Acropole 2011 : Ogier sous haute tension



Continuons notre rétrospective des meilleurs moments du rallye international avec un retour sur le rallye d’Acropole 2011, épreuve où Sébastien Ogier s’est imposé après une endiablée face à son coéquipier Sébastien Loeb mais aussi Mikko Hirvonen.

Au coeur de cette année 2011, le rallye d’Acropole en Grèce accueille la septième manche de cette saison en championnat du monde des rallyes. A mi-championnat, trois hommes semblent en lice pour le titre mondial : Sébastien Loeb (126 points avec 3 victoires), Mikko Hirvonen (113 points avec 1 victoire), et Sébastien Ogier (96 points avec 2 victoires).

Face à ces trois favoris, Jari-Matti Latvala, Petter Solberg ou encore Mads Ostberg seront à surveiller.

Sur cette première journée, les leaders du championnat démarrent timidement, évidemment handicapé par des positions sur la route bien handicapantes. Déjà auteur du scratch dans le premier chrono de Thiva, Petter Solberg récidive dans le chrono d’Elatia (39,10 km), collant 19s8 à Latvala son second, 20s1 à Hirvonen ou encore 21s9 à Loeb.

En rentrant au parc d’assistance après deux spéciales, le norvégien possède déjà 20s3 de marge sur Latvala et 26s5 sur Hirvonen. Loeb est à plus d’une demi-minute, tout comme Ogier !

Dans l’après-midi, Solberg continue son festival au volant de sa DS3 WRC privée, signant deux nouveaux scratchs avant de terminer cette journée, très favorable au pilote Citroën. Et même si le norvégien a été battu par Ogier dans la 5 et Loeb dans la 6, Solberg a été très régulier, au point de se retrouver avec une avance déconcertante de 51s6 sur l’alsacien et 55s3 sur Hirvonen. 4e, Ogier est à l’affût à 57s2.

Le lendemain, avec des ordres de départ revus, la tendance va s’inverser. Dans la 7 de Klenia, Ogier place une première banderille, 6s devant Loeb et 17s3 sur P.Solberg, seulement septième dans cette spéciale ! Dans la 8, le gapençais récidive et reprend encore 20s1 au norvégien, en grande difficulté en ouvrant la route. Le voilà revenu à 19s8 du leader, avec Loeb à ses basques.

Dans la 9, dernier chrono de matinée, Ogier termine sa démonstration avec un troisième scratch consécutif, revenant à seulement 5s4 de Solberg. Irrésistible ce matin-là, le français a également fait un petit écart face à son coéquipier Loeb, relégué à 9s6. Au volant de la première Ford, Hirvonen n’a pas dit son dernier mot à 23s8 de la tête.

Dans le deuxième passage de Klenia, Ogier est encore le meilleur des favoris, seulement battu par un Latvala reparti en Rally2. Cette fois, le français s’empare très logiquement de la tête face à Solberg, « à l’arrêt » en position d’ouvreur. Le norvégien est désormais menacé par Loeb, revenu à 7s1.

Dans la 11, antépénultième chrono du jour, Loeb retrouve le haut de la feuille des temps, une première depuis la veille au soir. Conscient que son coéquipier est en train de s’échapper, l’alsacien réagit au meilleur moment, reprenant 2s1 pour ainsi revenir à 11s3 de Ogier. Le multiple champion du monde vient d’en profiter pour dépasser logiquement Solberg. Dans la 12, Ogier remet les pendules à l’heure et signe son quatrième scratch du jour, reprenant un peu le large face à son coéquipier (+15.1).

Et alors que l’on s’achemine vers une fin de journée tranquille, Citroën et Ogier vont appliquer une tactique bien différente de celle que Loeb avait imaginé dans la 13, une spéciale nocturne.

Partant après son coéquipier, le gapençais calque ses chronos sur les intermédiaires de Loeb et ralentit volontairement. A l’arrivée, il n’est que 6e…à 17s3 de Loeb, retard suffisant pour lui permettre de passer au deuxième rang derrière un coéquipier évidemment furieux.

