Tänak : « Notre voiture peut être vraiment bonne »



Reparti sur de grosses bases en 2019, Ott Tänak est bien évidemment attendu aux avants-postes en Suède, un terrain qui ne lui avait pas sourit la saison dernière.

Pour préparer cette épreuve, le pilote estonien a roulé en Finlande dans des conditions idéales et espère justement retrouver de telles conditions cette semaine en Suède.

« Nous nous sentons bien préparés pour la Suède, mais il est toujours difficile de savoir exactement à quelles conditions nous allons faire face lors de ce rallye. L’année dernière, nous avions beaucoup de neige et de gros murs de neige, ce qui est généralement ce que vous voulez sur un rallye hivernal. »

L’an passé en Suède, Ott Tänak, à l’image de Sébastien Ogier, n’avait jamais pu réellement s’exprimer, handicapé par sa position sur la route. Cette année, le pilote Toyota espère bien jouer la gagne dans des conditions plus équitables et avec une troisième position sur la route plus favorable.

« Nous avions eu du mal à rivaliser avec notre position sur la route, car il n’y avait pas beaucoup d’adhérence dans la neige, j’espère que nous aurons une meilleure chance de nous battre cette année. Quand les conditions sont en notre faveur, cela peut être un rallye vraiment amusant avec des spéciales très rapides et fluides, et nous savons que notre voiture peut être très bonne là-bas. »

Pour la petite histoire, c’est en Suède, à l’occasion de son deuxième rallye au volant d’une WRC (2012), que l’estonien signa son tout premier scratch en championnat du monde des rallyes.

Participations d’Ott Tänak en Suède

  • 2018 : 9e (Toyota Yaris WRC)
  • 2017 : 2e (Ford Fiesta WRC)
  • 2016 : 5e (Ford Fiesta WRC)
  • 2015 : 4e (Ford Fiesta WRC)
  • 2014 : 5e (Ford Fiesta WRC)
  • 2012 : Abandon mécanique (Ford Fiesta WRC)
  • 2010 : Abandon mécanique (Subaru Impreza STi)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Boris dit :

    Pour ma part, sur ces rallyes rapide, la Toyota et son trio de furieux est LE favorit. Les trois pilotes sont très rapides, parfois trop mais si la voiture suit ils peuvent faire une superbe saison.
    La Hyundai avait été bluffante aux mains de Neuville l’année dernière et n’est pas a enterrer.
    Chez Ford, ça va être dur, mais sur un coup de chance ils peuvent être là.
    Citroën est une grande inconnue, difficile de les situer. La voiture est rapide, Ogier aussi, Lappi doit prouver, mais on a du mal à voir une équipe, plutôt 3 entités indépendantes, Ogier, Lappi et les concepteurs… A voir si tout arrive à s’imbriquer.

    On verra un peu plus clair après la suède…

    • Joebarf16 dit :

      Bonjour Boris,
      « on a du mal à voir une équipe, plutôt 3 entités indépendantes »
      Tu as mis en forme un sentiment que je n’arrivais pas à exprimer clairement dans ma petite tête.
      Allez, donnons leurs donc encore une ou deux manches pour constituer cet esprit d’équipe, il parait que le camarade INGRASSIA n’a pas son pareil pour fédérer le monde autour de lui, encore plus fort que Danos parait-il.

      • bazire dit :

        Tu devrais aller déjeuner avec l’équipe Job avec ton panier de spécialités local !……….
        Sérieusement Ogier est un mec sympa et Ingrassia un bon vivant a la façon Danos , je les vois pas du tout se tirer la tronche …..partout ou ils sont passés ils ont laissés de bon souvenirs aux autres piloteséquipiers et staffs ……

  2. dudu.34190 dit :

    En règle générale la meilleur défense c est l’attanak (l’attaque pardon)
    trop réfléchir, je suis pas sur que ce soit la bonne chose! (ce qui est pris est pris)
    pour moi en 2018 neuville à trop réfléchi sur la deuxième partie de saison. (La théorie de la pratique)

  3. jean francois dit :

    Le pilote numéro 1 de chez Toyota devrait jouer avec la tête.

