A.Masse : « Le Monte-Carlo, une institution »



Fidèle aux formules de promotion depuis ses débuts en 2010, Antoine Masse dispose d’un programme « plus libre » depuis un an et profitera de ce début de saison pour réaliser un rêve : participer au Monte-Carlo.

Huit ans après la dernière participation de son père Jean-Marc, Antoine effectuera ses débuts sur cette mythique épreuve au volant d’une Citroën DS3 R3 gérée par l’équipe CHL Sport Auto. A une semaine du départ, le pilote sarthois revient avec nous sur cet engagement.

Peux-tu nous résumer ton parcours en rallye ?

« Ma passion du rallye vient de la famille. J’ai démarré par pas mal de kart et de rallycross. Mon père a fait beaucoup de rallyes et a notamment participé au Monte-Carlo à cinq reprises, donc c’est un peu une institution chez nous.

J’ai commencé ma carrière en rallye en 2010 par la Supercoupe Suzuki (9e position finale). Ensuite, j’ai roulé pendant deux ans en championnat de France Junior avec une Renault Twingo R1 où je gérais tout moi-même.

En 2013, je me suis entouré pour viser le titre du Citroën Racing Junior Trophy avec l’équipe Daumas Sport. On gagne trois courses mais on abandonne au Var sur un problème de boîte alors que nous étions bien placés pour gagner le titre et le volant officiel Citroën.

On a continué ensuite avec une belle année en Opel Adam Cup et depuis deux ans, on cherche du budget pour rouler dans une catégorie supérieure et c’est le cas depuis l’achat d’une Citroën DS3 R3 avec laquelle on a disputé trois rallyes en 2016.

Pour l’instant, on part sur le Monte-Carlo pour cette année mais nous ne connaissons pas la suite de notre calendrier. »

Que représente le Monte-Carlo pour toi ?

« Le Monte-Carlo pour moi, c’est le souvenir de l’école où je séchais les cours pour suivre les résultats. C’est l’épreuve mythique, c’est celle à faire en France je pense si on doit choisir. Cela représente le « vrai rallye » on va dire, avec une semaine complète, des choix de pneus compliqués et encore de grosses spéciales avec un rythme important sur plusieurs jours.

J’avais déjà fait l’Alsace mais cela représentait plus un rallye de championnat de France allongé. Là, je pense qu’on passe vraiment à un stade supérieur. Si j’ai une image qui me revient du Monte-Carlo, c’est Loeb dans la descente d’Entrevaux en Ardèche alors que j’étais simple spectateur. »

Quel sera ton objectif cette année ?

« Comme tout le monde, l’objectif c’est avant tout de rejoindre l’arrivée en essayant de faire le meilleur résultat possible. Je ne sais pas trop quel rythme il faudra adapter pour ne pas faire de bêtises, c’est un peu l’inconnu à ce niveau là.

Après, si tout est dans l’ordre, que j’ai les bons pneus au bon moment, on peut faire un truc sympa en 2 roues motrices je pense. En R3, tout le monde est un peu comme moi avec peu d’expérience sur cette course hormis Damien Oberti au final. Côté préparation, on manquera certainement de repères par rapport à certains puisque nous n’allons pas rouler sur la glace avec la DS3 avant le départ. »

Quelles sont les personnes impliquées dans cette participation ? 

« Nous avons bien bossé avec mon père pour participer à ce rallye, ainsi qu’un mécano qui suit la voiture. Sur place, on a fait appel à l’équipe CHL qui s’occupera de toute la logistique et de l’assistance. En amont du rallye, nous ne sommes finalement que trois. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. RallyeZoneCh'Nord dit :

    Un pilote stylé Ragnotti !

    Je prend toujours plaisir à le voir sur la liste d’un rallye que je vais admirer en tant que spectateur !

    Chapeau Antoine, tu nous donne de l’adrénaline 😉