Meeke pour la forme ! (Shakedown Turquie 2019)



Onzième manche du championnat du monde 2019, le rallye de Turquie débute ce jeudi, à partir de 9h00, par un shakedown de 4,7 kilomètres tracé à l’ouest de Marmaris.

Tracée autour de Değirmenyanı, cette dernière séance d’essais se veut relativement représentative de l’épreuve avec un parcours sinueux, des virages cachés et de nombreuses pierres recouvrant la route. Un saut est aussi présent à quelques encablures de la ligne d’arrivée. Le tracé reprend exactement le même parcours que l’an passé où Thierry Neuville s’était illustré avec le meilleur temps signé en 3:24.9.

Faits Marquants :

Pour le premier passage, les WRC s’élancent dans l’ordre du championnat. Ott Tanak ouvre donc la route ce matin à partir de 9h01 devant Neuville et Ogier.

9h05 : Ott Tanak termine son premier passage en 3:31.1. Avec le visage fermé, l’estonien confirme viser le maximum de points possibles ce weekend.

9h10 : Derrière Neuville qui lâche plus de 5 secondes lors de son premier passage, Sébastien Ogier en termine également à 5 dixièmes de Tanak. Le français vise clairement la victoire pour se relancer au classement.

9h12 : Absent l’an passé, Kris Meeke semble déjà avoir trouvé le rythme en Turquie. Meilleur temps provisoire pour le britannique avec 1.2 seconde de marge sur son coéquipier. Dans son sillage, Andreas Mikkelsen améliore la référence de 8 dixièmes. Bonne entame pour le norvégien !

9h17 : Parti avec des pneus durs, contre probablement des softs pour ses adversaires, Teemu Suninen attaque pour juger son rythme et ça paye ! Meilleur temps pour le finlandais avec plus d’une seconde de marge !

9h22 : Absent en 2018, Dani Sordo découvre l’épreuve et ses pièges. L’espagnol tape en ligne droite une grosse pierre qui endommage son pare choc avant. Malgré un pneu déjanté, Esapekka Lappi signe le quatrième temps !

9h25 : Premier passage terminé pour les WRC qui sont déjà de retour à l’assistance ! Dans la foulée, Kalle Rovanpera ouvre les débats dans la catégorie R5.

9h28 : Après deux apparitions consécutives en WRC, Gus Greensmith est de retour en WRC2 Pro. Le britannique découvre la Ford Fiesta R5 MKII (en course) et semble déjà à l’aise avec un chrono inférieur de 1.2 seconde face à Rovanpera.

9h30 : Jan Kopecky ferme la marche pour ce premier passage ! Le pilote tchèque s’est contenté d’assurer pour preserver au maximum ses pneus pour ce weekend.

9h38 : Sébastien Ogier enchaine son deuxième passage et améliore son chrono de 3.3 secondes. Le français remonte au deuxième rang à 8 dixièmes de Suninen qui, lui, n’a pas réussi à améliorer son temps.

9h52 : Parti sur un bon rythme avec le deuxième temps du premier passage, Andreas Mikkelsen confirme en abaissant sa marque de 2.8 secondes. Le pilote Hyundai passe en tête ! Pour rappel en 2018, le norvégien était leader de l’épreuve avant que sa transmission le trahisse…

10h05 : Les WRC commencent à revenir du parc d’assistance. Kris Meeke passe en tête pour 1 seconde tandis que Thierry Neuville se reprend bien avec un chrono abaissé de plus de 10 secondes.

10h15 : Tanak grappille 4.4 secondes. L’estonien se replace à la quatrième place. Dans une interview donnée ce mercredi, le leader du championnat a confirmé que les contacts avec Hyundai pour 2020 étaient terminés. Pour rappel, son contrat avec Toyota se termine cette année.

10h35 : Troisièmes passages pour Ogier et Sordo. Le français reste à 3 secondes du meilleur temps. L’espagnol en profite pour améliorer mais pointe tout de même à 4 secondes de la référence.