  4. roland59 dit :

    oui, la voiture l’était déjà en seconde moitié 2018… et le pilote n’était pas en reste…
    donc, on peut s’attendre sur cette édition à ce que le tandem soit présent aux avants postes…

  5. Ben 07 dit :

    Puisqu’on parle de conditions de course, j’ai jeté un petit coup d’oeil sur la météo. Je ne suis pas expert mais avec des températures légèrement positives et pas d’averse de neige ou de période de gel entre Jeudi matin et dimanche, il me semble qu’on risque d’aller vers les traces de passage très vite importantes, des routes creusées et derrière un risque de bouillie de glace pilée et de terre augmentant au fil des passages de voitures. De mémoire, un gel fort ( 5 à -10 pendant la nuit au minimum) est nécessaire pour que la glace soit suffisamment solide pour supporter l’agression des clous sans être « ruinée » rapidement. Au delà de la question d’ordre de départ avantageux ( pour le premier partant dans ce cas-ci ) , si le phénomène de dégradation des pistes est trop marqué, des spéciales peuvent être préventivement annulées par forcément pour des questions de sécurité mais « simplement » parce que les autorités ne peuvent pas se permettre de laisser les voies publiques être détruites par une épreuve sportive (fût-elle mondiale) . Pour les contribuable Suédois comme pour le rallye, j’espère qu’on en sera pas là.

  6. Sylvain dit :

    Je pense qu’on l’a (presque) TOUS compris, par conditions favorables Tanäk entend tout simplement des conditions qui lui permette d’exprimer SON potentiel… et à partir de là, une partie du problème passe sur les épaules des autres : comment battre Tanäk est une équation pas forcément facile à résoudre quand il ne comment pas d’erreurs.

    Les pilotes Toyota, sont TOUS rapides en Suède, l’histoire dit Latvala, le présent dit Tanäk, les conjonctions astrales disent Meeke, mais sinon, ils ont tous leurs chances… ils ont donné l’impression de plus avoir bossé que les autres sur CE terrains spécifique (des essais en Finlande sur la neige dès décembre 2018), ils pourraient être LES favoris en tant que team : leur objectif c’est de réaliser un tir groupé devant pour prendre des points constructeurs ET pilotes.

    Espérons un rallye qui permette à tous de s’exprimer et à partir de là que les meilleurs soient devant, si ce sont les nôtres tant mieux et sinon bravo aux autres 😉 😛

    • Joebarf16 dit :

      Les conditions de roulage vont être déterminantes en cas de redoux.
      Si rallye glace on peut effectivement mettre quelques billets sur l’équipe TOYOTA, au vu à la fois de la liste des pilotes les conduisant et des tests semble-t-il très poussés ici.
      En cas de redoux les chars d’assaut HYUNDAI et même FORD, pourquoi pas, auront leur mot à dire.
      Sans compter les CITROEN boys, bref c’est un rallye où il y a potentiellement six ou sept pilotes candidats à la victoire.
      Dans tous les cas cela nous promet des images « de dingue » (oh Manu tu soudes ?).

      Surtout qu’à ce stade de la saison il ne saurait y avoir de calcul, c’est « à fond à fond à fond » pour tout le monde et on fera les comptes à l’arrivée.
      Heu…on attend avec impatience les commentaires ici des (z)heureux forumeurs qui seront sur place, avec même des images en couleur peut-être ?

    • Fab dit :

      Apparemment, « on » n’a pas tous compris non, si « on » en croit certaines interventions. 😉

      • Joebarf16 dit :

        Oui oui tu as raison et je bats ma coulpe moult et moult fois…
        Mais plus ça approche et plus on s’impatiente que ça démarre enfin, et plus on a envie d’écrire tout et n’importe quoi, et dans ce cadre là je suis champion !
        Encore un peu plus de deux jours à attendre.

