américaine, Quentin et Renaud retrouveront la Ford Fiesta R5 pour le Rallye d’Italie, en Sardaigne. « Ca va arriver très vite, note Quentin. Le fait d’avoir pris part à cette épreuve argentine va nous rendre plus forts pour les prochaines épreuves sur terre. Avoir disputé ces longues spéciales, dans des conditions éprouvantes, a été bénéfique. De plus, nous connaissons désormais mieux la voiture et en appréhendons les limites. Nous allons pouvoir viser plus en haut en Sardaigne. »

Rendez-vous du 5 au 8 juin pour le Rallye d’Italie, basé à Olbia, en Sardaigne, pour la sixième manche du Championnat du Monde des Rallyes.

Communiqué de presse en ligne





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *