Apprentissage du WRC en Catalogne pour Maurin




Le format des rallyes WRC est tout autre de ceux qu’a connu Julien, en IRC ou en championnat de France. Celui de Catalogne, en particulier,...

80" height="253" srcset="https://www.rallye-sport.fr/wp-content/uploads/2011/10/Julien-Maurin-380x253.jpg 380w, https://www.rallye-sport.fr/wp-content/uploads/2011/10/Julien-Maurin-750x500.jpg 750w, https://www.rallye-sport.fr/wp-content/uploads/2011/10/Julien-Maurin.jpg 778w" sizes="(max-width: 380px) 100vw, 380px" />

Le format des rallyes WRC est tout autre de ceux qu’a connu Julien, en IRC ou en championnat de France. Celui de Catalogne, en particulier, avec sa mixité : une première étape sur la terre et les deux autres sur asphalte. Soit au total 1589 km dont 406 km chronométrés, avec quelques spéciales longues (36 km sur la terre ou 46 km sur asphalte).

Venu en Espagne en vue de préparer 2012, Julien nous raconte sa course : « Le  vendredi,  il  a  fallu  s’adapter  aux  pneus  spécifiques  “terre“  du mondial. De  plus,  comme  nous  n’avons  pas  pu  nous  inscrire  en  SWRC,  nous  avions  un  grand  décalage  par  rapport  à  nos  adversaires  directs.  Ce  qui  a  eu  pour  conséquences,  des pistes  dégradées  et,  surtout,  la  2e  boucle  presque  entièrement  de  nuit. La poussière stagnant,  on  n’y  voyait  rien  avec  la  rampe  de  phares  que  j’ai  souvent  coupé !

Je me suis aussi rendu compte  du  niveau élevé des pilotes sur cette surface. Sur l’asphalte,  après  l’Alsace,  nous  sommes  partis  “à  bloc“  mais,  d’entrée,  dans  la  longue  spéciale  nous avons crevé après 8 km et avec Olivier nous avons du changer la roue. Bilan : plus  de  5  minutes  perdues,  le  moral  en  berne et,  surtout,  le  flexible  de  frein  arrière  sectionné,  ce  qui  nous  a  obligé,  après  une  réparation  de  fortune,  de  faire  les  deux spéciales  suivantes  sans  frein  sur  l’arrière.  Lors  de  la  2e  boucle  du  samedi  et  l’étape du  dimanche,  nous  avons  amélioré  nos  temps  pour  être  dans  la  fourchette  inferieure  à  une seconde  au  kilomètre  par  rapport  aux  meilleurs  du  SWRC.  Et  nous  avons  fini  avec  la  12e  temps  scratch  de  la  power  stage  (la  dernière  spéciale). 

Globalement, ce rallye a été long et compliqué. Nous devons encore améliorer notre prise de notes avec seulement deux passages en reconnaissances mais nous sommes sur la bonne voie… Je voudrais aussi remercier toute mon équipe pour tout le travail effectué, en particulier le passage de la version terre en version asphalte de la Fiesta qui n’a pas connu le moindre problème… ».

Communiqué de presse





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *