Les premières précisions sur la réglementation du WRC pour 2022



Au terme du dernier conseil mondial de la FIA qui s’est tenu ce mercredi à Paris, les principes de régulations techniques mis en place en 2022 ont été approuvés !

Même si il faudra finalement attendre « le premier trimestre de 2020 » pour avoir une idée plus précise de la nouvelle règlementation adoptée d’ici 2022, la FIA a déjà donné quelques pistes sur les principaux axes qu’elle retiendra prochainement.

L’hybride sera évidemment le changement majeur avec l’arrivée d’un moteur électrique de 100 kilowatts commun à toutes les équipes et utilisant les mêmes technologies. Il sera principalement utilisé pour traverser les villes et fournir également un « boost » électrique supplémentaire dans les spéciales. Un moteur thermique, basé sur la réglementation actuelle, sera évidemment toujours là pour les spéciales mais sera régi par un contrôle des coûts de développement.

L’autre changement notable concernera le châssis qui pourra se baser sur la série ou sur une structure tubulaire, mais qui dans les deux cas, conservera les directives de tailles actuelles avec un système d’échelle permettant aux constructeurs d’adapter leur voiture de rallye en fonction de différents modèles. 

Afin de simplifier le processus de développement des équipes, et d’imposer des standards de sécurité, une structure commune de sécurité sera mise au point et définie par la FIA en collaboration étroite avec les équipes pour également réduire les coûts.

Enfin, l’esthétique « agressif » des voitures actuelles sera conservé pour la prochaine génération de WRC.

Afin d’élargir les listes d’engagés, les constructeurs pourront inscrire une voiture supplémentaire séparément sans qu’elle soit autorisée à marquer des points au championnat constructeurs.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Thib dit :

    Quelqu’un peut-il m’en dire plus sur les rapports d’échelles des autos WRC?

    C’est vrai que les WRC sont bien plus imposantes que leur modèle original « civil », de part les appendices aéro, mais je me suis souvent fait la réflexion « putain mais quand je pense à la Yaris de ma voisine, c’est pas du tout pareil en terme de taille même si t’enlève ce gros aileron ».
    Pareil quand tu vois une C3/Fiesta/i20 R5 et qu’ensuite t’as le modèle WRC qui passe, tu te dis qu’elles ont pris des protéines !

    Ce seraient donc des caisses à échelle 1,1 ou 1,2 alors en WRC par rapport au modèle commerciaux où je suis dans l’erreur?

  2. TchoponT dit :

    Perso, je me pose des grosses questions sur cette réglementation.
    Est ce bien raisonnable de lancer des voitures avec une grosse batterie au lithium à 200km/h sur des spéciales ?
    En cas d’incendie d’un véhicule, faudra t’il annuler la spéciale pour tout le rallye ? car les batteries lithium sont réputés difficilement éteignable. Pouvant même brûler pendant plusieurs jour.
    Combien pèseront les autos ? N’aura-t’il pas un sur poids ? Est ce que ce sur-poids n’affectera pas la sécurité des passagers en cas de gros accidents ou de gros chocs ?
    Est ce que cela ne fait pas beaucoup de contraintes et de dangers, pour le peu d’économie de non-polluant relâché dans l’air ?

  3. Bin dit :

    Ah carrément, j’avoue! j’ai déjà eu le plaisir de les voir passer en ville et même d’en suivre en liaison, c’est extra d’entendre ces caisses ronronner et ensuite les entendre rugire en spéciale!

  4. jh74 dit :

    D’après Echappement Citroen à fait l’impasse sur 2020et 2021 pour se consacré à l’élaboration de sa future WRC hybride pour 2022 ?Si Rallye Sport à des infos merci de nous le faire savoir en tout cas se serait une super bonne nouvelle.

    • Jean Dridéal dit :

      PSA a annoncé sa retour en endurance pour 2022 via Peugeot, ce qui va déjà sacrément entamer le budget alloué aux sports mécaniques au sein de l’entreprise…
      Si c’est pour avoir un nouveau programme WRC calqué que le précédent, ou l’on a utilisé des acquis qui étaient soit datés (WRC précédentes certes efficace mais technologie désuète [notamment l’aéro] …) soit hors-contexte (WTCC), ou l’on a utilisé un pilote incapable de développer et régler une voiture « finement »… je dis non merci.

    • Guilico dit :

      Châssis tubulaires, il y a des odeurs de Groupe B…

  5. JP FORNESI dit :

    Si l’on considère que les moteurs hybrides sont l’avenir à court et moyen terme,alors la FIA fait un pari, certes risqué , sur l’évolution prévisible .Pour autant compte tenu de l’avance prise en la matière par certains constructeurs (Toyota) , il ne me semble pas possible que d’autres constructeurs puissent être au même niveau dans un délai aussi court.
    Ce qui nous ramènera au stade présent à savoir deux ou trois constructeurs officiels et un ou deux Teams privés .
    Pour ma part ,je ne crois pas à l’avenir des moteurs hybrides sur le long terme , parce que autant de constructeurs autant de moteurs hybrides différents.
    Au niveau de la voiture de base l’hybride reste une option parmi d’autres, quel serait l’avantage pour les constructeurs de favoriser cette option plutôt qu’une autre ou que le moteur thermique classique
    Donc la FIA , comme d’autres instances cède à un phénomène de mode .L’avenir du Rallye reste le moteur thermique classique , c’est son origine, son identité, sa raison même .

