Un grain de sable dans la machine japonaise



Que le sport mécanique peut parfois être cruel ! Irrésistible ce week-end et prêt à devenir le nouveau patron du WRC, il a manqué un peu plus de six kilomètres à Ott Tänak pour s’imposer et faire un gros coup au championnat.

Bien lancé dans la Power Stage, avec pourquoi pas l’ambition de viser quelques points supplémentaires, l’estonien n’a pas vraiment eu le temps d’y penser, stoppé par un problème de direction après seulement quarante secondes de spéciale. Reparti au prix de gros efforts sur son volant, il franchira tout de même l’arrivée en cinquième position, une maigre consolation pour le nouveau leader du championnat. Abattu au point stop, la tête baissée, l’estonien n’a pas eu besoin de parler pour faire ressentir sa terrible désillusion.

« Très tôt dans la spéciale finale, il s’est passé quelque chose de très étrange avec la direction. Elle était bloquée. Nous étions stoppés pendant un certain temps et nous nous sommes battus pour que la direction fonctionne. Nous avons réussi à repartir, mais nous avons perdu beaucoup de temps, tout comme la victoire. Je suis frustré, mais je suis aussi très triste pour l’équipe. Tout le monde a mis tant d’efforts pour cet événement et au final le perdre de cette manière est vraiment dommage. Je suis sûr que l’équipe travaillera dur pour résoudre le problème et nous continuerons à nous battre. »

Déjà porté vers l’avenir malgré ce coup de massue, Ott Tänak se rassure en comparant sa progression actuelle à celle de l’an passé.

« La saison a été difficile jusqu’à présent, mais la situation au championnat est bien meilleure qu’elle ne l’était à la même période de l’année dernière. Il est maintenant temps de nous reposer et de quitter le rallye pendant un moment, et après de revenir aux affaires. »

Toujours aussi investi dans le programme WRC, Akio Toyoda, président et directeur général de Toyota, avait le coeur serré au moment de voir la déception de son pilote.

« Et Ott… Je n’oublierai jamais l’expression de regret sur son visage quand il est sorti de la voiture. Il s’est enlacé avec les mécaniciens un à un, faisant face à la tristesse avec tous les membres de l’équipe. J’ai été touché par cette scène. Je pensais que Ott et tous les membres de la voiture n ° 8 devaient être les champions de mon cœur. »

Directeur d’équipe depuis deux ans et demi, Tommi Mäkinen a connu l’une de ses plus grosses déceptions dans sa nouvelle carrière.

« Aujourd’hui a été l’un des moments les plus difficiles pour notre équipe. Tout au long du week-end, la voiture avait fait preuve de performances et d’une fiabilité exceptionnelle. Et puis tout à coup, quelque chose s’est passé dans la spéciale finale. Bien entendu, nous étudions la cause du problème. C’est une grosse déception pour tout le monde et particulièrement difficile pour Ott et Martin. Ils sont en tête du championnat à présent, mais il aurait été bien mieux de se lancer dans la trêve estivale après avoir remporté chacun des trois derniers rallyes. Ce sera un sentiment difficile pour les prochains jours, mais je suis sûr que nous pourrons rebondir. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Sylvain dit :

    Question, est-ce qu’il y a des passages ou Makinen parle du titre CONSTRUCTEUR ?

    Ou bien en tant que pilote… il sait que…

    • olive dit :

      Non. Il ne parle pas de titre constructeur. En tant que pilote il doit se mettre a la.place de son pilote.
      en 2018 c’est Toyota l’équipe champions? Beau réalisme. D’autre essaye depuis longtemps.

  2. Kaizer Sauzée dit :

    Cette Yaris est autant efficace que fragile. Çà doit changer Ott après les années passées sur les Fiesta presque indestructibles.
    Dans son malheur le pauvre Tanak nous offre une 2ème partie de saison qui promet d’être haletante si Hyundai confirme et si Citroën revient avec une C3 efficace.
    Vivement la suite.

  3. 306kc dit :

    Pour gagner en rallye et ailleurs il faut l’alchimie parfaite dans le bon timings. C’était pas pour cette fois, dommage.
    Le titre pilote, à mes yeux, il le mérite… arrivera t’il, arriveront t’il a le gagner ? Chapeau à lui.
    Pour autant je suis pas mécontent pour l’equipage Sordo qui mérite aussi des victoires.

  4. roland59 dit :

    oui, Ott s’ouvrait un boulevard… mais sa machine l’a réduit…
    maintenant l’homme a d’énormes ressources et la machine un gros potentiel… alors juste un peu de fiabilité en plus, au moins sur sa voiture, et le titre pilote c’est bientôt…
    équipe en 18, pilote en 19 pour finir le bouleau.

    • Sylvain dit :

      Je reconnais ton fair play… un « bouleau » en Finlande? c’est ça?

      • roland59 dit :

        j’ai pour (mauvaise) habitude de ne pas regarder à corriger mes fautes… l’essentiel étant de se (faire) comprendre… alors bien sûr « boulaut »… 🙂

  5. Le plomb dit :

    La meilleure auto pour l’instant, un des trois meilleurs pilotes au monde si ce n’est le meilleur, ce serait une injustice qu’il ne rafle pas le titre cette saison.

    • Seb73 dit :

      La meilleure auto en partant de la deuxième place
      Normalement en fin de saison , lorsque la toy sera a la même place , vous lirez les résultats et vous direz : c’est la favorite pour 2020
      Encore et encore et encore encore

  6. Thomas38 dit :

    Ott Tänak méritait de gagner! Se donner autant et réussir comme il l’a fait, j’ai été impressionné! La déception a du être immense chez Toyota. Parfois les « lois » du rallyes sont cruelles! L’équipe va sortir encore plus forte de cette mésaventure!
    Vivement la Finlande pour oublier tout ça 🙂

  7. Denis dit :

    Un coup de Katana dans l’eau…
    Mais, je crois bien plus en ce management finno-nippon de Toyota et le travail qu’en combine italienne à la tête des Coréens.
    Banzaï !