Y.Rossel : “Je ne pensais pas avoir autant d’émotions”



À l’issue d’une bagarre terriblement intense face à Kajetan Kajetanwicz pour le titre WRC3, Yohan Rossel a finalement arraché la victoire dans la Power Stage en reprenant le meilleur sur son adversaire.

En difficulté sur les spéciales circuits de cet atypique Rally Monza, le pilote Citroën était en mauvaise posture avant d’entamer cette fameuse dernière spéciale. Handicapé par des problèmes de direction sur sa C3, le jeune gardois retrouvait de la performance au bon moment et arrachait finalement la victoire pour 3s1 en signant nettement le meilleur temps des Rally2.

Bonjour Yohan. Comment vas-tu, est-ce que tu as pu bien fêter ce titre de champion du monde ?

“Après la victoire, on a rapidement bu un coup sous la structure de l’équipe. Après la conférence de presse, on a pris la direction de la maison et tout le monde m’y attendait. Dans le rond-point, avant d’aller chez moi, j’avais des amis qui m’attendaient avec des fumigènes, c’était vraiment dingue. On a fait la fête ensuite pour célébrer tout ça. Et maintenant, il est déjà le temps de se concentrer sur le Var avec mon équipe ce week-end.”

Dimanche, tu as souffert pour finalement battre Kajetanowicz à l’issue de la dernière spéciale. Comment s’est passée cette journée très intense pour toi ?

“Dans la première spéciale, je rencontre tout de suite des problèmes de direction, j’avais des crans et ce n’était pas fluide. Je ne savais pas d’où ça venait et je n’étais pas trop en confiance. À l’assistance, on a pensé à un problème de crémaillère ou de pompe de direction assistée, on arrivait pas vraiment à comprendre. Malgré quelques changements, on a eu le même problème au deuxième passage et il était difficile de rester au contact de Kajetanowicz.

Dans la dernière, j’ai compris dès la sortie du parc de regroupement que le problème était résolu. On avait changé la crémaillère mais c’était loin d’être gagné. J’ai envoyé à bloc dans la Power Stage et on a fait notre retard !”

Quels sont tes sentiments lorsque tu apprends que tu es le nouveau champion du monde WRC3 ?

“J’ai pensé à tous les coups durs que nous avons eu cette saison. Gagner de cette façon là, c’était vraiment super, on a rien lâché tout au long de l’année. Je ne pensais honnêtement pas avoir autant d’émotions à ce point stop. Mais, ce n’est qu’une étape, le but c’est de gagner le “championnat WRC2” la saison prochaine.

Quelqu’un est venu me voir et m’a dit que si j’avais été inscrit en WRC2 cette année, j’aurais terminé vice-champion derrière Mikkelsen. C’est plutôt bien !

Après l’arrivée, j’ai reçu quelques messages sympas comme celui de Jean-Marc Finot, directeur motorsport du groupe PSA. Ce titre est le titre de beaucoup de personnes qui me soutiennent tant d’années, la FFSA, Citroën, Yacco…J’ai également eu les félicitations de Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, c’était super d’être avec eux. Maintenant, il faut une relève, mais cela représente beaucoup de travail et on va tout faire pour y arriver.”

Quand tu parles de coups durs, j’imagine que tu parles notamment de cette disqualification à l’Acropole ?

“Oui en effet. Je pensais franchement qu’ils allaient alléger la sanction car je trouve ça tellement injuste. Je suis allé à Paris pour défendre mon cas avec environ 4h d’audience. J’étais un peu spectateur, on ne maîtrise rien dans ce genre de choses. Mais on espérait une pénalité en temps et prendre tout de même quelques points.

Pour Monza, il a encore fallu se démener pour y aller et mobiliser les partenaires.”

Pendant trois jours, nous n’avons vu aucune image du WRC3 hormis sur cette dernière spéciale avec du décalage…Qu’en penses-tu ?

“Je pense que les promoteurs sont conscients du problème et c’est bien pour ça qu’il n’y aura qu’une seule catégorie pour les Rally2 la saison prochaine.”

Au cours de ton week-end, tu auras été très performant sur les spéciales montagneuses, mais moins sur le circuit, pourquoi ?