Ce soir-là, les esprits se chauffent et les langues se délient :  « La tactique c’est pas moi qui l’a fait, c’est l’équipe qui décide et n’ayant pas eu les splits d’Ogier dans la spéciale, dans le doute, ils ont préféré le favoriser pour la victoire. Donc ils lui ont envoyé le temps à faire pour se caler derrière moi. C’est une belle stratégie d’équipe (ironiquement face à Hirvonen et Solberg), ils me font un peu rire. C’est une belle stratégie, et en plus, c’est que dans le doute, on favorise plutôt Ogier que moi qui suit en tête du championnat, donc ce sont de bonnes informations pour la suite… » déclare Loeb en sortant de sa voiture.

Il a joute un peu plus tard devant la presse : « J’estime que je devrais être protégé. Ce n’est pas le cas car il y a une vraie rivalité, mais dans d’autres équipes ce serait le cas. On a compris qui est le leader de l’équipe, donc on a moins de questions à se poser et il faut faire avec ».

A l’aube du dernier jour, il est évident que les chances de Loeb de triompher sont minces. Avec 2s2 de marge sur Ogier, son avance devrait vite s’envoler en ouvrant la route.

Dès la spéciale 14, Ogier va d’ailleurs prendre les commandes sur son coéquipier, et par la plus faible avance possible, un dixième ! Troisième et en forme ce matin, Hirvonen est toujours en embuscade avec sa Ford.

Dans la 15, les écarts sont étrangement très minces et Loeb en profite même pour reprendre la tête…1 dixième devant Ogier. Dans la 16, Ogier améliore de 20s par rapport à son chrono matinal. C’est moins bon Loeb qui lâche d’un coup 6s2 et se retrouve repoussé à 6s1 au général, talonné par Hirvonen revenu à 7s4 de sa DS3 WRC.

Les deux dernières spéciales apparaissent comme une formalité pour Ogier, très bon gestionnaire sur cette fin de course. Grâce à une très bonne Power Stage, Loeb sauve quant à lui la deuxième place, trois secondes devant Hirvonen. Quatrième, Solberg, auteur d’une première étape fantastique, aura ensuite été incapable de maintenir un bon rythme en balayant, ni de réagir le dernier jour.

Ravi d’avoir grappillé des points au championnat face à son coéquipier Loeb, Ogier avait été clair à l’arrivée : « J’avais une autre opportunité (Ford) quand j’ai prolongé mon contrat avec Citroën fin 2010. L’égalité de traitement avec Loeb était l’une des conditions, parce que se battre avec lui, c’est déjà très difficile, mais si en plus il est avantagé, c’est mission impossible. »

De son côté, Loeb expliquait sa « défaite » par une position sur la route toujours handicapante : « On a été pénalisés tout le temps. Au final, finir 2e comme ça, ça prouve que nous étions les plus rapides sur le rallye et c’est juste un peu frustrant de ne pas gagner quand on est les plus rapide, mais c’est la réglementation. »

A six manches de la fin de saison dont trois sur asphalte, Loeb a encore 17 points d’avance sur Hirvonen. Ogier est également au contact avec 22 points de retard sur son coéquipier.

Classement Final

Pos.ConcurrentVoitureChrono
1Ogier-IngrassiaCitroën DS3 WRC 
2Loeb-ElenaCitroën DS3 WRC+10.5
3Hirvonen-LehtinenFord Fiesta RS WRC+13.5
4Solberg-PattersonCitroën DS3 WRC+38.8
5H.Solberg-MinorFord Fiesta RS WRC+5:24.7
6Wilson-MartinFord Fiesta RS WRC+6:54.7
 




S’abonner
Notifier de
guest
21 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Fab
Fab
2 mois il y a

Allez, on peut conclure qu’on a 2 champions de pas très bonne foi ni l’un ni l’autre, le tout sublimé par des dirigeants catastrophiquement mauvais, incapables de gérer cette situation délicate.Respecter l’ancien (encore très rapide!) pour tout le travail accompli jusque là ou assumer immédiatement la vision d’avenir avec le nouveau.

Aucune vision future n’avait été établie ni aucune position claire. Le pire de tout était que l’un ou l’autre se sente trahi. C’est exactement ce qui s’est passé et là, ça ouvrait la porte à tous les excès et animosités entre pilotes.

On connait la suite.

Mich
Mich
2 mois il y a

Certains on peut être compris la triste personnalité de Loeb, et l’immense talent d’Ogier !