  7. olive dit :

    je pense quand il dit des conditions favorables,il parle de gagne!!! apres si il prend une demi seconde aux kilomètres,par rapport a des conditions défavorables,il sera bien obligé de s’adapter. quand a son auto finlandaise ou pas elle est championne du monde!! donc polyvalente. donc faut espérer une belle baston pour la gagne,sans les choix de pneus mais avec des positions sur la route que j’espère pas trop pénalisantes

    • Kaizer Sauzée dit :

      Justement, le champion est celui qui n’attend pas d’avoir les bonnes conditions pour gagner.
      Et le fait de le dire est déjà une fragilité au niveau du mental d’un sportif de haut niveau tel que lui.

      • olive dit :

        suis pas sur que ce soit le pilote qui ai le moins de mental,je pense qu’il est realiste plutot.ogier redoute l’apparition de la terre! ça veut dire que ce multiple champion du monde de haut niveau est fragile? qu’il est pas sur de la qualité de son auto?

        • Kaizer Sauzée dit :

          J’ai pas dit qu’il a moins de mental que les autres, mais juste qu’il n’a pas encore le mental d’un Ogier qui, quoique tu en penses, est déjà 6 fois champion.

          • olive dit :

            ce que je pense d’ogier? comme tu dis 6 fois champion!!!!! a part il est le meilleur!!! vois pas ce que je peus en penser,par contre ça veus dire que tout les autres pilotes n’ont pas son mental

  8. Kaizer Sauzée dit :

    « …Quand les conditions sont en notre faveur… »
    On ne devient pas champion en espérant que les conditions soient favorables, mais en s’adaptant constamment, comme le fait Ogier.
    Il doit arrêter de foncer comme un bourin et plus réfléchir.

    • Fab dit :

      Il parle du rallye de Suède 2018…
      Sil ya bien un exemple ou le terme adaptabilité n’a pas sa place, c’est bien sûr cette édition 2018!
      Et pour le coup, ton exemple d’Ogier est bien mal choisi car lui qui est en effet maître en la matière à fini derrière Tanak… logiquement incapable de faire quoi que ce soit dans 50cms de poudreuse, malgré tout son talent.

      Bref, c’était une farce. C’est juste ça qu’il rappelle indirectement.

      • Kaizer Sauzée dit :

        L’adaptabilité est le maitre mot en sport auto, et encore plus en rallye.
        L’an dernier est un cas extrême, il n’y avait rien d’autre à faire.
        Par contre, tout au long de la saison, ce que j’avance s’est vérifié, jusqu’au titre.

        • Fab dit :

          On est donc d’accord. Adaptabilité est le maître mot en rallye, sauf pour les exceptions. Et le Suède 2018, ce dont parle justement Tanak dans cet article, en était une. 🙂

      • Joebarf16 dit :

        « adaptabilité », voilà bien le mot qui fait la seule différence entre les pilotes de rallye et tous les autres, quel que soit leur talent.
        Qui a déjà vu une plaque de verglas ou de gravier en plein corde d’un virage (masqué tant qu’à faire, et dans le brouillard de nuit, et encore avec des pneus croisés) en F1 ou en endurance ?
        Cela n’enlève absolument rien au talent des KUBICA et autre PROST venus faire un peu, ou beaucoup, de rallyes.
        Mais les polyvalents sont très rares, SARRAZIN est le nom qui me vient à l’esprit ?
        LOEB, si on considère son passage au Mans chez PESCAROLO (qui n’a jamais tari d’éloges sur lui), RAGNOTTI en sont temps mais c’était avant…
        Bref, bon en rallye, à priori bon partout, l’inverse est bien moins fréquent.
        En Suède cette année il va falloir des super adaptateurs si la glace ne résiste pas partout.

    • dudu.34190 dit :

      En règle générale la meilleur défense c est l’attanak (l’attaque pardon)
      trop réfléchir, je suis pas sur que ce soit la bonne chose! (ce qui est pris est pris)
      pour moi en 2018 neuville à trop réfléchi sur la deuxième partie de saison. (La théorie de la pratique)

  9. Joël G dit :

    Que la voiture peut être bonne, on n’en doute pas; elle est finlandaise plus que japonaise et est adaptée au terrain. On en verra au minimum une se battre pour la gagne si les conditions sont nordiques. Si cela l’est moins, Tanak reste de toute façon un solide candidat à la victoire; Meeke et Latvala pâtiront peut être un peu plus de leurs positions de route.