La perf’ du week-end : Julien Marchand



Pour cette perf’ du week-end, le rallye du Var a été ajouté notre sélection, la Coupe de France n’étant alors composée que d’une seule épreuve avec le rallye Agora Thibérien.

MKN Photos

Et notre choix s’est porté sur le rallye du Var avec la performance de Julien Marchand, dans le top 30 au scratch avec sa modeste Peugeot 106 S16 A6.

Sur cette épreuve, le pilote varois a notamment signé des chronos dans le top 25 au milieu de nombreuses R2 et autres R3.

Suite à ce joli résultat, nous avons donc voulu en savoir plus sur le parcours de Julien depuis ses débuts en rallye, avant d’aborder ce week-end à succès.

Peux-tu te présenter et nous parler de tes débuts en rallye ?

« Bonjour. Je m’appelle Julien Marchand et j’ai débuté en 2008 par le rallye du Var sur une Samba F2012. J’ai souvent changé de voiture, au minimum une fois par an ! En 2011, j’ai eu le 106 kitcar voie étroite avec laquelle nous avions fait quelques bons résultats dont une 13e place scratch au Plan de la Tour. Ensuite, j’ai tout essayé moteur turbo, deux roues motrices, quatre roues motrices etc… »

Pourquoi as-tu choisi de faire ce rallye du Var ? Quel était ton objectif ?

« Le rallye du Var est mon rallye de cœur, le rallye à la maison, celui qui m’a donné envie de courir ! Mon père a effectué son 28eme cette année. L’objectif était clairement la victoire car le team FJ m’a contacté la semaine avant pour me proposer de rouler sous leurs couleurs dans le but de leur rapporter des points au championnat team. »

Le vendredi soir, tu es en pleine bagarre dans la classe A6 face à Julien Kobé. Quelles étaient tes impressions après la première journée ?

« Le vendredi soir, on a réussi à partir vite, on réalise les deux premiers scratchs de classe devant Kolbé qui était vraiment sur nos talons. Il y avait quatre secondes d’écart avant l’ES3. Mais dans l’ES3, on en prend 18 ! J’ai vraiment été trop prudent dans le brouillard … donc première journée mitigée. Nous nous sommes rendus compte que nous avions la pointe de vitesse pour rivaliser avec lui, qui est quand même un gros client en A6. Il sortait tout juste de la finale et du rallye des Cévennes, mais j’étais très déçu d’en avoir pris autant dans la dernière de la journée. »

Samedi matin et surtout dimanche, tu es bien plus performant en alignant des temps dans le top 25 au scratch. Au final, tu termines 28e au scratch et remportes ta classe A6. Es-tu satisfait de ta performance ?

« Samedi matin, nous sommes partis sur un très bon rythme, puis, à mi-spéciale, il y avait des énormes coulées d’eaux. Je me suis dit, c’est là qu’il faut que je fasse la différence ! J’ai donc continué à attaquer et ça a payé puisque nous sortons de ce chrono avec un 20eme temps scratch ! Et surtout nous reprenons 36 secondes à Kolbé et de ce fait nous repassons en tête de classe. Malheureusement, la journée a été neutralisée et je pense que ça a été une bonne décision. Les liaisons étaient impraticables et beaucoup de gens étaient dans l’attente de secours …

Nous repartons donc le dimanche avec un peu moins de 20 secondes d’avance sur Kolbé, nous avons tout donné et attaqué très fort toute la matinée en enchaînant de très beaux chronos. Au final, nous rentrons 28 au scratch, 1er de classe. Pour être très honnête, on ne s’attendait pas du tout un tel résultat. »

Les conditions de ce Var étaient extrêmes. Selon toi, était-il raisonnable de maintenir cette épreuve ?

« Pour moi, la météo était celle d’un rallye du Var avec un tout petit peu plus d’eau qu’a la normale. En 2014, c’était similaire. Sur la polémique qu’il y a eu sur le fait de maintenir l’épreuve ou non, il y a de bons arguments de chaque côté, mais la grosse partie des sinistrés et les gens qui ont malheureusement disparu n’étaient pas sur le secteur des Maures. Donc pour moi, c’était logique que l’on roule dimanche avec une météo qui était beaucoup plus clémente et une décrue qui s’était amorcée dans la nuit. »

Que penses-tu de cette Peugeot 106 A6 ? Comment s’est fait ton choix de voiture ?

« Cette année, j’ai commencé la saison avec une Subaru GrA puis une Clio Ragnotti GrN. Comme je l’ai dit plus haut, je change beaucoup de voitures et je cherche vraiment celle qui me convient, et je pense qu’avec la 106, je retrouve vraiment du plaisir dans l’auto. En 2011, j’ai vraiment fait une bêtise d’avoir vendu la kitcar, puisque depuis des années, j’essaye un peu tout sans réelle performance ni plaisir au volant. Je suis donc retourné à l’essentiel. »

Et pour finir, si tu avais un budget conséquent pour rouler en France, quelle auto et quel programme choisirais-tu ?

« Si j’avais le budget, sans hésiter une M3 GrA ! Je suis actuellement à la recherche de sponsors pour que nous puissions nous aligner au départ du rallye d’Antibes dans le cadre de la nouvelle Clio Cup et si le résultat est là, essayer de faire la saison.

Je voudrais quand même adresser une pensée à tous les sinistrés de la région car pendant que nous nous amusions, d’autres étaient vraiment dans la galère. Et bien sûr, je tiens à remercier mes partenaires et mon copilote, qui comme d’habitude, a été au top dans l’auto comme à l’assistance. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Sanderfan1 dit :

    Voir la vidéo « embarquée dans l’ES 4 » sur les vidéos du rallye du Var.
    Impressionnant ! Bravo !