Le top 10 des spéciales 2018



Sur les 250 spéciales disputées lors de cette saison 2018, certaines ont été plus mouvementées que d’autres, et notre envie a été de les regrouper dans un top 10.

Bien évidemment, ce classement est totalement subjectif et relève de nos impressions et de nos souvenirs les plus marquants, si nombreux en « seulement » 13 rendez-vous. Et si vous voulez « participer » avec nous, n’hésitez pas à proposer votre top 10, ou au moins  vos spéciales « favorites ».

1. ES20- Sassari – Argentiera (Power Stage) – 6,96 km : Rallye de Sardaigne

Sans aucun doute, la spéciale la plus excitante de la saison. Au départ du chrono, Sébastien Ogier pointe en tête avec huit dixièmes de marge sur Thierry Neuville mais c’est finalement ce dernier qui s’impose pour sept dixièmes. Au point stop, l’explosion de joie de Neuville tranche forcément avec la déception d’Ogier. Le belge vient de creuser un écart majeur au championnat.

2. ES6- Sherwood (28,68 km) : Rallye d’Australie

Alors que Sébastien Ogier était en difficulté (10e provisoire), Thierry Neuville commençait à trouver le rythme après avoir signé un scratch. Dans le chrono suivant, le belge crève, tape une chicane, et voit sa course complètement détruite. Ouvrant la route le lendemain, le pilote Hyundai n’a ensuite jamais pu renverser la tendance.

3. ES18- Santa Marina (Power Stage) – 14,50 km  : Rallye de Catalogne

Avec la présence de Sébastien Loeb au départ, cette épreuve est encore une fois spéciale pour les fans du WRC et les records d’audience en attestent. Alors en tête pour trois petites secondes, le pilote Citroën résiste à Sébastien Ogier, déterminé à prendre le maximum de points, au risque d’ouvrir la route en Australie. De son côté, le pilote alsacien gagne l’une des victoires les plus marquantes de sa carrière et peut-être la plus inattendue.

4. ES1- Thoard – Sisteron (36,69 km) : Rallye Monte-Carlo

Cette saison s’ouvre par la spéciale la plus délicate de la saison ! Dans un col de Fontbelle verglacé, de nombreux pilotes partent à la faute dont Thierry Neuville, bloqué pendant quatre minutes dans un fossé. Les 3/4 des pilotes WRC auront effectué un tête-à-queue dans ce chrono.

5. ES10- El Montmell (24,40 km) : Rallye de Catalogne

Impressionnant de maîtrise au volant de sa Yaris et alors qu’il possède plus de 30s d’avance, Ott Tänak crève et voit ses espoirs de titre se réduire à peau de chagrin. L’histoire était trop belle pour l’estonien, déjà passé à côté d’une victoire au Pays de Galles.

6. ES11- Sweet Lamb Hafren (19,95 km) : Rallye du Pays de Galles

En bagarre pour la victoire, Thierry Neuville commet une faute lourde de conséquence, pour son rallye bien évidemment, mais aussi pour le championnat. Bloqué dans un fossé pendant une quarantaine de secondes, le pilote belge chute au huitième rang et ne pourra pas faire mieux que cinquième à l’arrivée.

7. ES13- Panzerplatte (38,57 km) : Rallye d’Allemagne

Ce chrono pèse très lourd pour le championnat. Alors que Sébastien Ogier est un solide deuxième derrière Ott Tänak, le français crève dans la mythique spéciale de Panzerplatte et doit changer une roue, passant alors à la neuvième place au scratch.

8. ES8- Yesibelde (34,24 km) : Rallye de Turquie

34 km d’un duel entre les deux favoris au championnat. Aux intermédiaires, Thierry Neuville et Sébastien Ogier sont au combat et alors que le belge creuse légèrement l’écart, il casse sa suspension sur la fin de chrono. Le pilote Hyundai laisse alors la porte ouverte à ses deux rivaux pour le titre.

9. ES1- La Porta – Valle di Rostino (49,03 km) : Tour de Corse

D’entrée, Sébastien Ogier fait mal à ses adversaires en signant un énorme chrono dans La Porta (49,03 km). Seul Sébastien Loeb est à moins de dix secondes, les autres sont à plus de dix-huit.

10. ES11- Cuchilla Nevada – Rio Pintos (40,48 km) : Rallye d’Argentine

Dans cette spéciale plongée dans le brouillard et longue de 40,48 km, deux hommes font largement la différence : Ott Tänak et Thierry Neuville. Auteur du huitième temps à 50s de l’estonien, Sébastien Ogier passe complètement à côté dans ce chrono.

Coup de coeur

ES3 : Rallye du Pays de Galles

Déjà en tête du WRC-2 après deux spéciales, Kalle Rovanperä signe un 12e temps dans ce chrono…mais ne lâche surtout que 37s face à Tänak, auteur du scratch, sur 29 km ! Un véritable exploit au volant d’une R5.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. didjji dit :

    tellement de moments fabuleux et intense cette saison que le choix et difficile, en tous cas très bon choix de RS.
    j’aurais quand même rajouté ES1 en catalogne avec un passage d’anthologie pour Séb Ogier et Séb Loeb qui fait une belle erreur qui lui coûte 18 seconde , mais comme vous le savez gagne le rallye , incroyable!
    quelle saison , du très grand et très beau rallye , ou personne n’as démériter , effectivement cela faisais longtemps (trop ?) que l’on avais pas vécue ça !
    mais le crue 2019 s’annonce excellent et on va le boire sans modération ces tellement bon 🙂

  2. Ben 07 dit :

    Joli Top 10 ( et belle initiative). Perso, j’ai aussi gardé un souvenir très fort de la lutte à couteaux tirés sur la power stage de Finlande où les deux rivaux vont tout donner comme en Sardaigne mais ici non pas pour la victoire mais pour aller chercher l’un ou l’autre petit point extra sur ce rallye où aucun des 2 n’a brillé. Malgré un ordre de passage pénalisant Neuville va sortir un chrono splendide que seuls 3 pilotes ( les mieux placés dans l’ordre de départ ) vont arriver à améliorer par la suite. Les 6 premiers en 1.7 seconde. L’attaque était absolue. Une spéciale dingue.

  3. rh74 dit :

    Super top 10, rien à dire. À la lecture des petits paragraphes j’ai les images, les réactions pilotes et certaines de nos réactions sur le forum qui reviennent…
    J’ai particulièrement apprécié les 2 coups de bambou que nous met Ogier sur le MC et le Corse dès la première ES. C’était le top

  4. robert feuillette dit :

    Ma foi, un très beau Top 10 que nous avons là… Je comprends largement votre choix d’avoir varier les rallyes, c’est logique.
    Pour ma part, je retiens également le premier passage dans l’ES qui servira de Power Stage au Wales. Alors qu’il fait face à un Latvala des grands jours, et remonté comme rarement, Ogier claque un temps exceptionnel sur l’asphalte. Chapeau.

    En tout cas, tout cela illustre une saison magnifique que nous avons vécue cette année, avec de super équipages (les copilotes sont importants), de super voitures, et du suspens comme rarement. J’espère une saison à venir tout aussi disputée, et que le meilleur gagne… A l’année prochaine autour de Sisteron.

  5. Aywe dit :

    L evenement qui ma marqué Cette annee c est la joie de malcolm wilson quand ogier et ingrassia sont passer en tete du championnat en espagne