10h50 : Au milieu des WRC2, Kris Meeke enregistre son troisième passage. Déjà crédité du meilleur temps, le britannique récidive en signant exactement le même chrono !

11h15 : Les pilotes du WRC en ont terminé avec ce shakedown où peu d’enseignements ont été tirés. Malgré de nombreuses évolutions sur les freins, les suspensions, et un aileron arrière totalement repensé, la Yaris WRC semble nettement plus à l’aise sur ce terrain spécifique qu’en 2018. Pour sa découverte de l’épreuve turque, Kris Meeke a déjà trouvé ses marques en signant le meilleur temps ! 

Classement :

Pos.PiloteVoiture1er passage2e3e
1MeekeToyota Yaris WRC3:29.93:25.33:25.3
2MikkelsenHyundai I20 Coupe WRC3:29.13:26.33:39.7
3NeuvilleHyundai I20 Coupe WRC3:36.63:26.53:27.1
4TanakToyota Yaris WRC 3:31.13:26.73:27.2
5SuninenFord Fiesta WRC3:27.53:28.03:28.0
6OgierCitroën C3 WRC3:31.63:28.33:29.5
7LatvalaToyota Yaris WRC3:31.13:28.73:28.5
8LappiCitroën C3 WRC3:30.13:30.53:28.8
9SordoHyundai I20 Coupe WRC3:33.83:32.23:29.3
10TidemandFord Fiesta WRC3:35.73:30.93:30.9
11GreensmithFord Fiesta R5 MKII3:38.7  
12RovanperaSkoda Fabia R5 Evo3:39.9  
13GillFord Fiesta R5 MKII3:45.13:45.2 
14SolbergSkoda Fabia R53:47.33:46.0 
15KopeckySkoda Fabia R5 Evo3:47.2  
16BulaciaSkoda Fabia R53:47.3  
17AndolfiSkoda Fabia R53:56.0  
18SalviSkoda Fabia R54:08.2  
19FahriSkoda Fabia R54:08.3  
20« Pedro »Ford Fiesta R5 MKII4:27.3  
21KajetanowiczSkoda Fabia R54:59.9  




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. jeanfrancois dit :

    Pas d alerte mécanique pour kris ?
    Il en faut bien un qui aille au charbon .
    Bien vu.

  2. Fab dit :

    Peut être le shakedown le moins représentatif de l’année. Y en a qui serrent tellement les fesses que même sur 3mn30, y doivent déjà penser à ne rien abîmer…
    Sauf Meeke évidemment! 😀

    • olive dit :

      Pas reprensentatif mais les premiers au championnat sont devant. Apres quitte a casser un truc autant le faire au shakedown. A part une caisse bien sur!!!! Apres meeke n’a pas mis un quart d’heure aux autres non plus.

      • Fab dit :

        C’était volontairement exagéré pour dire que ça doit quand même sérieusement trembler dans les habitacles, notamment d’un certain français et d’un certain belge. Même si évidemment, sur les 3m30 de shakedown, le risque est limité.
        Mais Meeke, lui, y tremble jamais ou alors quand c’est trop tard… 🙂

        • olive dit :

          Je pense qu’il tremble aussi….pas pour les mêmes raisons….mais juste pour rester en wrc pour pouvoir continuer a montrer son talent!!

          • Fab dit :

            En effet.

            Faut que j’arrête de charrier Meeke. Je l’aime bien le bonhomme, même avec ses défauts. Il a sa place en WRC mais l’âge joue en sa défaveur.

  3. olive dit :

    citroen un poil a la peine! ceux qui partent devant sont devant!!!! seul mikkelsen s’intercale. meeke,une horloge

  4. Gaaz dit :

    Petite rectification, Gus ne découvre pas la Fiesta, il est le pilote qui a passé le plus de temps a son volant pendant le développement 😉

  5. Christian Dumas dit :

    Un rallye qui n’a rien à faire dans un championnat du monde!je ne demande pas qu’on partage mon avis mais cela donne une mauvaise image de notre sport et la loterie pour un championnat, très peu pour moi.

