Rallye du Limousin : Week-end laborieux ! (Germain Bonnefis)




Germain Bonnefis et Olivier Fournier participaient ce week-end à la troisième manche du championnat de France des Rallyes à l’occasion du Limousin. Cette épreuve devait...

e de thérapie pour l’équipage Aveyronnais qui souhaitait retrouver son meilleur niveau. Malheureusement, leur course fut entachée de plusieurs soucis mécaniques qui empêcha le duo de pleinement s’exprimer. A bord de la Renault Mégane N4, Germain et Olivier terminent donc sur la troisième marche du podium en groupe N, en n’ayant jamais pu se battre concrètement pour la victoire.


Après sa sortie de route lors du Rallye Lyon Charbonnières, Germain souhaitait partir prudemment avant d’hausser le rythme tout au long du rallye. Malheureusement des problèmes notamment sur le train avant de son auto survenaient dès le premier secteur chronométré. La Mégane N4 se montrait difficilement conduisible, rendant son pilote aussi désemparé que déçu. Les sources du problème ne seraient décelées que bien plus tard et que partiellement solutionnées, rendant ce week-end Limousin compliqué.

GERMAIN BONNEFIS :
«Ca a été un week-end très difficile ! Dès le départ, j’ai eu des soucis de cartographie moteur, mais cela m’handicapait assez peu et j’ai donc essayé d’en faire abstraction. Seulement, après quelques kilomètres dans la première spéciale, c’est un problème bien plus grave au niveau du train avant qui est apparu. L’auto est vite devenue très difficile à conduire et le phénomène s’amplifiait au fil des kilomètres. Nous avons essayé d’identifier le problème à l’assistance, sans succès.
Le lendemain, nous avons enfin décelé un souci au niveau du triangle AVD et de son amortisseur. Malheureusement, nous n’avons pu réparer que le triangle. Le comportement de la Mégane était donc un peu meilleur mais toujours piégeux.
C’était vraiment compliqué. Durant tout le rallye, j’avais conscience de ne pas être rapide, mais je devais quand même me battre avec la voiture pour rester sur la route, une sensation réellement désagréable.
Lorsque nous avons en partie trouvé l’origine de mes problèmes, j’ai été soulagé. C’est dommage que nous n’ayons pu tous les résoudre plus tôt pour au moins réaliser une boucle correcte. Mais la mécanique fait partie du rallye et nous n’avons plus qu’à espérer un petit peu plus de réussite pour la suite de notre saison…»

Seul point positif pour le pilote de Baraqueville, l’objectif d’être à l’arrivée sans commettre d’erreur est rempli.
Prochain rendez-vous au Rallye du Rouergue pour un nouveau challenge…

Communiqué de presse en PDF





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *