Nouvel examen pour Fourmaux en Estonie



Au sein d’un programme 2019 qui a déjà connu quelques modifications, Adrien Fourmaux va disputer le rallye d’Estonie ce week-end, ce dernier remplaçant l’Autoglym Rally, épreuve initialement prévue pour préparer la Finlande.

Sur cette épreuve, le français pilotera de nouveau la Ford Fiesta R2T19, comme au rallye de Sardaigne où il avait réussi à briller en début de rallye avant de subir une crevaison et un problème de cardan. En Estonie, le jeune nordiste pourra se comparer à une belle concurrence, représentée principalement par l’estonien Ken Torn, notamment vainqueur de l’ERC3 et l’ERC3 Junior en Pologne et Lettonie cette année.

Sur un terrain toujours difficile à aborder pour les non-scandinaves, Adrien va disposer d’une préparation particulière et primordiale.

« Je remercie sincèrement la FFSA et les partenaires de me faire confiance pour ce Rallye. Ce n’était pas prévu, ce sera un super terrain d’entraînement pour la Finlande. J’ai hâte de découvrir ces spéciales rapides et les sauts qui vont avec. L’objectif sera de trouver de bons réglages pour la Finlande. Le résultat sera moins important que d’habitude mais des pilotes de pointe seront présents, nous aurons à cœur de nous comparer à eux. Avec Renaud nous garderons le même cap. Travail, application, de quoi satisfaire toutes les personnes qui nous font confiance. Je n’ai entendu que des bonnes choses de ce Rallye et être au départ ici sera toujours une bonne expérience à prendre. »

En Finlande dans trois semaines, l’espoir français sera opposé au gratin mondial avec le JWRC et ses 14 concurrents, un record cette saison.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Spectator dit :

    Et ça va le faire!

  2. Jeff Boulet dit :

    La Finlande reste un mythe, un rêve de rallymen. Cet entrainement en Estonie est une bonne nouvelle pour Adrien, ceci dit il avait déjà été très vite en début de saison lors de sa découverte des ultra – rapides pistes Suédoises. On peut entendre quelques réactions un peu sévères à son égard. Il ne faut pas oublier qu’il n’a qu’une vingtaine de rallyes au compteur depuis ses débuts… il y a 2 ans ! Fin 2018, en découvrant à la fois le Var et le pilotage d’une 4 RM, il devançait tout de même Gryazin, Gilbert… avant de fauter. Sa prestation au Monté Carlo assortie d’un Top 10 au scratch démontre l’étendue de son talent. Malgré sa sortie au Touquet et un Tour de Corse compliqué, il confirme son potentiel en Sardaigne au volant de la Fiesta R2T où il fait un excellent rallye en posant jusqu’à 1 sec au kil aux autres juniors. Son apprentissage continu et en 2020 il devrait être redoutable. Sa prestation sur le toboggan finlandais est attendue. Dans sa catégorie, je le crois capable de jouer devant. Tout comme Sébastien Loeb, en l’an 2000, venu acquérir de l’expérience au pays du Père Noel avec une Saxo VTS, Adrien va devoir affronter la plus belle piste de bobsleigh du monde. On se rappelle qu’il y a 11 ans, un jeune espoir Champsaurin avait signé des temps dans le sillage des meilleures S1600 et R3 et un époustouflant 20ème temps scratch dans Vaarinmaja au volant d’une C2 R2 ! Les deux Sébastien, eux aussi, ont rêvé de devenir des étoiles du nord et de décrocher la lune. Récemment ; c’est toujours bon à prendre ; Adrien a participé aux 6H d’endurance TT de l’Orléanais, au volant d’un Canam SSV qu’il partageait avec son frère Maxime et Romain Locmane. Ils rencontrèrent quelques soucis mais remontèrent de la 31ème à la 4ème place finale. Pensée émue pour la famille du très jeune copilote de Maxime en CF des Rallye TT, Arthur Palissier, parti à 16 ans, beaucoup trop tôt. J’imagine que dans les yeux d’Arthur, il y avait beaucoup d’étoiles, des rêves de WRC et de ce défi ultime pour tous les pilotes et copilotes du monde, ce Graal : le rallye des 1000 Lacs.