  6. Ben dit :

    bonjour les fans….
    un beau rallye qui commence, il doit y avoir du spectacle!
    quelqun a-t-il un lien? Ce serait super!
    bon rallye à tous!

  7. Gaëtan dit :

    Qu’il y ait un effet balayage, c’est certain (voir la chronique de Cédric Mazencq, cela fera plaisir à Roro). Le point d’interrogation tient au niveau de poussière soulevée qui avait handicapé ceux qui partaient derrière l’ouvreur l’année passée, du moins au premier passage. L’organisation n’avait laissé que 4 minutes entre chaque voiture, ce qui semblait insuffisant au premier passage pour éviter la poussière stagnante. Un tel phénomène avait permis à Neuville après la première journée d’être en tête.

    • Sylvain dit :

      Euh, il n’y avait pas 4 minutes le matin, et ça râlait à cause de ça…

      https://www.rallye-sport.fr/ES2-turquie-2018/

      Et l’après-midi voici Neuville : « Premier sur la route, c’est un désastre.(…) Dans les portions difficiles, tu dois attaquer si tu veux faire un bon temps. » (la seconde partie c’était un clin d’œil à l’intelligence…)

      L’ordre de passage ce n’est pas tout, bien évidemment, mais c’est une variable CRUCIALE, voilà pourquoi je pense que Hyundai bénéficie d’un avantage conséquent pour le titre constructeur en pouvant faire partir à chaque fois un mec parmi les derniers, sans pour autant que son niveau 2019 soit celui-là…

      Pour prendre des exemples CLAIRS :

      – Dani Sordo, en 2019, vaut 10 points par épreuve de moyenne, cela le mettrait 4ème au championat…
      – Sébastien Loeb, en 2019, vaut 8 points c’est moins bien que Mikkelsen, mais ça le mettrait dans ces eaux-là…

      Sur la terre, cela peut être un avantage déterminant le vendredi ce qui se traduit très souvent par une bonne position le samedi, BREF, c’est un doping tout à fait réglementaire à la position de départ 😉

      Bien évidemment ce raisonnement n’est pas là pour enlever du mérite aux pigistes, non, il part au contraire de leur niveau réel, et constate que cela constitue un avantage « injuste » justement parce qu’ils sont bons…

      • Gaëtan dit :

        Ok, autant pour moi. pour les 4 minutes, même si cela ne change pas le constat de ce que la poussière était un facteur handicapant qui réduisait considérablement l’effet de balayage, au point que Neuville s’est retrouvé en tête à la fin de la première étape. peux-tu seulement me citer un rallye terre (à part GB et Chili où le balayage n’était pas extraordinaire et sauf circonstances exceptionnelle) où l’ouvreur parvient à être en tête dès la première étape devant ceux qui partent 10ème ? Si ça ralait, c’est qu’il y avait une raison…
        Loin de moi l’idée par contre de nier l’effet de balayage sur les rallyes terre qui est incontestable et la stratégie d’Hyundai qui pourrait gagner le championnat constructeurs en bénéficiant d’un tel avantage (voilà qui n’est pas sport ), que du contraire. Pour cela, tu peux t’adresser à qui tu sais 🙂
        Mais il y a une spécificité de ce rallye de Tuquie relative au niveau de poussière (un peu comme en Espagne certaines années).

