Emmanuel Gascou flirte avec la victoire (Terre de Lozère)




Pour ses retrouvailles avec la Peugeot 207 Super 2000 sur un magnifique parcours autour de Mende, l’Ardéchois a créé la surprise. Les hostilités du Championnat...

n>

Les hostilités du Championnat de France des Rallyes Terre ont repris du 29 au 31 août, au Terre de Lozère. A Mende, Emmanuel Gascou a choisi de reprendre le volant de la Peugeot 207 Super 2000 qui lui a tant permis de s’illustrer. « Après le déclassement de la première place lors de la précédente manche au Terre de l’Auxerrois, je n’avais plus d’intérêt majeur pour le classement dans la 208 Rally Cup et à participer au rendez-vous suivant, explique l’Ardéchois soutenu par Grands Garages du Biterrois, Groupe Azenco et Drive Control ainsi que des partenaires régionaux intéressés par la proximité et les retombées médiatiques du Terre de Lozère. Surtout, je m’étais vraiment régalé sur cette épreuve en 2013. J’avais à coeur d’être au départ, aussi par amitié pour Cédric Ginier, un camarade de collège, qui s’implique dans l’organisation. C’est certainement l’une des plus belles du Championnat grâce à son organisation et à son parcours. Le Terre de Lozère mérite une affluence plus importante ainsi qu’une présence des formules de promotion. »

Emmanuel Gascou apprécie le tracé et le prouve. Sur les trois spéciales à disputer deux fois, il s’offre quatre meilleurs temps dont les trois premiers d’affilée, un deuxième (ES6) et un troisième (ES4) chronos. « Mes temps m’ont surpris, trouve celui qui a conservé les mêmes pneumatiques Michelin durant toute la journée. Le soir, j’étais content de ma prestation, mais dans ma quête de la perfection, j’ai trouvé mon pilotage un peu trop agressif et parfois brouillon. Par contre, dans le rapide, j’étais plutôt à l’aise. J’ai profité certainement de l’effet de balayage lors du premier tour. Ensuite, j’ai montré que je pouvais rivaliser avec des voitures plus puissantes. Opter pour une tactique est impossible avec une Super 2000. Il fallait à tout prix attaquer afin d’avoir un maximum d’avance sur mes poursuivants pour le lendemain. Les quatre manches en formule de promotion cette saison m’ont servi au niveau du rythme et de la hargne à avoir. »

Emmanuel Gascou et Céline Chapus ont abordé l’étape dominicale avec 6s3 d’avance sur la Ford Fiesta WRC de Lionel Baud et 22s0 sur la Citroën C4 WRC de Jean-Marie Cuoq. La bagarre promettait. A l’issue de l’ES7, son premier dauphin était revenu à 0s7 et le second à 7s6. L’épreuve chronométrée suivante allait être fatale au leader. « Je pense que j’étais victime d’une crevaison lente, raconte-t-il. Le comportement de la voiture a changé d’un coup. Ca m’a certainement déconcentré. Dans une partie étroite, j’ai heurté une pierre dans un talus puis une autre qui a fait monter en l’air la 207. Celle-ci a effectué un tonneau avant de retomber sur ses roues. Une alerte moteur suite à une baisse de pression d’huile a incité à m’arrêter 300 mètres plus loin. La voiture a quelques dégâts au niveau de la carrosserie et des trains. » Malgré la déception d’une prestation de haut niveau mal récompensée, « Manu » est tourné vers la suite de la saison « Avec Céline, on sera au départ du Terre des Cardabelles à bord de la 208 R2 AFC Racing afin de concrétiser notre vélocité par une victoire. 11 faut persévérer ! Quelle que soit la voiture, j’arrive à être dans le coup »

Communiqué de presse en PDF





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *