Wagner : « Le top 5, ce serait super »



Début février, William Wagner était bien reparti pour reprendre le volant de sa Ford Fiesta R5 cette saison. Mais en quelques jours, tout a changé, et le pilote franco-belge va finalement s’aligner sur une Volkswagen Polo R5 flambant neuve, provenant des ateliers du Sébastien Loeb Racing.

En marge du rallye du Touquet, nous avons pu échanger avec le nouveau pilote SLR qui sera engagé cette saison sur deux championnats : l’asphalte et le trophée Mixte de Michelin. Encore fragile l’an passé suite à son terrible accident du Tour de Corse 2017, William espère avoir retrouvé toutes ses capacités pour s’exprimer aussi pleinement sur terre.

Pourquoi t’engager dans le trophée Mixte ?

« On a choisi le trophée mixte pour prendre de l’expérience sur terre en 4 roues motrices. L’année dernière, j’ai fait que les Causses et Castines et on a arrêté car au niveau de mes cervicales, c’était encore trop douloureux. Cet hiver, j’ai vraiment fait le maximum pour renforcer tout ça et je pense que cette année, ce problème est réglé. On verra au Terre des Causses. On fera également tout le championnat de France asphalte. »

Comment s’est fait ce changement d’auto pendant l’hiver, et pourquoi ?

« C »e changement s’est fait un peu à la dernière minute, on devait repartir avec la Ford Fiesta R5. Mais la personne qui m’aide, Armando Pereira, a vraiment insisté pour que l’on parte sur une autre auto, et lui avait un petit penchant pour la Polo R5. Du coup, on a trouvé une solution et Sébastien Loeb nous a appelé et on a trouvé un accord avec le team SLR. Je suis vraiment content, heureusement qu’il y a des personnes comme Armando, sans qui rien ne serait possible et j’en profite pour le remercier encore.

Cela s’est fait deux semaines avant les Routes du Nord donc mi-février. ll n’y avait vraiment pas beaucoup de temps, on a fait une petite séance d’essais pour se familiariser à la voiture. Ça s’est très bien passé au Routes du Nord et après on aurait souhaité qu’il pleuve lors de notre séance d’essais pour le Touquet car avec cette voiture, on a pas assez de roulage sur la pluie. »

Que peut-tu nous dire de cette Volkswagen face à ton ancienne Ford ?

« Il n’y a pas de mauvaise voiture, cela se passe entre le siège et le volant. Après, la Polo est la dernière R5 donc je pense que pour le moment elle est performante. Mon ressenti est bon et je suis confiant pour la suite. Je me suis vite mis la Polo en mains, et je demande à voir sur la pluie en spéciale. »

Es-tu déçu de tes performances sur asphalte en 2018 ?

« On va dire que je suis un insatisfait. Même quand on a fait 4e au Vosgien, je n’était pas très satisfait car c’était à la maison. Après, il y a eu des rallyes où nous étions bien, mais il y avait toujours une petite cagade ou une crevaison. Par contre, au rallye du Var, nous étions très contents car il y avait un plateau fabuleux et on arrive à terminer à la sixième place au scratch, donc c’était bien de clôturer la saison comme ça. Pour cette épreuve, M-Sport avait amené un support technique et cela a payé. On préparait la saison 2019 à ce moment là mais finalement nous ne sommes plus sur la Ford. »

Comment se passe ton intégration avec le team SLR ?

L’équipe est motivée, je suis content. Sur un rallye du CFR, je n’aime pas être trop et rester dans mon petit coin. Il y a trois mécanos, un ingénieur, mon père et ma mère. Cela me suffit, j’ai pas besoin d’avoir plus de personnes. J’ai conservé les mêmes ouvreurs que l’an passé, tout avait bien fonctionné l’an passé donc c’était logique de repartir ensemble.

As-tu un objectif particulier pour cette saison ?

« J’aimerais quand même me rapprocher du peloton de tête, rentrer plus facilement dans le top 5, j’espère y arriver. Faire des podiums, ce serait bien, je l’espère en tout cas. »

Tu as roulé en JWRC par le passé, penses-tu encore à pouvoir percer en Mondial ?

Oui mais après je n’aime pas trop dire ça car c’est peut-être se lancer dans de faux espoirs et du coup, tomber de haut. Je préfère prendre étape par étape, et voir comment cela déroule. C’est fini les petites voitures, donc le JWRC. Mon entourage, et Armando ne veulent plus que je monte dans une plus petite voiture. En terme de sécurité, nous sommes moins à l’abri que dans une grosse voiture. Forcément, je pense encore à mon accident, c’est dur. Cela fait bientôt 2 as que j’ai eu mon accident. J’y pense encore un peu mais vraiment beaucoup moins qu’avant. Quand il y a vraiment une grosse prise de risques à prendre j’y pense, je reste humain. Je fais ça par passion et envie, et pas pour m’envoyer à l’hôpital. »

Et le Touquet, comment ça se présente pour toi ?

« C’est une manche que j’aime bien, cela s’était bien passé l’an passé jusqu’à ma sortie où il a fallu abandonner car il manquait deux roues sur la voiture…C’est un rallye rapide, et j’aime bien les conditions du Touquet. Je pense que l’on va avoir une météo pluvieuse, mais comme pour tout le monde. J’espère pouvoir jouer devant. Il y a un plateau, clairement, du haut niveau et des gars qui ont roulé en Mondial ou y roulent encore comme Bonato, Lefebvre, Fourrmaux, Gilbert, Ciamin ou encore Giordano. Ce sont des gars qui ont beaucoup d’expérience. Dès les premiers chronos, j’espère être dans le rythme, j’ai hâte de voir ce que ça peut donner. Dans le top 5, ce serait super. On jaugera notre rythme déjà après la première boucle. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Polo dit :

    Le rallye vosgien bien représenté !

  2. OLIVIER RIZZOLI dit :

    Vraiment un gamin…. chanceux !