      • Ben 07 dit :

        Bonjour. Je comprends bien le raisonnement mais je le retrouve un rien exagéré dans sa conclusion ( l’impact au niveau CdM Constructeurs)
        Déjà , l’influence positive d’un ordre de départ reculé n’est pas une constante. Ca peut être sensible mais aussi faible , nul ou même négatif.
        Ensuite , comme on nous l’expliquait si bien dans la chronique technique, l’impact du balayage diminue très fortement de départ en départ. Entre un départ 6 ème et un départ 10ème ça doit être pas loin du négligeable. Rien à voir avec partir 1 ou 2 ou 2 ou 3.
        Sur les points « en moyenne  » que tu attribues à Loeb et Sordo , il faut alors tenir compte qu’en principe ils ont été retenus pour les manches où ils seraient au mieux de leurs capacités. C’est à dire que sur les autres , ils marqueraient vraisemblablement moins. Donc les reclasser virtuellement 4 et 5 du championnat ‘ordre départ n’est pas pleinement objectif.
        Enfin, cette hypothèse prend en compte des variables assez inattendues -on ne peut en tous cas pas soupçonner Adamo d’avoir tablé dessus -D’une part parmi les candidats au haut du classement, on en a deux qui s’échinent à gaspiller une voiture formidable et se retrouvent à un petit classement indigne. D’autre part. , l’absence prolongée d’Evans le fait également reculer au classement. Bref, avec des pilotes Toyota 2 et 3 à peine plus à la hauteur, un E. Evans présent sur les 2 dernières manches, des Sordo et Loeb pas aussi performant sur les manches moins favorables , il devient patent que ces derniers se retrouveraient franchement… pas ou à peine plus haut dans le classement qu’ils n’y sont actuellement. Et, derrière, la petite amélioration de classement qui s’en suivrait n’aurait qu’une portée anecdotique sur la propreté de la piste au moment où ils s’élanceraient….
        Bref, là ou on peut voir l’effet papillon, avec un peu de recul on peut tout aussi bien disserter , ou pas, sur l’influence des pets de sardines dans les courants marins comme on disait dans ma (trop lointaine ) jeunesse 😉

        PS Cela étant, puisqu’il s’agit de ma première intervention depuis le début des cette nouvelle manche, bon rallye à toi et à tous / toutes. Pourvu que le verdict ne tombe pas déjà ce WE , pour le mérite des opposants et pour le suspense.

    • roland59 dit :

      je ne nie pas l’effet balayage, je dis qu’il est variable en fonction des conditions et donc difficilement quantifiable parce que toujours en « brassage » avec d’autres paramètres…
      si Neuville était en tête fin J1, il y était avec Ogier, dans la même seconde, d’ailleurs assez probablement du fait des crevaisons des C3…
      alors bien sûr, on est tous d’accord sur la grande qualité de la chronique de l’ingénieur… elle ne peut que plaire..
      personnellement, ce qui me ferait plaisir, et je le dis sans précaution mais beaucoup de gentillesse, même si elle ne se voit pas, c’est de me sentir moins seul sur certaines pages (Lappi/Tidemand)… et l’ERC aussi ou nous sommes très/trop souvent 3 pelés, un tondu et un vieux con… et je suis certainement le vieux con…. çà ne me dérange pas… 🙂

      • bazire dit :

        Et oui t’es un vieux con comme moi aussi sur les pages des rallyes français ou il me semble ne pas être ton lieu de fréquentation …….

        • roland59 dit :

          bien, déjà je me sens moins seul…
          c’est vrai j’y interviens moins… bien que je les suive… tant que je peux…
          mais il faut bien que je lâche la souris de temps en temps…

  8. Sylvain dit :

    Le shakedown c’est le shakedown, mais « étrangement », ça va légèrement plus vite derrière que devant!

    Quoi qu’il en soit, c’est un rallye où on peut facilement connaitre des problèmes, l’an dernier se fut une hécatombe… espérons un peu moins de soucis cette année et SURTOUT, pour l’intérêt du championnat, que ce ne soit pas les mêmes qui morflent au cas où…

  9. Michel D (Belgique) dit :

    Un rallye pour un pilote tout à la fois rapide et prudent. Un rallye peut-être décisif pour le titre pilote pour lequel TANAK tient la bonne corde mais NEUVILLE et OGIER n’ont certainement pas dit leur dernier mot. Mais tout mauvais résultat pour ces deux derniers signifierait certainement l’adieu au titre de champion. Mais que le meilleur gagne et que le spectacle soit de la partie en toute sportivité…