“Je me suis vraiment concentré sur la montagne dans ma préparation et lors des essais, et j’ai peut-être sous-estimé la partie circuit et ces super-spéciales. Dans le week-end, on a essayé de réagir en changeant les différentiels mais également les amortisseurs et c’était mieux. On avait des repères de l’an passé sur le circuit mais il nous manquait de la performance clairement. Le vainqueur Crugnola était vraiment très rapide partout, il a fait six fois le Monza Rally Show ! Kajetanowicz était bien derrière nous dans les montagnes mais devant sur le circuit, c’était serré !”

Pour ce week-end, tu roulais avec Jacques-Julien Renucci pour la première fois en compétition. Tout a bien marché on dirait !

“J’avais déjà roulé avec lui en essais auparavant. C’est quelqu’un qui a énormément d’expérience et cela se ressent dès les reconnaissances. Je vais sûrement continuer avec lui.”

Que peux-tu nous dire sur ton adversaire de l’année, Kajetan Kajetanowicz ?

“C’est un top gars franchement. Il est énormément soutenu dans son pays et il y avait encore beaucoup de fans et de drapeaux pour le soutenir. Je me suis toujours bien entendu avec lui et c’était sympa de le voir comme ça au point stop.”

Et maintenant, quelles sont les possibilités pour rouler en 2022 et plus haut ?

“Il faut continuer à évoluer…J’estime ne pas avoir le niveau pour rouler en Rally1 pour l’instant et viser des podiums. Donc ma progression passe par le WRC2 et j’espère pouvoir continuer avec Citroën. Il y a eu des discussions qui ont avancé au cours des dernières semaines. Après Ypres et même la Sardaigne, on commençait déjà à parler de la saison prochaine.

Je me sens bien avec la voiture et mon ingénieur Thomas Breton. Citroën m’a déjà aidé énormément depuis mes débuts et on va se voir tranquillement prochainement pour en discuter. Autour de moi, tout le monde a vraiment envie de continuer et passer à l’étape supérieure.

Je ne pense pas avoir mon mot à dire pour le choix de l’équipe mais je suis persuadé que je travaillerais avec une équipe en capacité de gagner.”

Lors de la conférence de presse d’arrivée du Rally Monza, Mikkelsen a annoncé qu’il repartait en WRC2 en 2022. C’est très bien pour toi non ?

“Oui ! C’est super d’avoir un adversaire comme lui, et j’ai aussi entendu parlé de Meeke. J’ai toujours regardé les temps des WRC2 et notamment ceux de Mikkelsen, donc ce sera super de se confronter directement à lui.”

Ta saison de pilote est terminée mais tu dois maintenant assurer encore tes fonctions de directeur d’équipe au Var. Comment ça se présente ?

“J’arrive vendredi matin pour le rallye et l’équipe jeudi. On va avoir trois voitures pour cette épreuve avec Lucie Raynaud qui va découvrir le championnat de France féminin en vue de la saison prochaine, Grégory Fontalba pour sa dernière de l’année en Alpine, mais aussi Réhane Gany, déjà titré en Junior en 208 Rally Cup.

Pour l’année prochaine, on a reçu pas mal de demandes pour les Peugeot 208 Rally4 dont notamment un jeune qui vient du circuit. J’en profite pour dire que nous recherchons des mécaniciens à temps plein pour la saison prochaine. 

Gérer cette équipe me prend beaucoup de temps, mais j’adore amener mon expérience. Quand je ne pilote pas, je travaille pour l’équipe et c’est vraiment ce que je recherche.”




S’abonner
Notification pour
guest
9 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
jh74
3 jours il y a

Super performance bravo pour cette victoire ,j’espère vraiment que Citroen va t’engager pour une saison en WRC 2 l’année prochaine .

didier
didier
4 jours il y a

Yohan tu est un grand pilote,et ce que tu vient de réaliser peut nous laisser espérer de te voir un jour, être le digne remplaçant de nos 2 Seb.
Tu repart en WRC2 pour 2022 je l’espère, et si tu arrive à contenir Mikkelsen dans cette catégorie, tu pourra prétendre à des podiums en wrc1.
En tout cas, pour l’instant, profite bien de ce titre, et pourquoi pas en rajouter d’autre dans l’avenir. Je languis déjà 2022 pour suivre tes performances.