  6. Ailef dit :

    Mouais, je suis sceptique… En WRC Fia, le règlement 2020, bien fichu sur le fond, est mort né. L’Aco et la FIA ont fait machine arrière et ont du proposer autre chose pour provoquer l’adhésion des constructeurs. Ce projet, chez beaucoup, semble peu clair, et se trimballer sur un rallye cassant un système hybride fragile qui ne servira qu’en ville et dans les spéciales de Mickey, je ne vois pas l’intérêt hormis démontrer une fiabilité. On verra plein de variables de règlement à l’avenir selon moi,et au pire, on finira sur des R5…

    Les châssis tubulaires pourquoi pas… Une WRC pourrait rouler avec juste son arceau actuellement, donc pourquoi s’embêter avec une coque en tôle si ça peut simplifier la conception et diminuer les coûts. Mais gare aux dérives…

  7. David dit :

    Qu’es que c’est beau le bruit passages de rapport enfilé en liaison genre démarrage feu rouge etc…. Faut en profiter les gens l’évolution va être bonne sur certains point certes mais pas tous !!!!

    • Monégasque dit :

      Ah oui moi si je me déplace en WRC au bout du monde c’est bien pour voir des autos démarrer au feu rouge…

      • David dit :

        Lol j’en ai fait quelques uns je c’est de quoi je parle ! Tu comprendra un jour dsl pour toi si ta pas bien compris le sens de ma pensée !

        • QuentEnbach dit :

          Moi ce que j’aimerais conserver surtout c’est le son des autos au points stop ! Si il n’y a plus de bruit à ce moment c’est totalement différent du coup 🙁

  8. Space Cowboy dit :

    Tiens voilà le retour des chassis tubulaires. Pourquoi me revient en tête l’image épouvantable de la carcasse calcinée de la Delta S4 d’Henri Toivonen (RIP) ? Peut-être parce que je me souviens que le rallye est né à partir de voitures de série, et que c’est son ADN…
    Je ne comprend pas ce que fait la FIA. J’avais eu un espoir en lisant que les R5 faisaient partie d’un scenario de baisse des coûts. Là, on fait tout le contraire. Plus que jamais, le sommet est totalement en apesanteur, décollé du reste de la pyramide. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire du championnat du monde des rallyes, et à chaque fois, il a fallu faire machine arrière.

    • Buz dit :

      Ouai enfin le rallye est né au debut du 20eme siecle et il y avait pas encore les voitures de « series » a proprement parlé. Il touchait même une certaine élite de gens fortunés. Par contre j ai eu la même image que toi en lisant le reportage: la S4 de Toivonen et Cresto et la 037 de Bettega. Bon faut dire qu au niveau sécurité c etait quand-même pas comme maintenant. Les reservoirs d essences etaient sous le cul des équipages juste a côté des turbos chauffés a blanc et hormis les arceaux rien de chez rien. Beaucoup prédisaient l apocalypse avec les WRC+ et force est de constater que malgré des sorties violentes voir très violentes il n y a pas a déplorer de victimes et heureusement. Imaginons les sorties d aujourd’hui avec la sécurité des voitures d il y a 30 ou 40 ans. Il y aurait 5 morts par saison. Dans ce domaine les constructeurs et la FIA ont bien travaillé et bien progressé.

      • Space Cowboy dit :

        Très juste Buz, tu as parfaitement raison sur la sécurité des voitures actuelles. Il reste ce souvenir, qui doit nous hanter l’un comme l’autre. Amitiés.

  9. Quent-Enbach dit :

    En gros on en a fait des caisses de ce passage à l’hybride mais au final en ce qui concerne l’aspect sportif, rien ne changera en spéciale. Ce sera à peu près les mêmes voitures, avec les mêmes bruits à quelques chose près.

    Par contre je ne comprend pas l’intérêt pour un constructeur d’engager une voiture supplémentaire séparément si elle ne marque pas de points… Pour la location?

  10. MaxiFlo dit :

    Tout à fait nécessaire pour la survie du rallye mais qui, pour moi, intervient trop tôt. 2022 c’est demain et j’ai peur que cette réglementation ne clive encore plus le WRC actuel à court et moyen terme. Toyota commercialise de l’hybride depuis 20 ans, Ford (et donc M-Sport) n’a pas encore commencé.
    “Un moteur électrique de 100 kilowatts commun à toutes les équipes et utilisant les mêmes technologies” d’accord très bien mais quasiment chaque marque utilise un type de technologies hybrides différent, donc laquelle on utilise ? Quel constructeur on favorise ?
    Même si la réduction des coûts est une bonne chose, je vois mal comment de nouvelles marques pourraient venir tout de suite en WRC 2022, hormis justement avec des gros moyens.
    Je souhaite bien du courage à toute l’équipe de Wilson/Millener.